Route Bamako-Kangaba : De la belle ouvrage

0

Le joyau tient sa particularitĂ© de la nature difficile de la zone qu’il traverse. Sa construction a coĂ»tĂ© prĂšs de 17 milliards de Fcfa financĂ©s sur le budget national.

Elle est enfin lĂ . DĂ©sormais, l’on peut rouler sur le bitume de Bamako Ă  Kangaba. Le beau ruban de bitume a Ă©tĂ© inaugurĂ© hier Ă  Kangaba par le prĂ©sident de la RĂ©publique, Amadou Toumani TourĂ©. La cĂ©rĂ©monie a mobilisĂ© du beau monde : des membres du gouvernement, des reprĂ©sentants d’institutions ainsi que de nombreuses personnalitĂ©s dont l’ancien Premier ministre et dĂ©putĂ© Ă  l’AssemblĂ©e nationale, Ibrahim Boubacar KeĂŻta. Les populations de la vingtaine de localitĂ©s traversĂ©es sont sorties massivement tout au long de la route et ont rĂ©servĂ© un accueil dĂ©lirant au chef de l’Etat. L’effervescence Ă©tait Ă©galement exceptionnelle sur la place oĂč a eu lieu la cĂ©rĂ©monie d’inauguration. Longue de 86 km, la route Bamako-Kangaba est un axe important du dĂ©senclavement intĂ©rieur et extĂ©rieur. Elle traverse une dizaine de villages du MandĂ© et constitue l’une des principales voies par laquelle les populations constituĂ©es en majoritĂ© d’agriculteurs et d’éleveurs transportent leurs produits vers Bamako.

La voie est aussi frĂ©quentĂ©e par les camions de transport de sable et de gravier approvisionnant une partie de la capitale avec ces matĂ©riaux de construction. C’est suite Ă  cet intense trafic et aux effets cumulĂ©s du temps et des intempĂ©ries que la chaussĂ©e en terre s’était totalement dĂ©gradĂ©e. Il fallait plus de trois heures pour relier la capitale Ă  Kangaba. Et pendant l’hivernale la voie devenait quasiment impraticable. On peut donc imaginer le calvaire de la population de la zone dont plupart des activitĂ©s de production et d’échange sont dirigĂ©es vers la capitale. La joie des localitĂ©s desservies par la route est Ă  la hauteur de son utilitĂ©. Il faut sans doute rappeler que quelques semaines aprĂšs le lancement des travaux de bitumage par le prĂ©sident de la RĂ©publique, Amadou Toumani TourĂ©, en juin 2008, des habitant de la zone avaient marchĂ© de Kangaba Ă  Bamako pour venir remercier le chef de l’Etat. Au dĂ©but le chantier a connu des difficultĂ©s liĂ©es notamment Ă  un litige entre l’entreprise chinoise Covec chargĂ©e de l’exĂ©cution des travaux et des Ă©lus locaux.

L’exploitation par l’entreprise d’une carriĂšre pour extraire les matĂ©riaux de construction de la route Ă©tait Ă  la base du diffĂ©rend. Covec avait Ă©tĂ© contrainte de suspendre les travaux pendant plusieurs mois. Le diffĂ©rend s’était heureusement aplani. Au finish c’est une belle route qui vient d’ĂȘtre livrĂ©e aux usagers. Sa construction a coĂ»tĂ© prĂšs de 17 milliards de Fcfa financĂ©s sur le budget national. La surveillance et le contrĂŽle des travaux ont Ă©tĂ© assurĂ©s par le bureau malien Socetec, dirigĂ©e par l’ingĂ©nieur, CirĂ© DiakitĂ©. Techniquement la route a une largeur totale de 10 m dont 7 m de chaussĂ©e. Elle est protĂ©gĂ©e par 92 ouvrages dalots et est construite en bĂ©ton bitumineux sur environ 50 km. De SĂ©bĂ©nicoro en Commune IV du district de Bamako Ă  Kangaba en passant par les localitĂ©s de Samaya, Farabana, SamalĂ©, Djoliba, Bancounana, le joyau fait la fiertĂ© des populations. La route Bamako-Kangaba tient sa particularitĂ© de la nature difficile de la zone qu’elle traverse.

Le tracĂ© est en effet, situĂ© dans un bassin oĂč se dĂ©versent quasiment toutes les eaux venant des collines de Siby. De mĂȘme, cette route est soumise Ă  un important trafic des camions qui transportent du sable et du gravier exploitĂ©s presque Ă  ciel ouvert dans la zone. Pour rĂ©soudre ces problĂšmes, la route a Ă©tĂ© construite en digue et en bĂ©ton bitumineux renforcĂ© sur prĂšs de 50 km. Un autre gros avantage de la route Bamako-Kangaba est qu’elle permet de relier notre capitale Ă  Conakry. Du coup elle raccourcit de plus de 100 km l’actuelle voie Bamako-Conakry qui passe par NarĂ©na et KourĂ©malĂ©. « La rĂ©alisation de cette infrastructure, tout en favorisant la croissance Ă©conomique, sera Ă©galement un puissant facteur de facilitation des Ă©changes de toutes natures entre Kangaba et Bamako d’une part, et entre la citĂ© mythique du MandĂ© et d’autres destinations dont la RĂ©publique sƓur de GuinĂ©e. Elle permettra en outre de rĂ©duire de façon substantielle les coĂ»ts de transports et le temps de parcours », a commentĂ© le ministre de l’Equipement et des Transports, Ahmed Diane SĂ©mĂ©ga. Il a prĂ©cisĂ© que la rĂ©alisation de cette route met Ă©galement fin aux attentes interminables des voyageurs pour avoir un vĂ©hicule de transport et celle des angoisses liĂ©es aux Ă©vacuations sur Bamako pour les autoritĂ©s sanitaires du cercle Kangaba et les populations locales.

Le reprĂ©sentant du maire de Minidian, Mamourou KĂ©ĂŻta, a exprimĂ© la joie et l’intĂ©rĂȘt des populations pour la rĂ©alisation de cette route qui va donner un coup d’accĂ©lĂ©rateur au dĂ©veloppement de la recherche et Ă  l’extraction miniĂšre dans la zone. Le prĂ©sident de la RĂ©publique, Amadou Toumani TourĂ©, s’est rĂ©joui de la rĂ©alisation de cette route, une promesse qu’il avait faite Ă  la population. Il a rappelĂ© la marche des habitants pour venir le remercier Ă  Koulouba aprĂšs le lancement des travaux. Il a saluĂ© la qualitĂ© de la route notamment le nombre impressionnant des ouvrages de protection. Comme Ă  chaque fois qu’il ouvre une voie Ă  la circulation, le chef de l’Etat a exhortĂ© les usagers Ă  protĂ©ger la route et Ă  respecter le code de la route pour rĂ©duire les accidents de la circulation. Amadou Toumani TourĂ© a annoncĂ© une autre bonne nouvelle : les dĂ©marches sont engagĂ©es pour bitumer le reste de la voie jusqu’à la frontiĂšre avec la GuinĂ©e, longue de seulement 35 km. Ainsi, une grande partie du trafic pourrait basculer sur la nouvelle voie contribuant Ă  prolonger la vie de nos routes.

Envoyés spéciaux

Be. COULIBALY et

N. SAMAKE

 

 

PARTAGER