Développement durable : Campagne de reboisement : plus 33 millions d’arbres à planter

0

Le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable (MEADD) durable procédera le 6 août 2016 au lancement de la 22e campagne de reboisement couplée au lancement des activités de la Grande muraille verte au Mali. L’événement sera placé sous la haute présidence du Premier ministre Modibo Kéita. Il est prévu de planter cette année plus de 33 millions pieds de diverses variétés sur toute l’étendue du territoire.

 

Le MEADD a organisé hier une conférence de presse à la Maison de la presse sur la campagne de reboisement 2016. Le lancement est prévu ce samedi dans la forêt classée de Tienfala, région de Koulikoro. La conférence de presse était présidée par le chef de cabinet, Chaka Coulibaly. Il était assisté par le directeur national des eaux et forêts, l’inspecteur général Biramou Sissoko, et le coordonnateur de la Grande muraille verte, M. Kouloutan.

Le général Biramou Sissoko a rappelé les grandes lignes de la campagne de reboisement commencée dans notre pays en 1995 sous l’appellation “Opération pour un Mali vert”. Cette action, selon lui, vise à sensibiliser l’opinion nationale sur l’état de nos ressources forestières, les préjudices souvent irréparables de certaines de nos actions et l’impérieuse nécessité d’engager des actions d’envergure de reboisement pour combler le déficit croissant.

L DNEF a déploré les acquis physiques des reboisements annuels en deçà de l’espérance, dont les causes sont, entre autres, l’insuffisance d’entretien, le manque de suivi rapproché des plantations, l’insuffisance de la sécurisation des parcelles, la divagation des animaux.

S’y ajoute persistance des feux de brousse tardifs et l’irrégularité des pluies. Il a évoqué les actions prévues pour la campagne de reboisement 2016. L’objectif global est de contribuer à la lutte contre la désertification, à la conservation de la biodiversité, à l’atténuation des effets néfastes du changement climatique, à l’augmentation du taux de couverture végétale, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la réduction de la pauvreté.

La DNEF envisage de produire plus de 33 millions de plants toutes espèces confondues, collecter plus de 452 000 noix de rônier, 40 000 graines d’acacia et 83 000 boutures. Ce sont 116 000 ha de plantations tous types  confondus qui seront concernés par le reboisement. Il sera restaurer 200 ha de sites miniers, 18 000 ha de dunes seront fixés à travers cette campagne.

La Grande muraille verte concerne 11 Etats, dont le Mali. Elle va concerner 6 régions du pays : Kayes, Koulikoro, Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao. Le programme va toucher 14 cercles et 55 communes sur une longueur de 2066 km d’est en ouest. C’est dans cette partie du territoire que sera érigée une bande verte de plantation d’arbres d’espèces différentes et à grande valeur économique pour une superficie d’environ 3 millions d’ha.

“Au Mali, l’initiative Grande muraille verte sahélo-saharienne vise, à l’horizon 2025, le développement des communautés locales à travers une approche novatrice et inclusive consistant à mettre en synergie les actions de lutte contre la désertification, de conservation de la biodiversité, de lutte contre les changements climatiques, d’amélioration des systèmes de productions agro-sylvo-pastorale. La finalité étant de reverdir le Mali et de contribuer à une sécurité alimentaire durable des populations et du cheptel”, a indiqué M. Kouloutan.

Les activités de la Grande muraille seront focalisées à Nara.

Ousmane Daou

PARTAGER