Produits vétérinaires : L’expertise africaine s’affirme

0
0

Notre capitale abrite la 5è réunion annuelle de coordination du Réseau des laboratoires nationaux de diagnostic vétérinaire d’Afrique de l’ouest et du Centre pour le contrôle de l’influenza aviaire et autres maladies transfrontalières (Resolab).

La rencontre se déroule dans les locaux du Laboratoire central vétérinaire. La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Elevage et de la Pêche, le Dr Mamadou Kané. C’était présence du coordinateur régional adjoint de la FAO-ECTAD (Centre d’urgence pour les maladies animales transfrontalières) pour l’Afrique, Mussa Saihou Mbenga, du représentant de la FAO au Mali, Thierry Ange Ella Ondo. On y notait également la présence du représentant pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), Yacouba Samaké, du représentant de l’Union africaine au Bureau interafricain pour les ressources animales (UA-IBAR), Henri Kaboré, et du directeur général de LCV, Saidou Tembely. La réunion annuelle du Resolab permet concertation et échanges scientifiques sur les préoccupations liées à la santé animale dans les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. L’organisation s’attache à accompagner les laboratoires membres grâce à des appuis, notamment la fourniture de réactifs standardisés et de matériel d’appui à la mise en œuvre du système d’assurance qualité. Il convient de rappeler que les échanges entre les responsables des laboratoires membres du Résolab, scientifiques de haut vol, et les partenaires techniques et financiers ont permis de faire le point des efforts accomplis pour circonscrire les maladies zoonotiques et de donner les orientations nécessaires en vue de faire face aux grands défis en matière de santé animale.

Le directeur général du LCV a précisé que la réunion se tient pour la 5è année consécutive. A sa suite, Yacouba Samaké a relevé que le centre régional de santé animale est un magnifique outil, créé en 2006, pour répondre à la pandémie de la grippe aviaire. Il a mandat d’améliorer la santé animale. Le représentant de la FAO a rappelé que le Resolab a été lancé en 2007 et s’est fixé pour objectif de renforcer les capacités des laboratoires et de promouvoir la synergie de l’expertise africaine. Thierry Ange Ella Ondo a aussi souligné la menace qui pèse sur nos pays, en relevant que les conditions sont réunies pour que les maladies zoonotiques s’installent dans notre quotidien. Les pays africains s’organisent pour apporter une réponse efficace, en terme de contrôle de l’influenza aviaire et des autres maladies transfrontalières. A ce propos, le secrétaire général du département de l’Elevage et de la Pêche a noté que la réunion annuelle du Resolab se tenait dans un contexte particulier marqué par l’éradication de la peste bovine, une prouesse technique de premier ordre après l’élimination de la variole. Mamadou Kané a également rappelé le rôle important que joue l’élevage dans la vie économique et sociale de nos pays et dans leur sécurité alimentaire. Il a aussi souligné que la menace de la peste bovine s’était estompée mais que de nombreux défis, en matière de santé animale attendaient d’être relevés. Rappelons que le Resolab regroupe 23 laboratoires nationaux vétérinaires africains. Sa mission est de renforcer l’efficacité et l’efficience de ces laboratoires. La rencontre prend fin aujourd’hui.

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.