Mali-Burkina Faso : Les affinités, socle de nouveaux ponts a construire

0
0

Le Burkina Faso a célébré le 11 décembre, le 51ème anniversaire de la proclamation de la République et de son indépendance. A cette occasion, l’ambassadeur du pays, Sané Mohamed Topan, a offert mardi une réception à la chancellerie située à l’ACI 2000.

Plusieurs membres du gouvernement dont le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Soumeylou Boubèye Maïga, étaient présents. Les membres du corps diplomatique et nombre de personnalités étaient de la fête. Ainsi, bien entendu, que la communauté burkinabé résidant dans notre pays. La cérémonie a débuté par l’exécution des hymnes nationaux des deux pays. Suivra la remise à deux ressortissants burkinabés des médailles de Chevalier de l’ordre national et du Mérite national du Burkina Faso. Les distinctions ont été remises par l’ambassadeur au nom du président Blaise Compaoré.

Dans son discours, Sané Mohamed Topan a relevé que les temps étaient durs et que les ressources se faisaient rares. Il faut donc faire mieux avec le peu de moyens dont nos pays disposent. Plusieurs Etats à travers le monde ont été mis à rude épreuve, soit pour leur forme de gouvernance politique ou pour les modèles économiques et de développement, a constaté le diplomate. Au demeurant, le Burkina-Faso a connu et assumé avec responsabilité et clairvoyance ces épreuves durant le premier semestre de l’année.

Ainsi, les propositions issues des assises nationales du Conseil consultatif sur les réformes politiques créé au lendemain de la crise apparaissent comme le fruit d’un dialogue inclusif. « Elles constituent des matériaux appréciables et un levain pour nourrir et fermenter la réflexion prospection en vue de relever les défis de l’ancrage de la démocratie, de l’efficacité de la gouvernance et de la paix sociale », a poursuivi l’ambassadeur burkinabè, avant d’aborder la situation qui prévaut dans le septentrion malien. « Notre pays de résidence fait face à des problèmes de sécurité dans sa partie Nord. La crise libyenne semble exacerber cette situation préoccupante qui pourrait, à moins d’une prise diligente de mesures idoines, avoir une incidence sur les prochaines élections générales. Mais bien que sérieuse et digne d’intérêt, la situation du Nord-Mali est loin d ‘être désespérée car le Mali est un vieux pays, héritier de grands et prestigieux empires.

Le peuple malien a toujours su tirer les ressources nécessaires de son riche substrat culturel et social pour relever les grands défis. Une franche conjugaison d’efforts de tous les pays concernés par le phénomène et un partenariat conséquent de la communauté internationale aideraient à la résolution durable du problème », a analysé l’ambassadeur. En ce qui concerne la coopération bilatérale, elle se caractérise par des relations de fraternité, de bon voisinage, de confiance, d’amitié. Les deux pays se sont assurément inscrits dans un partenariat dynamique de coopération multiforme et les relations se renforcent chaque jour grâce à un flux important d’échanges croissants.

Ainsi, les consultations périodiques instaurées entre les deux pays se tiennent régulièrement comme les sessions de la Grande commission mixte de coopération. De même, conformément à l’accord de coopération militaire et technique signé le 24 mars 2005, la commission mixte sectorielle vient de se tenir les 6 et 7 décembre à Bamako. « Les visites réciproques de nos chefs d’Etat, des ministres des Affaires étrangères, de membres du gouvernement et de présidents d’institution illustrent à suffisance la vitalité et l’excellence de nos relations », s’est réjoui le diplomate. « Nous devons, tout en tenant compte de l’évolution sociopolitique de notre sous-région, poursuivre nos efforts pour consolider nos acquis en vue d’en faire un référentiel de l’intégration sous-régionale et, ensemble, continuer à construire de nouveaux ponts », a préconisé Sané Mohamed Topan. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Soumeylou Boubèye Maïga, a confirmé que les relations de coopération entre notre pays et le Burkina Faso étaient denses et diversifiées, avant de souhaiter que l’année nouvelle qui s’annonce apporte de bonnes perspectives de coopération bilatérale.

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.