Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs

0
0

Accra, la capitale du Ghana, accueille du 1er au 3 fevrier 2012, une quarantaine de participants pour échanger autour de la recherche agricole. Durant trois jours, les agriculteurs, petits et grands, chercheront ensemble des solutions pour le développement réel des productions en vue de lutter efficacement contre la famine en Afrique de l’Ouest. A cette rencontre internationale, on note  l’implication de l’Alliance pour une revolution verte en Afrique (AGRA),de l’IIED, du ROPPA,des Nations Unies, de l’ Oxfam, de kene conseils, de l’UEMOA…

Cette initiative de regrouper scientifiques, petits et grands agriculteurs atour d’une table a beaucoup d’objectifs : ouvrir un espace pour le dialogue et la négociation sur les priorités et la gouvernance de la recherche agricole pour l’Afrique Occidentale.

En plus, elle abitionne d’identifier les convergences et les divergences entre l’AGRA et les priorités des producteurs et productrices pour la recherche et leur vision du developpement en Afrique de l’Ouest. La large communication autour des conclusions et recommandations, figure aussi sur la liste des objectifs.

Comment développer  l’Agriculture pour le plus grand nombre?

Cette question est  au centre de toutes les préoccupqations. Pour le rapporteur special des Nations Unies, c’est une occasion unique dont il faut beaucoup profiter pour trouver des solutions, car les scientifiques n’ont pas toutes les reponses. Contacter et écouter les agriculteurs est pour lui, un debut de solution. Il ajoutera que la revolution verte a 40 ans,mais toujours la famine et la faim existent en Afrique. Il faut donc de l’équite dans la distribution des produits.

Pour Ibrahim Coulibaly, vice president du ROPPA, il n’ya pas de solution sans les petits producteurs. Ceux ci sont victimes de beaucoup d’injustices qu’il faut reparer.

Quant au président de l’AGRA, il a montré sa disponibilité pour une agriculture dynamique. Signalons enfin, que la séance a été ouverte par le discours du vice ministre ghanaen de l’agricultre. Les travaux se poursuivent normalement.

Par Cheick Chérif Haidara, depuis Accra au Ghana

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.