Ponts de Kayes : Les travaux ont démarré

0

Juste après le lancement de la route Kayes – Sadiola lundi, le ministre de l’Equipement et du Désenclavement, Traoré Seynabou Diop est retournée à Kayes et s’est aussitôt rendue sur les sites de construction du deuxième pont de la ville et de réhabilitation de l’ancien barrage, fortement endommagé par la surcharge. L’objectif de ces visites, selon elle, était de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux qui s’y déroulent.

Le site devant abriter le second pont a été affecté en février dernier. Les travaux devront durer 24 mois, hors saisons des pluies. Les activités ont démarré depuis la date d’affectation du site. « Nous sommes au niveau de la préparation du terrain qui a permis la construction du batardeau, une sorte de digue pour barrer l’eau du fleuve », a expliqué le chef de la mission de contrôle de CIRA, Ousmane Diallo. L’objectif avant la fin de 2017, est la réalisation de huit plies ou pieds, a-t-il ajouté. Quant au pont, il aura deux fois deux voies avec des barrières de sécurité empêchant toute chute de véhicule en cas de dérapage. Des voies d’accès de 17 km de long seront également réalisées.

Au niveau du premier pont, la délégation a été accueillie et conduite par l’ingénieur des ponts, Dramane Traoré, chef de la mission de contrôle et de surveillance du bureau d’étude GIC. Parlant de l’état d’avancement, le chef de la mission de contrôle a expliqué que les travaux sont exécutés à hauteur de 36,5%. Sur neuf piles additives à réaliser, l’entreprise SOMAFREC n’en a construit que trois à la date d’aujourd’hui, a-t-il souligné.
Il a rappelé aussi que les travaux de réhabilitation ont débuté le 28 décembre 2016, et consistent à la construction de neuf piles supplémentaires. Entièrement financés par le budget national sur l’exercice 2016/2017, ils seront réalisés par l’entreprise SOMAFREC SA pour un montant de 2 034 182 962 Fcfa et dans un délai de 12 mois, a indiqué Dramane Traoré.

Evoquant les raisons qui ont endommagé le pont, il dira : « prévu pour un trafic journalier de 100 à 150 véhicules, ce pont enregistrait une moyenne de 800 véhicules par jour, à cause de la crise ivoirienne ayant occasionné le basculement de tout le trafic sur le corridor Bamako – Dakar ». Ce dépassement de poids a considérablement réduit la durée de vie de l’ouvrage, a-t-il ajouté.

A la lumière de ce constat, le ministre en charge de l’Equipement a encouragé l’équipe de réalisation des ouvrages à redoubler d’ardeur. Traoré Seynabou Diop a, par ailleurs, conseillé d’éviter les tiraillements inutiles, susceptibles de ralentir l’élan déjà amorcé. Car le gouvernement sera intransigeant face tout dépassement de délai contractuel et d’avenant au projet.

Cheick M. TRAORÉ
Envoyé spécial

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here