Visite du président du Bundestag : Des échanges a la dimension de relations particulières

0
2

La visite de Norbert Lammert a donné l’occasion de célébrer une nouvelle fois la qualité des liens entre notre pays et l’Allemagne.

Norbert Lammert en visite d'amitié à koulouba

Le président du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, est en visite d’amitié et de travail dans notre pays. Arrivé mardi soir, Norbert Lammert séjournera dans notre pays pendant 72 heures. Hier, il a été reçu à Koulouba par le président de la République, Amadou Toumani Touré, entouré de ses proches collaborateurs. L’entretien entre les deux personnalités a porté sur le raffermissement de la coopération déjà très solide entre notre pays et l’Allemagne. « J’ai évoqué avec le président Touré le caractère exceptionnel de relations de coopération qu’entretiennent nos deux pays depuis au lendemain de l’Indépendance du Mali. Nous avons, par ailleurs, évoqué la contribution personnelle importante du président Amadou Toumani Touré au rayonnement de la démocratie dans son pays et en Afrique et au rayonnement des liens de coopération entre les deux pays », a-t-il déclaré. L’illustre hôte n’a pas manqué de saluer la maturité de la démocratie malienne. « Le fait que le Mali soit un partenaire privilégié de l’Allemagne ne s’explique pas par son étendue géographique ou par les intérêts économiques, mais par la stabilité de sa démocratie. Le Mali est un modèle de démocratie dans la sous-région et en Afrique. Nous souhaitons que cette stabilité perdure dans les décennies à venir », a indiqué le président du Bundestag, avant d’ajouter qu’il se sent parfaitement en sécurité au Mali. La visite du responsable allemand coïncide avec la célébration des cinquante ans de coopération économique entre le Mali et l’Allemagne. « Après les visites du président de la République, Amadou Toumani Touré et du président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré en Allemagne, c’est l’occasion pour moi de venir visiter le Mali et de célébrer les cinquante ans de coopération économique entre les deux pays. C’est aussi l’occasion de renforcer le lien étroit qui unit les deux pays », a-t-il précisé.

Norbert Lammert a ensuite été reçu en audience par le Premier ministre, Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé. Plus tôt dans la matinée, il était à l’Assemblée nationale où il a eu un entretien avec son homologue malien avant une rencontre élargie aux deux délégations. Dans un mot de bienvenue, Dioncounda Traoré a, d’abord, rappelé que les Maliens ont un sentiment particulier avec l’Allemagne, le premier pays à reconnaître le Mali indépendant. C’est là un souvenir inoubliable pour les citoyens de ce pays. Le président de l’Assemblée nationale a tenu à saluer « l’amitié et la solidarité » que nous fait le responsable allemand qui a décidé de maintenir son séjour au pays Dogon à un moment où d’autres pays déconseillent à leurs ressortissants de venir au Mali. En réponse, Norbert Lammert a remercié Dioncounda Traoré et l’Assemblée nationale pour l’accueil qui a été réservé à sa délégation. Pour lui, c’est une relation forte qui unit le Mali et l’Allemagne depuis 1960. Une relation qui n’a fait que se renforcer depuis cette date. Ces 20 dernières années, le Mali est devenu en Afrique un des partenaires les plus privilégiés de la coopération allemande. Parce que votre pays est aujourd’hui une démocratie, avec un Parlement élu démocratiquement et un exécutif qui jouit d’une vraie légitimité. Si ceci est un acquis en Europe et sous d’autres cieux, ce n’est pas le cas partout, note-t-il.

L’Assemblée nationale a également su tisser un partenariat fécond avec le Parlement allemand. Une quarantaine de députés maliens ont eu à bénéficier de la coopération avec le Bundestag et plusieurs délégations allemandes ont visité le Mali. Il appelle à maintenir cette relation privilégiée. Au nom du groupe d’amitié Mali-Allemagne, le président de ce groupe, Nock Ag Attia, a salué la qualité de la coopération allemande. Il estime que cette coopération est pour beaucoup dans la résolution de la rébellion au Nord-Mali au début des années 1990. En effet, en soutenant des projets de développement au Nord, la coopération allemande (la GTZ notamment) a contribué à stabiliser cette zone. Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Younoussi Touré, a, également à son tour, loué la qualité de la coopération entre nos deux pays avant de s’inquiéter de l’impact de la crise de la dette que l’Allemagne et d’autres pays européens traversent. Norbert Lammert a assuré qu’il ne pensait pas que cette crise aura un impact sur la coopération avec certains pays comme le Mali. À ce jour le volume de cette coopération n’a pas changé A 65 ans, Norbert Lammert est le 12è président du Bundestag. Il est en fonction depuis le 18 octobre 2005. Très jeune, il milite à l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU), un parti fondé en 1945 et dont la présidente actuelle est la chancelière Angela Merkel. Élu en 1975 au conseil municipal de Bochum, sa ville natale, Norbert Lammert entre au Bundestag lors des élections fédérales du 5 octobre 1980. Trois ans plus tard, il devient vice-président de la commission du règlement, de la vérification des élections et des immunités. Il occupe ce poste jusqu’à sa nomination comme secrétaire d’État parlementaire au ministère fédéral de l’Éducation et de la Science en 1989. En 1994, il est désigné pour occuper cette fonction au sein du ministère fédéral de l’Économie. A ce poste, il fut également coordinateur du gouvernement fédéral pour l’aviation et l’aérospatiale. Il passe au ministère fédéral des Transports en 1997, puis retourne au Bundestag l’année suivante, suite à la défaite de la coalition noire-jaune lors des élections fédérales. En sa qualité du président du Bundestag, Norbert Lammert occupe la seconde place dans l’ordre de préséance, après le président fédéral Christian Wulff mais avant la chancelière fédérale Angela Merkel. L’hôte a assisté hier à la cérémonie marquant les 50 ans de coopération économique entre notre pays et l’Allemagne. Nous reviendrons sur cet événement qui s’est déroulé au Parc national de Bamako.

M. KEITA et A. LAM

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.