Rapt d’un néerlandais au nord-Mali : Le président ATT au Pays- Bas… la tension dans l’air… et des étapes de la visite annulées

0

La visite du président  malien au Pays-Bas pour impulser une nouvelle dynamique aux relations de coopération entre les deux pays n’a pas brillé de tout son éclat. Si la famille royale a accueilli, à bras ouvert, le président ATT, les populations civiles sont restées sur les dents. Surtout, que cette visite coïncide avec le kidnapping d’un touriste néerlandais sur le sol malien à Hombori dans la région de Tombouctou. D’où, l’annulation de certains programmes de cette tournée officielle du président ATT au Pays-Bas, dont l’étape de la visite de la société Vlisco par le couple présidentielle.

En croire une source bien introduite, la population civile des Pays-Bas est remontée, voire très remontée, contre le président malien pour la simple déraison que le laxisme des autorités maliennes sur le plan sécuritaire dépasse l’entendement. Toute chose qui selon eux a conduit au kidnapping d’un de leurs ressortissants sur le sol malien.

Contrairement aux autorités des Pays-Bas, les populations n’arrivent pas à réaliser l’enlèvement de Sjaak Rijke au Mali. Ce  néerlandais qui fait partie des trois touristes enlevés le 25 novembre dernier dans un restaurant à Tombouctou. Les néerlandais estiment que cet enlèvement est lié au laxisme de l’Etat malien face à l’insécurité qui règne dans le Nord de notre pays.

Selon des sources jointes au téléphone, nombreux sont ceux qui soutiennent aux Pays-Bas, que  la négligence coupable des autorités maliennes par rapport à la sécurité des touristes dans le Nord-Mali  n’est pas à écarter dans ces enlèvements en série au nombre desquels se trouve l’un de leurs compatriotes. D’où la montée d’adrénaline  au niveau de la population. Mais pour éviter d’être conspuer mais surtout de ne pas attiser le courroux du peuple néerlandais, les autorités des Pays-Bas ont annulé certaines étapes de la visite de la délégation présidentielle dans leur pays. Tout simplement. Surtout, dans les zones où la colère est à son comble. Et c’est d’ailleurs pourquoi la visite de la société Vlisco qui était prévue pour le mercredi dernier a été rayée du programme. La délégation présidentielle devrait visiter  cette entreprise en compagnie du premier ministre des Pays-Bas. Mais la promesse des fleurs n’a pas tenue celle des fruits. Car le séjour était sur le point de tourner au vinaigre.

 

En revanche, cette visite du président ATT au Pays-Bas consistait à donner une nouvelle qualité au chapitre  des relations de coopération multiformes déjà  existant entre les deux pays. Le  président Touré, à travers cette visite, voulait davantage renforcer les liens de coopération existant entre le Mali et le Pays-Bas, d’un côté. Et de l’autre, faire le bilan  des interventions de la coopération Maliano-néerlandaise dans notre pays. Tout en exposant le problème de l’insécurité grandiose qui sévit dans la  bande sahélo-saharienne en général, et le mouvement d’hommes et d’armes en provenance de la Libye dans notre pays, en particulier.                                       

 

 

Oumar Diakité

 

 


PARTAGER