Mali-Danemark : Un accompagnement de qualité

0
Mogens Jensen le ministre danois du Commerce extérieur et de la Coopération au développement
Mogens Jensen le ministre danois du Commerce extérieur et de la Coopération au développement

La visite du ministre du Commerce extérieur et de la Coopération qui fait suite à plusieurs autres de premier plan confirme l’engagement constant et précieux du Royaume auprès de notre pays.

 

Le ministre danois du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, Mogens Jensen vient d’effectuer une visite de 48 heures dans notre pays. Au cours de son séjour, le responsable danois a eu plusieurs rencontres, avec les autorités, les responsables de la Minusma, les représentants de la société civile etc…

 

Au terme de sa visite menée au pas de charge, Mogens Jensen a animé, hier dans l’après-midi une conférence de presse à l’aéroport de Bamako-Sénou, avant de quitter notre pays. Cette rencontre avec la presse s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Danemark dans notre pays, Anders Garly Andersen.

 

Commentant les résultats de sa visite, Mogens Jensens a tout d’abord indiqué qu’il a été très impressionné par la détermination et la persévérance des autorités nationales et de la population pour sortir le pays de la crise multidimensionnelle qui a entraîné des conséquences politiques, sécuritaires et économiques très lourdes.

 

Aujourd’hui, l’instar du reste de la communauté internationale, le Danemark s’est activement engagé aux côtés de notre pays dans le processus de reconstruction. Déjà pendant la crise (2012-2013), des responsables danois de premier plan avaient effectué des visites très remarquées : la visite conjointe du ministre des Affaires étrangères et son collègue de la Défense, celles du secrétaire d’Etat en charge de la Coopération et du chef d’état-major de l’armée danoise. Au début de ce mois de mars, sept parlementaires danois ont séjourné à Bamako au sein d’une délégation conduite par Matte Gjerkov, députée et ancienne ministre danoise de l’Agriculture et de la Pêche. Ces différentes visites témoignent à suffisance du dynamisme de la  coopération  entre nos deux pays.

 

Mogens Jensen a expliqué qu’au cours de son voyage, il a  été reçu en audience par le Premier ministre, Oumar Tatam Ly. Il a également eu des séances de travail avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Zahabi Ould Sidi Mohamed et son collègue de la Justice Mohamed Ali Bathily. « Avec ces personnalités, nous avons parlé de sécurité, de droits de l’homme, d’agriculture, de sécurité alimentaire, de lutte contre la corruption. Je me réjouis particulièrement de la vision du gouvernement par rapport à ces chantiers. J’ai aussi eu la chance de visiter le village de Kambila où beaucoup de progrès ont été faits en manière d’établissement de documents d’état civil et d’éducation scolaire. J’ai constaté que là-bas, des avancées ont été enregistrées également dans la promotion économique des femmes. C’est donc sur des  constats positifs que j’achève ce  voyage», a commenté le visiteur.

 

Notre pays et le Royaume de Danemark entretiennent une coopération de qualité depuis 2007. Cette coopération est fondée sur une approche cohérente qui rassemble les instruments politiques de stabilité, de développement et de l’aide humanitaire. A cette coopération bilatérale très dynamique s’ajoute un nouveau programme régional dans le Sahel pour le renforcement de la paix et de la stabilité.

 

Copenhague a également développé un aide-mémoire sur la nécessite d’un processus inclusif au Mali, lors de la Conférence internationale des donateurs tenue le 15 mai 2013 à Bruxelles et  a participé à une rencontre sur le Sahel lors du 68ème Assemblée générale des Nations-unies à New York en septembre 2013. Sur le plan sécuritaire, le Royaume est un partenaire clé de l’Opération Serval et de la Mission intégrée des Nations-unies pour la stabilisation du Mali (Munisma). Le Danemark a ainsi mis à la disposition de la Munisma un avion de transport Hercules C130 ainsi que 39 agents de la cellule de renseignement danoise.

 

Pour le ministre danois du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, c’est conscient de la dimension régionale de la crise au Sahel et donc l’importance d’un engagement régional, que Copenhague a récemment lancé un programme régional au Sahel en appui aux réformes sécuritaires et à la lutte contre le radicalisme et le trafic illicite de drogues. Ce programme sera mis en oeuvre de 2013 à 2017, principalement au Mali, au Niger et au Burkina Faso, avec un budget de 125 millions de couronnes danoises, soit plus de 10 milliards de Fcfa.

 

Dans le cadre de la coopération bilatérale, l’engagement du gouvernement danois met un accent particulier sur la nécessité des réformes dans le secteur public, l’accélération de la croissance économique ainsi que l’affermissement des droits. « La coopération bilatérale inclut également des engagements innovants pour le développement du secteur privé notamment dans l’agriculture et l’amélioration de l’accès à l’eau et l’assainissement », a développé le ministre danois en réaffirmant l’engagement de son pays à soutenir le Mali dans ses différents chantiers de développement.

 

Pour l’année 2014, le  Danemark a consenti plus de 15,4 milliards de Fcfa dans l’appui budgétaire. Toujours dans le cadre de l’appui budgétaire, 30,7 autres milliards sont prévus pour 2015 et 2016 tandis que 77 milliards sont programmés pour la période entre 2017 et 2022.

 

En outre, le Danemark à travers l’Union européenne fournit l’appui budgétaire général pour la consolidation de l’Etat au Mali. Sur le plan humanitaire, le partenaire scandinave s’illustre également par un accompagnement constant à notre pays pour faire face aux défis humanitaires nés de la crise. De 2011-2012, la contribution humanitaire danoise a augmenté de façon considérable et en 2014, le Mali est devenu un pays prioritaire pour l’appui humanitaire du Danemark. Cet appui est canalisé par les organismes humanitaires des Nations-unies. Au total, pour 2013 et 2014, son volume est estimé  à 46,7 milliards de Fcfa.

 

D. DJIRE

PARTAGER