Coupures intempestives d’eau et d’électricité: que nous réservent l’EDM et la SOMAGEP ?

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Depuis quelques temps, on assiste à des coupures intempestives d’eau et d’électricité dans la capitale et certaines villes de l’intérieur. Dans des quartiers comme Kalaban-Coura, Faladjié, Daoudabougou, Boulkassoumbougou…, la situation semble se détériorer ces derniers jours. Ce sont les quartiers périphériques qui souffrent le plus de ces coupures. C’est surtout la rupture de l’alimentation en eau qui plonge les populations dans le désarroi.
Comme toujours, la société Energie du Mali (EDM) et la Société malienne de Gestion de l’eau potable (SOMAGEP), qui vient de prendre la relève pour la facturation et la distribution de l’eau, justifient tous deux ces coupures intempestives d’eau et d’électricité par la nécessité d’effectuer des travaux sur leurs installations. Quels sont donc ces travaux qui ne finissent jamais et pour lesquels les deux sociétés citées ne cessent de créer des désagréments à leur «aimable clientèle» ?
Si l’on assiste dès maintenant à des coupures intempestives d’eau et d’électricité, que deviendra la situation pendant les périodes de forte chaleur où les besoins de ces deux produits (eau et électricité) augmenteront de façon exponentielle ? Cette question est d’autant plus inquiétante que depuis plus d’une décennie, la société ayant la charge de distribuer l’eau et l’électricité donne l’impression de manquer de toute vision à long terme pour améliorer ses prestations.
Si pour l’électricité, l’EDM peut s prévaloir de « l’excuse » que le Mali dépend essentiellement des barrages et de la Côte d’Ivoire, personne ne peut comprendre que la SOMAGEP, nouvellement créée, soit incapable d’alimenter la ville de Bamako en eau provenant du fleuve, même si cette eau devait subir un traitement.
Tout aussi incompréhensible est la désinvolture dont font montre les services de l’Etat compétents en la matière dans l’application stricte du cahier de charges de la société chargée de vendre de l’eau aux Maliens. Quand on ajoute à tout cela la démission des organisations des consommateurs, on ne peut que prendre son mal en patience et prier Dieu pour qu’Il arrange les choses.
Le Fouineur

SOURCE:  du   21 mar 2012.