Mali-Cuba : Une Coopération axée sur la formation et l’assistance technique

2

Mali-Cuba : Une Coopération axée sur la formation et l’assistance techniqueCuba a formé plus de 450 Maliens. Ses coopérants interviennent dans plusieurs domaines, dont la santé, les sports, les arts et la culture

L’ambassadeur de Cuba, Sidenio Acosta Aday, va bientôt regagner son pays, après 4 années et 10 mois de mission au Mali. Il va, de même que son épouse, 2è secrétaire de l’ambassade, occuper de nouvelles fonctions au ministère des Affaires Etrangères à La Havane, la capitale de Cuba. Avant ce départ, le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, a organisé vendredi dernier, dans la salle de conférence de son département, un déjeuner d’adieu pour rendre hommage à l’ambassadeur Sidenio Acosta Aday, qui a reçu, à cette occasion, la médaille d’Officier de l’Ordre national du Mali. Selon Abdoulaye Diop, le diplomate cubain a permis d’ajuster une pierre au socle des relations déjà historiques d’amitié et de coopération entre nos deux pays.

Il faut rappeler que la coopération cubaine s’est d’abord concrétisée pour notre jeune nation indépendante par la formation de centaines de cadres dans tous les domaines pour faire face à nos besoins en ressources humaines. Elle s’est plus tard étendue à l’assistance technique dans les domaines de la santé, des sports et des arts.

En matière d’éducation, Cuba a formé, dans différentes filières de l’enseignement supérieur, plus de 450 Maliens, dont 140 médecins. Plus de 70 médecins maliens viennent ainsi de terminer leurs études à Cuba.

Par ailleurs, plus de 700 médecins et techniciens de la santé de Cuba ont accompli des missions au Mali, pendant plusieurs années.

Sous l’impulsion de l’ambassadeur Sidenio Acosta Aday, Cuba a doté en équipements sophistiqués le Centre Milagro (opération Miracle) qui a opéré 5021 Maliens et de nombreuses personnes d’autres pays de la sous-région. Ce Centre a permis à plus de 7000 Maliens de récupérer la vision ou de se remettre des dommages de la cataracte.

Cette coopération a connu, ces dernières années, des progrès remarquables au plan politique, notamment avec la visite officielle au Mali du vice-président du Conseil d’Etat de la République de Cuba, Estéban Lazo Hernandez, du 24 au 26 octobre 2011, et de celle effectuée en 2010 à Cuba par le professeur Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée nationale à l’époque. Et puis, une délégation malienne a participé à la rencontre « Mali-Cuba : la musique à travers des générations », qui s’est tenue à la Havane du 15 mars au 1er avril 2012.

Sur le plan culturel, des coopérants cubains ont aussi participé à la formation des artistes au Conservatoire Balla Fasséké Kouyaté.

« Aujourd’hui, c’est la lutte contre l’Ebola qui nous préoccupe. Cuba a répondu à l’appel du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, en prenant la décision de dépêcher des missions dans les pays touchés par la pandémie », a indiqué l’ambassadeur Sidenio Acosta Aday.

« Au regard de tous ces projets que vous avez pu réaliser, je puis solennellement affirmer que votre mission a été accomplie avec succès à la grande satisfaction du gouvernement et du peuple maliens », a estimé le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale.

Sidenio Acosta Aday qui a vécu les crises politique et sécuritaire survenues dans notre pays en 2012, a remercié le Mali qui a appuyé, le 28 octobre dernier, lors de l’Assemblée générale de l’ONU, la demande de levée des sanctions économiques contre Cuba.

B. M. SISSOKO

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Le Mali exploite très mal ses coopérations bilatérales. Nos dirigeants doivent apprendre à adapter nos coopérations à nos besoins réels de l’heure. Le Cuba est un partenaire fiable dans le domaine de la santé et de l’éducation, nous devons exploiter à fond ces potentialités. Et le Cuba est prêt à nous accompagner dans ce sens. Notre diplomatie, avec M. N’Daye, va de mieux en mieux, mais il faut encore accélérer les choses.

    • Vous avez raison, le mali ne sait pas exploiter les cooeperations bilaterales. La faute a l’omnipresence francaise, entre autres.

      Sinon Cuba est un pays en pointe dans le domaine medicale, dentaire, chirurgicale… Le mali peut former des medecins de haut niveau avec le gouvernement tres amical cubain, pas comme ce petit pays qui ne voit que ses interets.
      Dans le domaine de l’energie solaire, Cuba est pioneer. Le mali qui beneficie d’un si grand ensoleilement, devrait se rapprocher de ce beau pays. Et meme de la chine aussi, qui s’est mis depuis les annees 2000 dans les energies renouvelables…

      Dans tous les cas, il faut que les dirigeants travaillent. Or ils ne travaillent pas. Tout ce qu’ils aiment, ce sont les honneurs lies a leur poste… Et porter des grands habits blancs…

      Nos dirigeants me degoutent!

      En tout cas une telle formation est plus que bien venu, plus que la formation de soit-disant imans au maroc. Alors que le pays a plus besoin d’ingenieur.

Comments are closed.