Pêche et l’aquaculture au Mali : Vers l’adoption d’une nouvelle loi

0

Les acteurs de la pêche et de l’aquaculture se sont penchés sur la gestion du secteur à travers l’adoption d’une nouvelle loi. C’était à travers  l’atelier de validation du programme d’aménagements Aquacoles 2016-2020 et des projets de textes d’application de la loi déterminant les principes et les conditions de gestion de la pêche et de l’aquaculture au Mali, à la Direction Nationale de l’Agriculture le 29 février 2016, sous la présidence du sécréteur général du ministre de l’Elevage et de la Pêche, M. Youssouf Sanogo, en présence du Directeur Général de la Pêche, M. Madi Maténé Keita.
Le Directeur Général de la Pêche dans son mot introductif, a signalé que la nouvelle loi déterminant les principes de gestion de la pêche et de l’aquaculture vient à un moment décisif pour soutenir la mise en œuvre de la politique Nationale de la pêche et de l’Aquaculture au Mali. Elle donnera, explique -t-il, à la Direction Nationale de la Pêche les instruments nécessaires pour faire face à la nouvelle donne de gestion des pêches mondiales et de l’aquaculture.
‘’Le programme Quinquennal d’Aménagements Aquacoles (PQAA) constitue un élément de la mise en œuvre de la volonté des plus hautes autorités du Mali de faire du pays une puissance agricole par la réalisation des aménagements hydro-agricoles et piscicoles dans toutes les régions du pays. Il permettra une exploitation des immenses potentiels du pays en la matière et réduire la dépendance vis-à-vis de produits d’importation,’’ a précisé le Directeur Général de la pêche.
Le développement durable, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la lutte contre la pauvreté, la gestion concertée des ressources naturelles et la paix sociale sont les principales préoccupations des Etats Africains. Pour tenir compte de ces préoccupations, un programme de développement des pêcheries et de l’Aquaculture en Afrique a été élaboré et adopté en 2012 par les chefs d’Etats Africains « poisson pour tous à l’horizon 2025 » dans le cadre de la mise en œuvre du cadre politique et stratégie de réforme de la pêche et de l’aquaculture en Afrique a rappelé M. Sanogo.
Selon lui, la production halieutique annuelle moyenne contrôlée ces dernières années est de l’ordre de 85 000 tonnes de poissons avec plus de 70 000 pêcheurs actifs et génère près de 500 000. Aussi le pays dispose d’un nombre important réseaux de plans d’eau (fleuves, mares, lacs, bancotières) pour l’aquaculture. La production piscicole a atteint 2400 tonnes au cours de la campagne agricole 2014-2015.
Cette loi introduit les plans d’aménagements des pêcheries, les conventions de pêche sur tous les plans d’eau pour la pêche collective. Elle élargie la législation sur l’aquaculture et les intrants piscicoles. Ces importants documents ont été élaborés grâces à l’appui du projet d’appui institutionnel aux sous-secteurs de l’élevage et de la pêche financé par le Royaume de Belgique et le gouvernement du Mali.
N. TRAORE

PARTAGER