Approvisionnement correct et durable de l’eau potable à Bamako et environs : le Ministre Malick Alhousseini veille sur les chantiers comme du lait sur le feu !

1
Photo de famille avec les ouvriers au site de Kabala

Faciliter l’accès de l’eau potable aux  différentes populations de Bamako et  prévenir les pénuries  en période de canicule, tels sont les défis que  le ministre Malick Alhousseini  compte relever. Et c’est à pas de militaires qu’ il a sillonné les rives gauche et droite de Bamako avec son staff le samedi 4 février 2017 pour s’enquérir de l’état des lieux et l’ avancement des travaux qui sont en cours d’exécution suivant l’agenda de son  département.

Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseini, était accompagné de son cabinet ainsi que certains  agents techniques de l’hydraulique pour cette énième visite de terrain  afin de superviser l’évolution de l’exécution des travaux dans les infrastructures notamment les adductions d’eau sommaires (AES). Comme l’ a rappelé le ministre de l’ Energie et de l’ eau, ces contrôles n’ont d’autre but que de faciliter  l’accès  de l’eau potable  à l’ ensemble des populations malienne et  prévenir la période de canicule de 2017conformément au programme gouvernemental instruit par le Chef d’Etat, Ibrahim Boubacar Kéïta dans son programme social d’urgence 2017-2020 qui recommande d’approcher les populations les plus pauvres, de les approvisionner en eau  à un coût abordable. Aussi, la délégation s’est successivement rendue à pas de militaires sur les différents sites il s’agit des  adductions d’eau sommaires (AES) de Banconi Dinguinebougou wereda, Sikoro Kadobougou en Comme I ; de N’Gomi Binabougou en Commune II ; les adductions d’eau de Kalababougou et Taliko en  commune IV.  Après son dernier passage il y a 3mois de cela, période pendant laquelle le ministre a effectué l’état des lieux et instruit ses recommandations à exécuter,  Malick Alhousseini a pu constater  ce samedi  une nette évolution  dans l’avancement  des travaux  même si certaines insuffisances perdurent. En effet, les sites ont été pour la plupart  réhabilités,  les infrastructures existantes renforcées et les travaux de production d’eau potable de Bamako à partir de Kabala, avancent à pas de géant. Comme l’a souligné le ministre de l’Energie et de l’eau, le problème d’accès à l’eau potable persiste  toujours et il est complexe.  Car le déficit qui  existe est proportionnel à la population aussi en vue de trouver une solution idoine à la problématique,  le département de l’eau compte renforcer la SOMAGEP, l’actuelle source d’approvisionnement d’eau de la ville de Bamako en attendant la fin des travaux du site de Kabala, l’ une des plus grande unité  de production d’eau potable de l’ Afrique, réalisé à 172 milliards de CFA , un projet attendu en fin 2018 pour  approvisionner la ville de Bamako en eau potable de manière durable.  Et comme l’a noté le ministre Malick Alhousseini, le ministère de l’ Energie et de l’Eau n’envisage pas cette année procéder  à ‘l’opérations ‘ Citerne couramment constatée pendant la canicule ;  car son département a opté pour la réhabilitation des adductions d’eau  dans toutes les parties de  la ville et quant aux  zones à accès difficiles de réseau,  le département de l’ Energie et de l’ eau prévoit de multiplier  la réalisation  de forages et de  points de puisage, une  nouvelle approche pour  un système autonome .

Khadydiatou SANOGO/Maliweb.net

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. mr le ministre, à faladié socoro, ça fait des années que ça dure. il n’y a pas d’eau pendant toute la journée. il attendre au moment les gens dorment que l’eau arrive, pour répartir vers.
    II FAUT TROUVER UNE SOLUTIONS.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here