Accès à l’Eau et à l’électricité : Le département apprécie le niveau d’avancement dans l’exécution des actions prioritaires

1

Le ministre de l’énergie et de l’Eau, Malick Alousseini a rencontré, samedi dernier les responsables des services centraux du département et assimilés. Objectif ? Faire le point de l’état d’exécution des actions prioritaires programmées sur la période 2017-2018, dans le domaine de l’Eau et de l’électricité ; deux sous-secteurs marqués par des tarifs en inadéquation avec les coûts d’investissements des sociétés d’exploitation, la vétusté des équipements et la saturation des réseaux de transport et de distribution, l’insuffisance des investissements en infrastructures et moyens d’exploitation. Selon le ministre Malick, c’est face à une réalité que le gouvernement a fait de l’accès à l’électricité et à l’eau potable, l’une des priorités cardinales de son action, comme réponse à la prise en charge de la demande sociale. «Au titre du secteur de l’Energie, le plan d’actions du gouvernement du Mali issu du programme présidentiel, a fixé comme objectif d’augmenter les capacités de production d’électricité du Mali et renforcer le réseau de transport et de distribution ; de redéfinir l’environnement institutionnel pour mieux assurer les besoins en électricité des maliens à des coûts optimum/», a indiqué le ministre de l’Energie et de l’Eau.

La mise en place de cette nouvelle stratégie fixe un certain nombre de mesures prioritaires. Il s’agit, entre autres, d’augmenter la capacité de transport de puissance avec les pays limitrophes, notamment la Cote d’Ivoire ; de développer les grands projets hydroélectriques par la mise en valeur de sites potentiels, prioritairement au Mali ; renforcer l’interconnexion des réseaux de transport pour promouvoir et accélérer l’échange d’énergie électrique entre les pays de la CEDEAO ; poursuivre la restructuration du secteur de l’Energie ; renouveler le parc de production thermique et promouvoir les énergies renouvelables

Aussi, pour trouver la solution à la continuité de ce service public, un Plan Directeur d’Investissement Optimaux (PDIO) du sous-secteur de l’électricité (2015-2035) élaboré en 2008, a été mis à jour en 2016. Il en a été tiré un Plan d’actions prioritaires pour la couverture de la demande en électricité sur la période 2016-2018. Il s’agit à travers cet atelier d’apprécier le niveau d’évolution des actions prioritaires inscrites dans le programme.

Des actions pour répondre à la demande sociale…

La rencontre a fait l’état de la situation. Le constat a été fait que l’accès durable et équitable à une eau potable saine et abordable, pour chaque citoyen malien, en quelque point du territoire national où il se trouve, demande encore que d’importants investissements humains et financiers soient faits. Dans les projections, il s’agit, conformément au programme présidentiel, de réaliser des points d’eau moderne dans 1 340 villages et fractions, la réalisation d’adduction d’eau sommaires dans 377 centres ruraux, d’introduire l’adduction d’eau potable dans 89 centres semi urbains. «Au cours de l’année 2016, d’importants chantiers ont été réalisés et d’autres en cours, qui augurent pour les populations de perspectives heureuses  que les résultats du présent atelier permettront de conforter. Le lancement de la route Gao-Taoussa, dans la perspective très prochaine des travaux d’aménagement hydroélectrique de Taoussa, constitue un réel motif de satisfaction, sans préjudice au défi constant de la poursuite des travaux», a ajouté le ministre de l’Energie et de l’Eau. Qui note avec satisfaction que les résultats que la mise en œuvre du Plan d’Accès à l’Eau Potable a permis d’atteindre pour la période 2004-2015, en permettant de porter le taux national d’accès à l’eau de 64% en 2004 à 65% en 2015 dont 70% en milieu urbain et 63% en milieu rural.

 

Papa Sow/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here