Crise au Mali : le FMI accorde 9 milliards de FCFA au Mali, mais l’UE pose 4 conditions pour son aide

6

Suite Ă  une mission effectuĂ©e au Mali, le Fonds monĂ©taire international (FMI) a pris l’engagement d’accorder 9 milliards de FCFA Ă  notre pays. Mais l’Union europĂ©enne (UE) pose quatre conditions pour la reprise de sa coopĂ©ration avec le Mali.

FMI

Le FMI a annoncĂ© que le Mali allait tomber en rĂ©cession cette annĂ©e. Raisons avancĂ©es : la trĂšs mauvaise rĂ©colte 2011- 2012 et la crise politico-sĂ©curitaire que traverse actuellement notre pays. Face Ă  l’urgence de cette situation, le Mali a dĂ©cidĂ© d’annuler ses programmes en cours avec le FMI afin de solliciter une aide de sortie de crise de 18 millions de dollars. Pour cette raison, une mission du Fonds vient de sĂ©journer durant deux semaines Ă  Bamako. Son rapport est clair : «L’occupation du Nord du pays a fortement perturbĂ© la production agricole et le commerce. La dĂ©tĂ©rioration de la situation en matiĂšre de sĂ©curitĂ©, une chute des voyages d’affaires, le secteur de l’hĂŽtellerie-restauration et du commerce ont nĂ©gativement impactĂ© par la crise, sans oublier que la situation au Nord suscite une inquiĂ©tude de plus en plus forte de la communautĂ© internationale». Il y a presque un an, le FMI avait consenti Ă  accorder 46,3 milliards de dollars de crĂ©dit au Mali, un montant Ă  verser d’ici fin 2014. Mais suite Ă  la crise que connaĂźt notre pays, la situation Ă©conomique Ă©tant particuliĂšrement urgente Ă  amĂ©liorer, les dirigeants maliens ont choisi de renoncer Ă  ce programme pour solliciter une aide au titre du dispositif baptisĂ© «facilitĂ© de crĂ©dit rapide». L’examen au Conseil d’administration du FMI est prĂ©vu pour dĂ©but fĂ©vrier 2013. Selon l’institution de Washington, le PIB du Mali devrait ĂȘtre de 1,5% en 2012 avant le retour de la croissance l’annĂ©e prochaine. Selon le ministre de l’Economie et des Finances, TiĂ©nan Coulibaly, la Banque mondiale s’est aussi engagĂ©e Ă  octroyer Ă  notre pays 30 milliards de FCFA en cas d’accord avec le FMI. Il en est de mĂȘme pour la Banque africaine de dĂ©veloppement (BAD) qui a Ă  son tour promis 15 milliards de FCFA. La rĂ©union du Conseil d’Administration du FMI s’annonce donc dĂ©cisive pour notre pays. Selon le chef de la dĂ©lĂ©gation du FMI, Christian Josz, l’objet de la mission consiste avant tout Ă  aider le Mali afin qu’il maintienne sa stabilitĂ© macroĂ©conomique. « La mission du FMI consiste Ă  apporter conseil et assistance financiĂšre aux pays qui en ont besoin dans le domaine de la gestion macroĂ©conomique, c’est-Ă  -dire essentiellement  en matiĂšre de  politique monĂ©taire et  budgĂ©taire », a-t-il rappelĂ© tout en jugeant que le projet de Loi rectificative du budget 2012 et le projet de Loi des finances 2013 du Mali sont une bonne base pour maintenir la stabilitĂ© macroĂ©conomique. Il a annoncĂ© que les deux parties sont parvenues Ă  un accord Ă  travers  lequel  le Mali sollicite auprĂšs du  FMI un dĂ©caissement  de 9 milliards de FCFA au  titre de la facilitĂ© de crĂ©dit rapide. Pour ce faire, notre pays a pris des engagements relatifs Ă  la politique budgĂ©taire et Ă  la  gestion des finances publiques. D’ailleurs, la mission du FMI a dĂ©jĂ  proposĂ© Ă  son Conseil d’administration de mettre ce dĂ©caissement Ă  l’ordre du jour de sa rĂ©union du 1er fĂ©vrier 2013.

Le fond de l’accord avec le FMI

L’essence de l’accord est une mise en Ɠuvre prudente de la Loi des finances rectificative 2012, de la Loi des finances 2013 et le maintien du cap sur l’amĂ©lioration de la gestion des finances publiques. Cela signifie que le gouvernement s’est engagĂ© Ă  continuer les rĂ©formes engagĂ©es de longue date avec le FMI dans les domaines des ImpĂŽts, des Douanes, des Domaines et  du Cadastre et en matiĂšre d’amĂ©lioration de la gestion de la TrĂ©sorerie pour s’assurer qu’il n’accumulera pas d’ arriĂ©rĂ©s vis-Ă -vis des fournisseurs de l’Etat et des opĂ©rateurs Ă©conomiques. Toutefois, l’émissaire du FMI note que le budget 2013 du Mali prĂ©sente un Ă©cart de financement d’environ 55 milliards de FCFA que les autoritĂ©s maliennes envisagent de financer grĂące Ă  la reprise de l’appui budgĂ©taire des partenaires au dĂ©veloppement et que tant que cet appui n’est pas confirmĂ©, le Fonds gĂšlera un montant Ă©quivalent de dĂ©penses  dans le budget en question. De son cĂŽtĂ©, le Ministre TiĂ©nan Coulibaly a expliquĂ© que  la condition du retour du Mali dans la communautĂ© financiĂšre internationale exige que notre pays soit en accord avec le FMI. « Il faut que nous soyons en  programme avec le FMI. C’est lĂ  une condition nĂ©cessaire afin que le reste du monde nous vienne en aide. Mais au-delĂ  de cela, certains partenaires demandent si nous nous sommes entendus sur la feuille de route du gouvernement, les assises nationales, l’intervention de la CEDEAO. Une question en bonne voie », a indiquĂ© le Ministre. Sur l’écart de 55 milliards de FCFA mentionnĂ©s plus haut, TiĂ©nan Coulibaly a  confirmĂ© le fait que les deux parties se sont entendues sur une diminution de 55 milliards de FCFA sur l’ensemble des ressources et des  dĂ©penses au cas oĂč l’aide budgĂ©taire ne suivrait pas. Mais il  soulignĂ© que la Banque mondiale, la Banque africaine de dĂ©veloppement (BAD), les Pays-Bas, l’UE et tous les partenaires habituels promettent d’aider le Mali s’il parvient Ă  se mettre en programme avec le FMI. Aussi, si tout se passe bien avec le Fonds, les 55 milliards devraient ĂȘtre largement couverts par l’aide budgĂ©taire. Tout en restant optimiste, le Ministre  a assurĂ© que  le budget 2013 prĂ©sentĂ© restera comme tel. « Si les recettes ne suivent pas, certaines affectations budgĂ©taires non essentielles seront gelĂ©es Ă  hauteur de 55 milliards », a prĂ©cisĂ© TiĂ©nan Coulibaly  avant d’assurer que le Mali est  bel et bien  frĂ©quentable aujourd’hui. Et de rappeler qu’au moment des Ă©vĂšnements de mars 2012, le pays avait un programme triennal avec le FMI, mais qui a Ă©tĂ© suspendu plus tard. Aujourd’hui, un choix devait ĂȘtre fait entre ce programme dont le rĂ©tablissement prendra du temps et une procĂ©dure de dĂ©caissement accĂ©lĂ©rĂ©e, au moment oĂč notre pays a besoin d’assistance urgente. Pour atteindre ces objectifs, notre pays doit avoir un budget Ă©quilibrĂ© et faire preuve d’une gestion saine de son Ă©conomie. Toutes les conditions de la reprise de la coopĂ©ration avec les partenaires sont en train de se rĂ©unir progressivement. Reste la feuille de route consensuelle et les assises nationales. Le Ministre souhaite que ces problĂšmes soient rĂ©solus avant la tenue du  Conseil d’administration du FMI. Le communiquĂ© publiĂ© Ă  l’issue de la mission indique que le Fonds est parvenu Ă  un accord prĂ©liminaire avec le gouvernement  sur un appui au Mali dans le cadre de la FacilitĂ© de crĂ©dit rapide et  Ă©voque  la situation difficile dans laquelle se trouve notre pays.  Le document indique aussi que le PIB rĂ©el du Mali devrait se contracter de 1,5% en 2012, aprĂšs une croissance de 2,7%  en 2011. La mauvaise rĂ©colte de 2011 et les perturbations des Ă©changes commerciaux devraient porter l’inflation moyenne Ă  5,9% en 2012. Mais en 2013, le PIB rĂ©el devrait  progresser de nouveau d’environ 4 Ă  5 %.

Les exigences de l’accord

La reprise de la coopĂ©ration europĂ©enne avec le Mali se fera de façon conditionnĂ©e  dĂšs l’adoption d’une feuille de route crĂ©dible  et graduelle, en fonction de ses progrĂšs. Pour le rĂ©tablissement de l’Etat de droit et surtout la reprise du contrĂŽle des civils sur l’armĂ©e, le gouvernement malien devra prĂ©senter une feuille de route Ă  l’UE.  Le Conseil des Ministres des Affaires Ă©trangĂšres, qui s’est rĂ©uni le lundi 19 novembre Ă  Bruxelles, a formellement dĂ©clarĂ© son soutien financier et logistique Ă  une opĂ©ration de rĂ©tablissement de la paix dans le Nord du Mali et  son engagement Ă  soutenir le Mali et la CEDEAO en rĂ©ponse Ă  leurs demandes respectives. Mais les 27 pays ont aussi tenu Ă  poser plusieurs conditions prĂ©alables. PremiĂšrement, le gouvernement malien devra prĂ©senter une feuille de route Ă  l’UE pour le rĂ©tablissement de l’Etat de droit et surtout pour la reprise du contrĂŽle des civils sur l’armĂ©e. Document-clĂ© pour l’UE, mais que le gouvernement malien tarde Ă  rĂ©diger. «Dans le domaine de la sĂ©curitĂ©, les actions doivent appuyer des objectifs politiques et venir en complĂ©ment du processus politique malien », prĂ©cisent les 27 pays. DeuxiĂšmement, le Conseil exige que des Ă©lections soient organisĂ©es au plus tĂŽt. L’UE est d’ailleurs prĂȘte Ă  apporter un soutien financier Ă  ces Ă©lections et Ă  envoyer une mission d’observation Ă©lectorale dĂšs que le calendrier Ă©lectoral sera fixĂ©. TroisiĂšmement, l’UE demande  au  gouvernement malien la mise en place, dans les meilleurs dĂ©lais, d’un cadre de dialogue national ouvert Ă  toutes les forces du pays, notamment avec les groupes armĂ©s non terroristes qui reconnaissent l’intĂ©gritĂ© du territoire malien (ce qui vise donc les mouvements touaregs d’Ançardine et du MNLA, mais pas ceux d’AQMI et du MUJAO). Enfin, l’UE demande aux autoritĂ©s  de faire toute la lumiĂšre sur toutes les exactions commises depuis le dĂ©but de la crise, au Nord comme au Sud du pays, notamment sur les faits survenus Ă  Diabali les 8 septembre et 24 octobre derniers. A la Commission de trouver des crĂ©dits supplĂ©mentaires. Pour les 27 pays,  le point important est le caractĂšre africain de la mission et l’appropriation de l’opĂ©ration par les Africains. Ils ont ainsi approuvĂ© les travaux de planification de l’Union africaine et de la CEDEAO et affirmĂ© leur soutien qui sera financĂ© de façon adĂ©quate par l’Union europĂ©enne. La Commission est chargĂ©e par les ministres de «prĂ©voir la mobilisation des ressources financiĂšres nĂ©cessaires de la FacilitĂ© de Paix africaine ». Une facilitĂ© qui connaĂźt des jours difficiles. En attendant, le Mali est loin de sortir de la crise.

Jean Pierre James

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. 😳 9 milliards d’ aide et 10,10 milliards et bien plus de vole aux Malien 😆

  2. bon article – rare de lire de nos jours des articles sans griotisme de la part des auteurs

  3. …”Pour le rĂ©tablissement de l’Etat de droit et surtout la reprise du contrĂŽle des civils sur l’armĂ©e, le gouvernement malien devra prĂ©senter une feuille de route Ă  l’UE.” (…)
    Et, bien sûr:
    …”Mais les 27 pays ont aussi tenu Ă  poser plusieurs conditions prĂ©alables. PremiĂšrement, le gouvernement malien devra prĂ©senter une feuille de route Ă  l’UE pour le rĂ©tablissement de l’Etat de droit et surtout pour la reprise du contrĂŽle des civils sur l’armĂ©e. ”

    On est un certain nombre Ă  clamer et marteler depuis le premier jour, que le PRINCIPAL problĂšme du Mali, c’est la prĂ©sence de Sano-pitre et de ses complices sur la scĂšne politique Malienne! Et c’est vrai aussi bien pour l’aide militaire qui pourrait ĂȘtre beaucoup plus importante si ce Gaullien libĂ©rateur imbibĂ© avait disparu, que pour l’aide financiĂšre!!

    Aujourd’hui, les partenaires extĂ©rieurs, militaires comme financiers, se voient confrontĂ©s au dilĂšmne suivant: Devoir dĂ©caisser des dizaines de milliards, mais pour un pays oĂč 2 personnes font la pluie et le beau temps: Un bidasse alcoolique qui se prend pour le GĂ©nĂ©ral De Gaulle, et un pm girouette qui ne vise que sa propre ascension, et qui change d’avis comme de boubou selon le sens du vent! Qui est fou?

    Si vous lisez entre les lignes le rĂ©cent message des Ă©tats unis concernant son aide militaire “a minima”, il disait en substance “on pourrait s’investir beaucoup plus, mais pas tant que le petit bidasse aura encore voix au chapitre!” Et leur mĂ©fiance vis Ă  vis de cmd est Ă  peu prĂšs Ă©quivalente depuis le jour oĂč, au tout dĂ©but, ils se sont aperçus comme tout le monde qu’il n’Ă©tait rien d’autre que la marionnette rampante des putschistes!

    LĂ , dans ce cas, le message est on ne peut plus clair, les 27 pays (27!…)en font carrĂ©ment une CONDITION PREALABLE: Une feuille de route claire et nette (et comme par hasard, il n’arrivent toujours pas Ă  l’avoir!…), et le dĂ©part rĂ©el des bidasses! C’est sans appel: OĂč bien Sanogo dĂ©gage (et rĂ©ellement) oĂč bien on ne le vire pas et le Mali meurt d’asphyxie et tombe dĂ©finitivement en faillite!

    Il serait amusant d’exiger de l’astro-menteur-manipulateur, qu’il vienne Ă  l’ortm s’adresser Ă  la nation sur la situation financiĂšre et Ă©conomique du Mali, et de lui repasser la bande oĂč il prĂ©tendait triomphalement que grĂące Ă  lui, “le pays s’en sortait trĂšs bien sans aide extĂ©rieure!”

    Des pays qui reçoivent des aides colossales de l’occident, il n’en manque pas; Mais encore faut-il que ce soient des pays jugĂ©s CREDIBLES! Tant que nous ne le serons pas….

    • Je suis tellement d’accord avec toi, que je te prie de pisser maintenant. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Mais pas Ă  Kati 😆 😆 😆 😆 au risque de te faire agresser par “DĂ©gaullasse” qui sans doute se prĂ©cipitera sur ton “pisse” pour s’en couler. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • Je suis tellement d’accord avec toi, que je te prie de pisser maintenant. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Mais pas Ă  Kati dĂš 😆 😆 😆 😆 wallyaiiiiiiiiii au risque de te faire agresser par “DĂ©gaullasse” qui sans doute se prĂ©cipitera sur ton “pisse” pour s’en couler. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • Quand la cervelle est a l’ envers , que faire? les elements de comparaisons degaule et Sanogo , pour quoi pas Churchil et Sanogo?…plein comme vous messieurs qui ont vraiment besoin de soins…

      Democratie? 9 milliards de CFA, ca peut venir de la poche d’ un simple citoyen des EU ou de l’ EU, pour ca nous massacrons les notres et pietinons l’ avenir de nos enfants…

      les 9 milliards, ils seronts dans les poches du politicien suivant… n’ est ce pas? Le Mali peut faire un pret de 9 milliards de CFA a l’ UE puisque nous avons 10,10 milliards de disparus pour l’ exercice passe, et nous comptons 100 milliards juste 2 annees avant…

      …L’ AIDE EN AFRIQUE EST UN INSTRUMENT DE CORRUPTION DES ELITES INCONSCIENTES ET INSOUCIENTES D’ AFRIQUE…

      💡 RESTERONS NOUS MONSIEUR SANG-PIZZE UN DES BABOUINS INTELLOS ❓

Comments are closed.