De la viande d’âne dans l’assiette des maliens

5

Tout est parti du démantèlement, d’un  abattoir clandestin de bourricots  dans la zone rizicole de Kolongo (région de Ségou) par une mission du Ministre de l’Élevage et à la suite d’une visite de terrain des élus de Kati, le 18 mai dernier, sur le site d’abattage de Sanakoroba,  à une quarantaine de kilomètre, à la périphérie de Bamako, sur la route de Bougouni. Appelée « Ferme d’embouche et d’aviculture de la Société Chinoise Malienne de Commercialisation des Produits Animaux (SCMPA-SARL) », cette unité d’abattage de Sanakoroba est  gérée par notre compatriote Moussa Diawara, un Malien de la diaspora en Chine rentré au bercail depuis quelques années.

En effet, depuis ces découvertes, les révélations se multiplient sur la commercialisation de la viande d’âne dans nos marchés. Les malfaiteurs abattent des ânes avant d’écouler la viande sur le marché noir.

«Malheureusement, c’est une réalité. Il faut le reconnaître, il y a bel et bien de la viande d’âne sur le marché», explique un vétérinaire de l’Abattoir Frigorifique de Bamako.

Ce dernier révèle qu’il existe des malfaiteurs qui s’adonnent à ce trafic de viande d’âne mélangée à celle de bœuf désossée pour la placer sur le marché.

Des révélations qui suscitent l’indignation des maliens qui sont à 95% de confession musulmane. Il faut souligner que si l’islam tolère la consommation de la viande de cheval, mais celle de l’âne est prohibée. Pour notre veto, la source du mal réside dans l’abattage clandestin. «L’abattage clandestin nous prend plus de 50% de notre part de marché, alors que nous sommes habilités à procéder à l’abattage qui est une mission publique qui nous a été confiée par l’État», déplore notre Dr vétérinaire.

Autrement dit, plus de la moitié de la viande consommée par les maliens n’est pas certifiée par un vétérinaire assermenté. Le pire, c’est que certains abatteurs clandestins arrivent à recopier l’estampille de l’Abattoir frigorifique pour faire croire que la viande qu’ils commercialisent est certifiée par un vétérinaire.

Certains bouchers révèlent que l’abattage de l’âne est surtout motivé par le commerce très lucratif de sa peau (qui serait vendue environ 30.000 FCFA, alors qu’il suffit d’avoir 10.000 FCFA pour acheter un âne). Seulement, les malfaiteurs en profitent pour écouler aussi la viande dans le marché.

En attendant, ces révélations suscitent une telle indignation que le ministère de l’Élevage a donné des instructions «très claires» à l’ensemble des techniciens, notamment les inspecteurs des marchés, pour qu’ils soient «plus vigilants» afin d’appréhender tous ces malfaiteurs.

Mariam Konaré (Reveil Renouveau)

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. C’est drole que la viande de certains animaux sont tabou dans certaines cultures. Le Malien lambda n’a pas de problemes avec la viande de mouton, chevre, vache, poulet, etc… Les Bambaras, Bobos, Miniankas mangeait de la viande de chien. La viande de vache est degoutante pour l’Hindou. Le Chinois a moins de tabou quant a la consommation de viande. Pour moi savoir la vraie nature de la viande qu’on mange est important car ca aide l’individu de faire son choix. Vendre de la viande d’ane pretendant que c’est du beuf n’est que simple escroquerie.
    Voila une methode simple de verifier si la viande sur le marche malien provient de l’ane. Un p’tit echantillons de viande soupconnee ( moins de 1mg) suffit. Apres l’extraction de l’ADN de l’echantillon suivit par le PCR (polymerase chain reaction) {amplification en chaine par polymerase} produira un amplicon specifique d’ADN de source assine, si on choisit des oligonucleotides speciques a l’ADN d’ane. La sensisivite de cette technique est tres bonne. En theorie, une molecule d’ADN assine suffit largement!
    Les controlleurs de la qualite/nature de viande, s’ils/elles existent n’ont qu’a faire un tour des marches publics de viande pour le prelevement des echavtillons. Au cas de resultats positifs, le vendeur de viande peut etre poursuivit a la justice pour fausse representation/escroquerie.
    Pour les veterinaires ou laborantins maliens interesses, envoyez mois un message par e-mail et je serais ravit de vous aider a produire des kits simples et efficases en moins d’une semaine.
    mon e-mail : gdiarra@medecine.wisc.edu

  2. Vous avez oublié l’initiateur de ce combat c’est l’honorable Bafotigui Diallo Député élu en Commune VI

  3. De la viande d’âne dans l’assiette des maliens
    Par maliweb -26 Mai 2016

    – Des premiers kamikazes sur le sol malien en passant par le passage á tabac d´un président de la Rép. jusqu´aus fusillades en plein coeur de nos villes et campagnes, se sont ajoutés á ces calamités des vices rédhibitoires tel cet abattage et consommation d´équidé dans notre pays…

    – Le grand délire du présent qui dispense la morale de sanction!Que disent alors nos politiques, nos religieux ,si iconophiles,á nos populations sur notre gastronomie qui passe désormais de “l´ascétique” á l´ “épicurienne”?

    – Y aura t-il une règle d’abrogation qui sache prendre le talent cette foi-ci de la vache qui ruminent en lieu et place du “donkey sanctuary” au paturon bas jointé?

  4. C’est bien vrai que la peau d’âne est très demandée en Chine, elle est utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise. La demande dépasse de loin l’offre.
    Ce que moi je voudrai savoir, cette unité a oui ou non été fermée? Car il ne faut pas laisser ces gens faire écouler de la viande d’âne clandestinement dans nos marchés

Comments are closed.