Pour assurer l’approvisionnement en eau potable de la ville de Bamako et environs : Le Ministre Frankaly lance les travaux de la station d’eau potable de Kabala pour un coût de près de 70 milliards de Fcfa

0

La cérémonie de lancement officiel des travaux de la composante production du projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de la localité de Kabala s’est déroulée le samedi 28 mai dernier, à Kabala. La cérémonie était présidée par le ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Frankaly Kéïta, en présence de Jilles Huberson, Ambassadeur de la France, de Cécile Tassin, chef de la Coopération de la Délégation de l’Union européenne, de Bruno Deprince, directeur d’Afd à Bamako et de plusieurs membres du gouvernement.

 

D’un coût total d’environ 106 millions d’euros soit 69,4 milliards de Fcfa, ce gigantesque projet dénommé la composante production du projet de Kabala, porte sur la réalisation d’une station de traitement d’eau potable d’une capacité de 288 000 m3 par jour, d’une prise d’eau dans le fleuve Niger et d’une conduite de refoulement d’eau traitée.

Le Ministre a entamé ses propos en soulignant que le chantier de travaux qui vient de s’ouvrir est la réponse concrète à une des grandes préoccupations du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à savoir, œuvrer à assurer l’accès à l’eau potable à l’ensemble des Maliens. Il a aussi souligné que les travaux, une fois terminés, permettront de doter la ville de Bamako de 288 millions de litres d’eau par jour, 1 400 Km de réseau, 1 208 bornes fontaines, près de 90 000 branchements sociaux. Et elles permettront aussi à une population additionnelle de plus de 1.200.000 habitants de la capitale et environs d’avoir accès à l’eau potable, boostant ainsi le taux d’accès à l’eau de la capitale à 95% contre 65% actuellement.

Quant à l’ambassadeur de la France, Jilles Huberson, il a effectué un rappel sur l’origine du projet. Avant d’évoquer que ce projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de la localité de Kabala a été une réalité, grâce à l’accompagnement d’une dizaine de bailleurs de fonds dont la Banque européenne d’investissement, l’Agence française de développement et le gouvernement du Mali. Il a conclu ses propos en appelant les entreprises bénéficiaires du projet, notamment Degremont, Otv, Sogea, Satom et Alproject au respect du délai et à une réalisation de qualité.

La cérémonie a été clôturée par la pose de la première pierre par le Ministre de l’Energie et de l’eau, Mamadou Frankaly Kéïta et l’Ambassadeur de la France au Mali, Jilles Huberson.

    Mohamed Traoré

PARTAGER