Flux financiers des migrants maliens : Une opportunité et un défi pour le développement du Mali

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

La majeure partie des migrants maliens part des régions à économie faible dont celle de Kayes. Mais, même si, tout le monde s’accorde à dire qu’ils envoient beaucoup d’argent pour soutenir leurs familles, ces flux financiers restent relativement mal connus à cause du fait que dans leur grande majorité, ils transitent par des canaux informels.

Le Mali est un pays où, la migration est fortement encrée dans la culture.

Chaque famille malienne a son migrant et cela depuis toujours.

Il est aussi de notoriété que le Malien aussi longtemps qu’il réside à l’extérieur reste toujours attaché à son pays.

Cet attachement se manifeste par sa volonté d’aider les siens, de les soutenir et de réaliser des projets pour le développement de leur localité d’origine. Leur protection et accompagnement dans les pays d’accueil doit donc être une priorité pour le gouvernement.

D’après une étude de la BAD, les transferts financiers officiels des migrants maliens représentent 11 % du PIB, 79 % de l’APD et une moyenne de 7700 Euro par foyer et par an.

La grande majorité des envoyeurs de fonds sont des migrants de première génération, ce qui, à terme risque de poser la question du tarissement de cette source, ne serait ce qu’à cause de l’effet générationnel.

Il s’en suit que de nombreux bénéficiaires sont des ouvriers agricoles dont la précarité des revenus est liée au cycle des cultures et aux aléas climatiques que les transferts viennent compenser.

Les ménages bénéficiant de ces transferts de fonds les dépensent en priorité pour la consommation familiale. Ceci étant, l’évolution observée ces dernières années est que les migrants maliens veulent de plus en plus investir dans l’habitat, mais cela ne crée pas beaucoup d’emplois.

Alors que 65 % des transferts viennent de France, 73 % de ceux-ci transitent par des circuits informels.

Cette prédominance de l’informelle complique toute politique visant à encadrer et à orienter les transferts des Maliens. Elle est expliquée par la quasi absence du réseau postal conventionnel, le faible taux de couverture du marché par les société de transfert d’argent (STA), la faible bancarisation des bénéficiaires et la mauvaise qualité des services bancaire, le nombre de résidant a l’étranger en situation irrégulière et les liens sociaux et communautaires qui valorisent les personnes qui partagent leurs gains et mettent en avant les réseaux communautaires et personnaliser, indique le document.

À noter que le transfert des fonds des Maliens pose plusieurs problèmes à savoir la dépendance de certaines régions vis-à-vis des flux financiers de la diaspora malienne, le co-développement qui est un véritable miroir aux alouettes, la priorité au développement local au Mali et la canalisation des transferts vers les investissements productifs.

Adama DAO

SOURCE:  du   8 jan 2013.