1ere assemblée consulaire de la chambre des mines du Mali : Consolidation des acquis et renforcement des capacités

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

La Chambre des mines a tenu sa toute première assemblée générale consulaire, le vendredi 11 janvier au Centre international de conférence de Bamako. Elle était placée sous la présidence du ministre des Mines, Amadou Baba Sy.

 

Abdoulaye Pona (boubou blanc) photo archive

La Chambre des mines a mis à profit cette assemblée consulaire, pour jeter un regard rétrospectif sur les efforts déployés. Afin de hisser la chambre des mines à la hauteur des autres chambres consulaires du Mali, elle se projette de consolider les acquis et de consolider les acquis et de renforcer les capacités.

A l’entame de la rencontre, le président de la Chambre, Abdoulaye Pona, s’est réjoui des acquis enregistrés par sa structure. Ce  qui a permis à la chambre, en si peu de temps, d’être un partenaire incontournable pour toute question relative au secteur minier malien. Malgré ces performances, Pona entend mobiliser davantage son équipe pour que la Chambre des mines soit la meilleure vitrine du secteur minier. Dans cette logique, le président Abdoulaye Pona a sollicité le ministre des Mines pour  la mise à sa disposition du bâtiment de l’ancienne Cour constitutionnelle, conformément à la décision d’affectation. Car certains occupants illégaux tentent de s’opposer  à cela. Pour terminer, il a remercié l’ensemble des ses collaborateurs et partenaires pour les résultats engrangés.

Quant au ministre des Mines, il s’est dit impressionné par le parcours encourageant de la Chambre.  En ce qui concerne les difficultés que connait cette dernière, le Ministre a rassuré qu’il prendra des mesures appropriées pour son épanouissement, notamment la mise à la disposition  d’un budget initial à la Chambre des mines.

Profitant de cette tribune, le Ministre a invité les responsables de la Chambre à informer régulièrement les acteurs miniers sur la nécessité de connaître les lois et règlements qui gouvernent le secteur. Cela pour permettre une collaboration harmonieuse entre les acteurs et l’administration minière.

Oumar KONATE  

 

SOURCE:  du   17 jan 2013.