Route Bamako-Kangaba : Fin des travaux

0
3

Ce beau ruban de bitume a coûté près de 17 milliards de Fcfa au budget d’Etat.

La construction de la route reliant Bamako à Kangaba est achevée. L’infrastructure sera bientôt inaugurée. Certainement par le président de la République. En prélude à l’événement, le ministre de l’Équipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, était mardi sur place. La route Bamako-Kangaba est longue de 86 km. Si les travaux avaient été lancés en 2009, le chantier a connu plusieurs difficultés dont une liée à un litige entre l’entreprise chinoise Covec chargée de l’exécution des travaux et des élus communaux. L’exploitation par l’entreprise d’une carrière pour extraire les matériaux de construction de la route était à la base du différend. Covec avait été contraint de suspendre les travaux pendant plusieurs mois, prolongeant du coup le délai d’exécution des travaux de 5 mois. Heureusement, tous ces problèmes ont été réglés. La route est désormais entièrement réalisée. De Sébénicoro à Kangaba en passant par les localités de Samaya, Farabana, Samalé, Djoliba, Bancoumana, c’est une beau ruban de bitume qui est à la dispositions des usagers. Tous les ouvrages de protection (92 dalots et 3 ponts) sont achevés.
 La route présente la particularité de traverser une zone au relief très difficile. Le tracé passe, en effet, dans un bassin où se déversent quasiment toutes les eaux ruisselant des collines de Siby. En même temps, l’axe est soumis à un important trafic des camions qui transportent du sable et du gravier exploités presque à ciel ouvert dans la localité.

Pour pouvoir résister à ces contraintes, la route est construite en digue et en béton bitumineux renforcé sur près de 50 km. En visite sur le désormais ex-chantier, le ministre Séméga a rappelé l’importance de cette route dans le développement économique des localités traversées et même du pays. Il a insisté sur la nécessité de préserver cette belle réalisation pour les générations futures, en luttant surtout contre la surcharge des gros porteurs, l’un des facteurs de dégradation accélérée de nos routes.
 La dernière visite du ministre de l’Equipement et des Transports remontait à juillet. A cette occasion, les habitants de la zone et les travailleurs de l’Institut international de recherches sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) s’étaient inquiétés d’éventuelles inondations provoquées par la route. Cette inquiétude a été prise en compte par l’entreprise Covec et le bureau de contrôle Socetec qui ont réalisé des ouvrages de drainage des eaux. Par exemple, au niveau du marché de Bancoumana, un grand collecteur de drainage les eaux pluviales a été construit. La route Bamako-Kangaba est un tronçon de l’axe routier reliant notre capitale à Conakry. Elle raccourcit de plus de près de 100 km, l’actuelle voie Bamako-Conakry qui passe par Naréna et Kourémalé. Le ministre Séméga a annoncé que la recherche de financements est en cours pour le bitumage de la voie jusqu’à la frontière avec la Guinée. Il s’agit d’un tronçon de 35 km reliant Kangaba à Siguiri en Guinée. La construction de la route a coûté près de 17 milliards de Fcfa financés par le budget d’Etat. Un effort national exceptionnel en matière de construction d’infrastructures routières.

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.