Élaboration du budget communal : «Pour aboutir à une démocratie locale, il faut une décentralisation bien structurée» dixit Demba Traoré

0

Faire valoir les constats et les recommandations du groupe de suivi budgétaire (GSB) sur le processus d’élaboration du budget des communes . Tel était  l’objectif d’un point de presse hier à la Maison de la Presse, qui a réuni des experts en la matière. C’était sous la présidence du ministre délégué chargé de la décentralisation, Me Demba Traoré.

Le ministre délégué de la décentralisation, Me Demba Traoré et le président du GSB, Tiémoko S Sangaré, lors du point de presse

Depuis 2007, la société civile à travers le groupe de suivi budgétaire (GSB) s’est attelé à un exercice de recherche d’une plus grande participation de citoyens au processus budgétaire. Cette mission était de contribuer à la bonne gouvernance budgétaire publique réductrice de l’inégalité et de la pauvreté. C’est ainsi que le GSB a consacré le mois octobre à la  préparation du budget de l’année  à venir des communes, une journée d’échanges sur le processus d’élaboration du budget communal et la participation citoyenne dans trente communes des régions de Koulikoro, Sikasso, Mopti et Gao.

C’est à la lumière des travaux de ses journées d’échanges dira Ibrahima Kourreissi, responsable thématique genre et droit humain, que les constats ont montré que la responsabilité de la population dans le processus d’élaboration du budget communal n’a pas été expressément définie par la loi.

La nomenclature budgétaire des communes ne permet pas une affectation des ressources par les secteurs sociaux, notamment l’éducation et la santé. Toute chose qui limite les possibilités d’analyse, de contrôle et de suivi  des réalisations effectuées  dans lesdits secteurs.

Les délais de dépôt chez le maire de l’avant projet du budget de l’année N+1 au plus tard le 30 septembre de l’année N et du projet du budget de l’année N+1, avant le 31 octobre 2010 de l’année N, conformément au code des collectivités ne sont pas respectés. Les budgets communaux sont approuvés par certains préfets sans faire un contrôle sur les délibérations des dossiers et les budgets.

Le président du GSB, Tiémoko Souleymane Sangaré dans ses explications d’indiquer qu’il s’agit de faire valoir les recommandations du groupe de suivi budgétaire. Selon lui, le développement communal  est une priorité  pour le pays.

Toute chose qui fera dire au ministre délégué chargé de la décentralisation, Me Demba Traoré, qu’ en sa qualité de conseiller communal, il est conscient qu’il y’a beaucoup à faire dans le domaine de la décentralisation au niveau communal. “Pour aboutir à une démocratie locale, il faut une décentralisation bien structuré” indique le ministre.

A cet effet, le fonctionnement de la décentralisation ne peut être assuré sans l’implication  de la population entière, car dit-il “un budget mal conçu ne peut servir à un bon fonctionnement“. Il a, de ce fait, encouragé les hommes de média à se spécialiser à l’école de la décentralisation.

Ainsi, à la lumière des interrogations posées par les hommes de média, les élus communaux et experts présents ont tenté d’apporter des réponses claires et satisfaisantes.

Fatoumata Mah Thiam KONE

PARTAGER