Désenclavement sous/régional : Une nouvelle route reliera le Mali et le Burkina Faso

1

En effet, d’ici la fin de l’année 2014, la ville de Sikasso sera reliée à la frontière du Burkina Faso, par une route répondant aux normes de la CEDEAO. De sources bien informées sur le chantier, il ressort que les travaux de cette route nationale N°10, ont été rendus possibles grâce aux efforts consentis par le ministre de l’Equipement et des Transports, le Général Abdoulaye Koumaré. Coût de réalisation des travaux de cette nouvelle route devant relier la ville de Sikasso au village de Hèrèmakono (village malien frontalier du Burkina Faso), longue de 42km, s’élève à : 12 738 747 408FCFA, dont 79% du montant total est financé par l’IDA et 21% par l’Etat malien et 455 444 000FCFA, pour le contrôle et la surveillance des travaux, soit un montant total de 13 194 191 408FCFA TTC.

 

 

Les autorités du Mali, accordant de volets importants de ses programmes prioritaires de développement et de l’aménagement des infrastructures de transport ; a sollicité auprès de l’IDA, le financement des travaux de réhabilitation du tronçon Sikasso-Hèrèmakono (frontière du Mali vers le Burkina Faso) pour davantage désenclaver notre pays vers d’autres destinations.  Il faut souligner que la réhabilitation de cette route (RN10) devrait permettre une véritable fluidité dans le secteur des transports, entre : le Mali et les pays bordant la mer.

Le chef de mission que nous avions rencontré tout heureux, nous dira que le coût des travaux est de 12 738 747 408FCFA, dont 79% financés par l’IDA et 21% par le Mali, quant au coût du contrôle des travaux, il estimé à 455 444 000FCFA dont 95% financés par l’IDA et 5% par l’Etat malien.

 

 

M. Adjalo Hodenou Jean (Ingénieur routier de son état) d’ajouter que le maître d’ouvrage est le ministère de l’Equipement et des Transports, représenté par la direction nationale des routes (DNR) et l’Unité de coordination nationale (UNC) du PRFTTAO. L’AGEROUTE est le maître d’ouvrage délégué, le maître d’œuvre est CIRA et l’entreprise COVEC de la république populaire de Chine est chargée de l’exécution des travaux.

 

 

Le chantier qui avait connu une petite interruption a été diligenté grâce aux efforts consentis par le Ministre de l’Equipement et des Transports, le Général Abdoulaye Koumaré. Parlant du contexte général du projet, il étaye l’attention particulière que le Gouvernement du Mali a toujours accordé à l’aménagement et au développement des infrastructures de transport en vue d’assurer le désenclavement intérieur et extérieur du pays. Aussi, cette volonté se retrouve dans toutes les politiques de développement du pays, principalement dans le cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté (CSCLP) approuvé par les partenaires au développement.

 

 

S’agissant de cette route nationale 10, liant la ville de Sikasso au village de Hèrèmakono, d’une longueur de 42 km a été construite entre 2001 et 2003 avec des caractéristiques géométriques conformes aux normes CEDEAO, généralement admises par les Etats membres et un revêtement en enduit superficiel bicouche sablé. Depuis lors, le tronçon reliant Sikasso à la frontière du Burkina Faso via Hèrèmakono, n’a bénéficié aucun autre investissement ce, en dépit d’une affluence importante du trafic sur ce corridor. Il ressort des propos d’un responsable proche du projet, que la réhabilitation du tronçon entre Sikasso et Hèrèmakono est indispensable pour rendre davantage plus fluide le trafic entre le Mali et les pays de la côte via le Burkina Faso.

 

 

Attendu sur le chantier dans les tous prochains jours, le ministre de l’Equipement et des Transports, le Général Abdoulaye Koumaré, a soutenu qu’après la remise en état des axes routiers : Bamako-Bougouni et Bougouni-Sikasso, la réhabilitation du tronçon entre Sikasso et Hèrèmakono était devenue presque une priorité pour l’Etat malien.

 

 

Et le ministre de préciser que suite à la construction des axes routiers : Bamako-Bougouni et Bougouni (RN7) le tronçon Sikasso-Hèrèmakono était devenu du coup le maillon faible de la partie malienne du corridor : Tema (Ghana)-Ouagadougou (Burkina Fao)-Bamako (Mali). Dans ce contexte a-t-il poursuivi, le Gouvernement du Mali a ainsi sollicité, dans le cadre du Projet régional de facilitation du transport et du transit routier en Afrique de l’Ouest (PRFTTAO) qui regroupe en plus du Mali ; le Burkina Faso et le Ghana.

 

 

Par Zhao Ahmed Amadou Bamba

Envoyé spécial

lecoqcococricoz@gmail.com

 

Route: Sikasso-Hèrèmakono-Burkina Faso-pays cotiers

 

Des rentabilités économiques énormes pour le Mali…

 

Pour un grand nombre de transporteurs maliens et voir de simple citoyen lambda, la construction de la RN10, en une véritable route répondant aux normes de l’espace CEDEAO, sera à la fois doublement bénéfique  économiquement au Mali en général et à la ville voir même à la région de Sikasso en particulier. Quant au village de Hèrèmakono, il sera, pour ne rien laisser au hasard, un vrai carrefour priorisé pour le trafic routier national et sous-régional. Le projet une fois terminée, pourrait également être porteur de revenus économiques importants, pour les villages le long de la nouvelle route.

Les populations des différents villages qui seront traversés par cette route devraient également y tiré profit sur différents plans : culturel et économique, etc. De l’avis d’un économiste, cette route devrait avoir forcement des influences positives sur les activités économiques des populations des villes et villages de la région de Sikasso et du Mali tout entier.

……………………………………………………………………………………

 

Construction de la RN10, en une route répondant aux normes internationales

Les doléances des populations considérées par les plus hautes autorités du pays…

Le chantier de la route nationale N°10, a pris en compte, les doléances de plus d’une dizaine de familles de Bougoula Hameau, un village situé à quelques cinq km de la ville de Sikasso. À Bougoula Hameau, plusieurs habitations devraient être touchées par les travaux actuellement en cours sur la RN10, le projet a pris en charge la décision de recaser les membres de ses familles dans un proche délai.

Il faut confier que les concessions touchées par les travaux de la RN10, devraient être démolies, et pour ne pas laisser les occupants de ces concessions dans la rue, le projet a pris en charge, la construction de nouvelles maisons dans un délai raisonnable, lesquelles serviront de lieu de recasement pour les dites familles.

………………………………………………………………………………….

 

Chantier de la RN10

Des actions porteuses et bénéfiques pour les populations de plusieurs zones. Des forages seront construits par le projet au profit des habitants de certains villages longeant la RN10…

Plus de cinq nouveaux forages seront construits, le projet de la RN10, dans certains villages situés aux abords. En plus de rendre l’accès facile à la ville de Sikasso, au reste du Mali et à d’autres pays de la sous-région ouest africaine, le chantier de la RN10, permettra aux populations de plus de cinq villages de bénéficier des forages équipés pour enfin disposer de l’eau potable, «un élément essentiel à la santé  humaine».

Par Zhao Ahmed A. Bamba

lecoqcocoricoz@gmail.com

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Un investissement au taux de rentabilite enorme.Un pays d’hinterland comme le Mali ne peut se contenter de routes.Il y a un plan d’interconnexion des voies de chemin de fer en Afrique de l’Ouest.
    Il appartient aux pays sans cotes maritimes de pousser a la realisation de ce programme ferroviaire strategique.Nous ne pourrons initier une politique veritable d’industrialisation sans chemin de fer,voie de transport lourd et sans l’exploitation rationnelle de nos sites hydroelectriques.La Guinee et le Mali disposent a eux seuls plus de 4000 MW.Une croissance vigoureuse peut etre enclenchee avec ces ressources et en trouvant des allies economiques qui trouvent leurs interets dans la mise en valeur de ces ressources.En fait ce schema s’integre dans le schema de developpement mondial car nos pays ont la competitivite pour la production des produits industriels intermediaires.L’integration sociale au Mali sera effective avec le transport ferroviaire ,de meme l’integration sociale regionale.

Comments are closed.