Temps Forts >
Burkina Faso : La tombe du feu capitaine Sankara exhumée ce lundi

Burkina Faso : La tombe du feu capitaine Sankara exhumée ce lundi ... (5)

Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali »

Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali ... (22)

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord ... (8)

IBK, un symbole de la politique africaine  de Hollande sous le regard des juges anti- corruption

IBK, un symbole de la politique africaine de Hollande sous le regard des juges anti- corruption ... (26)

il y a 2 années
 22 Septembre

Mise en œuvre de l’état d’urgence en Commune IV : Moussa Mara passe de la parole aux actes

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

En application de l’état d’urgence, la mairie de la Commune IV vient d’interdire toutes les manifestations publiques et de rendre obligatoire la montée des couleurs dans tous les services publics y compris la mairie.
L’état d’urgence est désormais opérationnel en Commune IV du District de Bamako, dans toute sa rigueur. Par les arrêtés N° 0004/M CIV et 0007/M CIV du 17 janvier 2013, le Conseil communal, sous la direction du maire, Moussa Mara, a interdit toutes les manifestations publiques, cortèges et autres occupations festives sur la voie publique jusqu’à nouvel ordre et instauré la montée des couleurs dans tous les services publics.
Ces mesures qui suivent les recommandations issues d’une récente rencontre entre le conseil communal et les forces vives de la Commune IV, interviennent seulement une semaine après la prorogation pour trois mois de l’état d’urgence par les députés. On se rappelle que Moussa Mara avait demandé la compréhension de la population pour la mise en œuvre de l’état d’urgence. Les mesures visent à préserver l’ordre et la quiétude en ces moments difficiles pour notre pays.
Concernant l’application des arrêtés, les adjoints au Maire, les Commissariats de police de la commune, les Officiers des centres d’état civil, les Chefs de quartiers et le Secrétaire général de la mairie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de la mise en œuvre des différentes dispositions prises.
Yaya Samaké  

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.