Libération des voies publiques : L’opération a débuté hier lundi sans affrontement

15
dabanani
La voie traversant Dabanani completement libere au grand bonheur des passants

Dans le cadre de la fluidité de la circulation dans le district de Bamako, les plus hautes autorités ont décidé de procéder à la libération des voies publiques occupées par des commerçants détaillants. Cette mesure, qui a commencé hier, lundi 3 mars, sur trois artères de la capitale, a connu un grand succès, selon certains observateurs. Aucun incident n’a été signalé en ce sens que de nombreux commerçants ont adhéré au processus. Pour la circonstance, 260 éléments des forces de l’ordre composés de 150 policiers, 50 gendarmes et 60 éléments de la garde nationale ont été déployés sur le terrain.

 

 

Comme souhaité par le gouvernement, à travers le ministère du Commerce, l’opération de libération des voies publiques a commencé hier dans une atmosphère apaisée. Il y a eu plus de peur que de mal. La grande campagne de sensibilisation menée par les différentes autorités du District de Bamako, les responsables des organisations professionnelles des commerçants ainsi que les chefs de quartier, sous la houlette du département du commerce, a porté fruit. Déjà, avant la matinée d’hier, certains étalagistes avaient volontairement arraché leurs installations.

 

 

 

C’est ainsi qu’hier matin, aux environs de 7h 30mn, les forces de l’ordre n’ont pas eu de difficulté à prendre position sur les différents points stratégiques des trois premières artères concernées par cette opération. Au passage de notre équipe de reportage, les policiers, gendarmes et gardes étaient visibles en nombre.

 

 

 

Du rond-point de Médine à la place de la liberté, les éléments de la compagnie de circulation routière ont été déployés pour sécuriser ce trajet. De la place de la liberté en passant par la grande poste, les éléments de la gendarmerie étaient sur pied afin que l’opération soit un succès. Et, de la grande poste à la Maison de l’artisan, les éléments du groupement mobile de sécurité ont été engagés pour le bon déroulement de l’opération. De la Maison de l’artisan à la rue Titi Niaré, les éléments du maintien de l’ordre de la garde nationale ont été mobilisés.

 

 

À partir de la grande Mosquée jusqu’à la direction des grandes entreprises des impôts de Niaréla, une équipe de la gendarmerie a été positionnée. De là au 3e pont, la sécurité était assurée par les éléments de la garde nationale.

 

 

 

Aux dires du nouveau commissaire du 1er arrondissement, Doubaly Diawara, les éléments des forces de l’ordre déployés sur le terrain n’ont rencontré aucune résistance de la part des détaillants qui occupaient ces artères. Il a indiqué que d’intenses messages de sensibilisation lancés ont été compris par les uns et les autres. M. Doubaly Diawara a salué l’implication des responsables des associations et des groupements des commerçants dans cette campagne de sensibilisation. Celle-ci fait suite à la décision, combien salutaire prise par le ministre du Commerce, Abdel Karim Konaté, d’instaurer un cadre de dialogue et de concertation pour cette opération. Ce qui avait conduit au report du déguerpissement à deux reprises. Ce double report en valait la peine, car il a permis de bien peaufiner l’opération. Pour l’une des rares fois, l’opération de libération des voies s’est déroulée sans affrontement entre les forces de l’ordre et des occupants.

 

 

Le commissaire du 1er arrondissement a profité de cette occasion pour inviter les commerçants détaillants à continuer à observer cette mesure qui va dans le sens de leur propre intérêt, car il s’agit de leur sécurité, mais aussi de l’intérêt général dans la mesure où la circulation au centre-ville sera plus fluide. Ensuite, il a lancé un appel à l’endroit des responsables des groupements des commerçants à ne pas baisser les bras dans le cadre de la sensibilisation de leurs militants et sympathisants. Il a félicité les hautes autorités de la prise de cette mesure salutaire qui permet de désengorger  notre capitale.

 

 

Certains détaillants rencontrés, malgré la perte de leur place, ont salué l’opération en espérant être réinstallés conformément aux dispositions prises. D’autres vendeurs ambulants soutiennent que le moment n’était pas propice à une opération de ce genre dans la mesure où il y a une crise actuellement.

 

 

Pour eux, l’argent circule moins, ils ne seront pas en mesure de subvenir à leurs besoins. Plusieurs passants qui fréquentaient le marché ” Dabanani “ se sont réjouis de la fluidité retrouvée et espèrent que des mesures seront prises pour maintenir les endroits libres.

Cléophas TYENOU

PARTAGER

15 COMMENTAIRES

  1. c’est une très bonne chose et il faudra continué en ce sens

    Commenter avec…

    c’est une très bonne chose et il faudra continué en ce sens…

    • Ayé Hèrèkèh Môghô wou kan ni soukoukô koumayé !

      Késsou Ni Batara Dikhamé , Ké Jamana Bônô !

      Batarakan !

      Garéh Dikaméh !

      Mana Mana Kan Témèneten tèh !

      Nankam Nankam !

      Fouh Gôtôh !

      Une véritable Farce , comme le ridicule n’a point tué le Malien !

      Only Illegal ACT !

      Ô pleure pays bien mal aimé !

  2. 1. Comme d’habitude au Mali, les lois sont votées pour être violées: les sachets plastiques qui devraient être interdits de circulation depuis le 1er janvier 2014 s’étalent allègrement devant les kiosques et s’envolent joyeusement dans l’air. Pire, ils sont brûlés avec les ordures provoquant une épidémie de rhume dans tous les alentours de Bamako.
    2. Ensuite, on nous a chanté le port du casque pour se protéger tout bêtement. Toujours rien.
    3. Maintenant, c’est le déguerpissement des kiosques anarchiques sur certaines allées. Mais, demain, vous retrouverez sûrement la même anarchie, dans les mêmes lieux. PARCE QUE LES POLICIERS N’Y SERONT PAS ASSIDUS OU PARCE QU’ILS SE FERONT CORROMPRE TOUT SIMPLEMENT. L’UNIQUE SOLUTION EST DE RAFLER REGULIEREMENT SUR LESDITS SITES, DE FAIRE TOURNER LES EQUIPES DE CONTROLE ET SURTOUT DE LES SANCTIONNER EN CAS DE DEFAILLANCE.
    4. En définitive, il faut bien que la société civile malienne continue à mettre la pression sur les autorités par rapport à l’insécurité ou l’assainissement…

  3. Bon début il faudra garder le cap, surtout avec ceux et celles qui vont jouer au chat et a la sourie. Une plus grande sensibilisation des tetus et tetues sera necessaire en plusieurs etapes parce que Je compte qu’il y a un groupe qui ne peut debourser les frais pour les kids que etc…Cas même ca commence bien.

  4. bravo ibk mais aulieu d’attaqué les pauvres citoyens il fo aller au nord resoudre ce probleme merdre

    • Ayé Hèrèkèh Môghô wou kan ni soukoukô koumayé !

      Késsou Ni Batara Dikhamé , Ké Jamana Bônô !

      Batarakan !

      Garéh Dikaméh !

      Mana Mana Kan Témèneten tèh !

      Nankam Nankam !

      Fouh Gôtôh !

      Une véritable Farce , comme le ridicule n’a point tué le Malien !

      Only Illegal ACT !

      Ô pleure pays bien mal aimé !

    • Oh lala ! Putain , on embête les gens pour rien , le désordre n’est pas seulement dans nos marché , mais partout ailleurs au Mali ,d’ailleurs dans ce pays on ne s’est toujours pas par où , il faut commencer , mais nous les des en bas des en bas , on s’en remet au bon dieu , mais ONEHOULA dans ce pays ? Et les petits MAQUIS et China TOWN qui prolifèrent à Bamako de façon éparse ? Et les petits coins comme Biribougou lieux où convergent des soldat ratés et autres noctambules dévorent des charognes de filles aux enchères ?

      Allah Ka An Sabougna dorong !

      Au lieu de passer à la vitesse supérieure , l’arrestation des délinquants financiers et autres prédateurs , on fait le pyromane pompier sous des CAMERA FLASH , pour montrer que Bamako fait peau neuve!

      Anwou Cabalibè débanan Malikola ! 😯 😯 😯 👿 👿
      wa salam !

  5. ………Il était temps que ces voies soient libérer afin de donner une autre image de la capitale. Dans ce désordre absolu, les piétons sont les premières victimes car, ils sont obliger d’abandonner les trottoirs pour trouver un chemin sur les voies publiques. Que ces soient disant commerçants comprennent qu’ on ne peut pas construire un état digne de ce nom dans l’anarchie. Qu’ils comprennent aussi que le manque de fluidité dans les circulations peut être un facteur de ralentissement de notre économie. On perd de trop de temps en ville par la faute de l’incivisme. Bonne continuation aux autorités!

  6. Enfin,je demande aux uns et aux autres de respectez à 100%ce consigne car personne ne viendras construire ce pays à notre place,l’incivisme et le laisser aller sont monnaie courante en Afrique.
    au lieu de dire qu’est ce que mon pays à fait pour moi,demande plutôt qu’est ce que j’ai fais pour mon pays.

  7. Gouverner c’est prendre des décisions difficiles selon feu Boubacar Sada Sy. Après une campagne médiatique soutenue, une mobilisation sociale exceptionnelle et une fermeté inébranlable du sommet de l’Etat dans cette opération de déguerpissement du petit commerce des trottoirs, on sait maintenant que l’Etat ou disons-le, le gouvernement peut quand il veut.

    Cela donne l’espoir qu’il va s’attaquer immédiatement, avec la même énergie, la même détermination à toutes les autres choses à fluidifier dans ce pays:
    1) la méritocratie pour fluidifier le mouvement des compétences dans les services publics,
    2) l’argent public pour fluidifier la circulation des ressources vers leurs destinataires,
    2) la diffusion du savoir pour que nos enfants cessent d’être parmi les derniers du monde,
    3)la circulation des eaux pluviales dans les caniveaux et les lits de rivière illégalement occupés et obstrués pour épargner des vies humaines pendant l’hivernage,
    4) la justice pour fluidifier les relations entre les citoyens, la bonne entente dans notre pays et la sécurité des affaires,
    5)la sécurité pour fluidifier le mouvement des populations et de leur bien dans la quiétude.
    6) l’emploi pour fluidifier la circulation du pouvoir d’achat et la dignité dans nos familles,
    7) la sécurité routière pour fluidifier la circulation de la vie sur nos routes,
    8)les bonnes pratiques médicales pour fluidifier la circulation de la santé dans nos centres de santé,
    9) la question foncière pour fluidifier la circulation de l’équité et de la paix partout sur le territoire,
    10) la transparence politique pour fluidifier la circulation de la voix des électeurs vers les candidats de leur choix.
    Cela nous amène à dire que gouverner c’est surtout agir en termes de priorités et d’urgences.Cette opération était-elle urgente ou prioritaire par rapport toutes celles citées ci-dessus. Il faut en douter.

  8. Eh Allah!!! Foutez la paix aux pauvres citoyens qui ne font que gagner loyalement leur vie. Ils valent mieux que ceux qui detournent les deniers publics et se nourrissent du sang du people. Je pense que le pouvoir se trompe de combat. Ce pseudo President Islamiste commence a en faire de trop. Au Diable, IBK!!!!!!!!!

        • Oh lala ! Putain , on embête les gens pour rien , le désordre n’est pas seulement dans nos marché , mais partout ailleurs au Mali ,d’ailleurs dans ce pays on ne s’est toujours pas par où , il faut commencer , mais nous les des en bas des en bas , on s’en remet au bon dieu , mais ONEHOULA dans ce pays ? Et les petits MAQUIS et China TOWN qui prolifèrent à Bamako de façon éparse ? Et les petits coins comme Biribougou lieux où convergent des soldat ratés et autres noctambules dévorent des charognes de filles aux enchères ?

          Allah Ka An Sabougna dorong !

          Au lieu de passer à la vitesse supérieure , l’arrestation des délinquants financiers et autres prédateurs , on fait le pyromane pompier sous des CAMERA FLASH , pour montrer que Bamako fait peau neuve!

          Anwou Cabalibè débanan Malikola ! 😯 😯 😯 👿 👿
          wa salam !

Comments are closed.