EDM-Sa à bout de souffle : Les linges sales des anciens DG : Sékou Alpha Djitèye et Tidiane Keita

12
SEKOU ALPHA DJITEYE - lignes
SEKOU ALPHA DJITEYE

Lors de la conférence de presse qu’il a animée mercredi dernier, sans vraiment citer leurs noms, le nouveau DG d’EDM-Sa Doroh Berthé, en poste depuis décembre dernier, a pointé un doigt accusateur sur le manque de révision décennale des centrales électriques de Manantali et Selingué, occasionnant des pannes au niveau de ces installations. Causant du coup des problèmes énergétiques aux populations, qui souffrent désormais le martyre par la faute d’une société qui ne parvient plus  à les satisfaire.

 

 

En effet, à la faveur du retrait du partenaire stratégique, Sékou Alpha Djitèye était au poste de directeur général d’EDM-Sa depuis 2005. Huit ans durant, il sera directeur de cette entreprise.

Après la nomination, d’un nouveau DG en la personne de Tidiane Keita, le conseil d’administration, réuni en sa session du  13 février 2013,  lui rendra hommage en saluant « ses qualités et ses immenses efforts, son engament et le professionnalisme dont il a fait preuve pendant près de 8 ans  à la tête de l’entreprise pour assurer son fonctionnement  dans un contexte national et international très difficile avec la hausse du prix du combustible ».

Il sera remplacé par Tidiane Keita qui, était précédemment,  directeur général adjoint de la Société Malienne de Patrimoine de l’Eau Potable (SOMAPEP-Sa). Ce dernier avait aussi occupé le poste de directeur central financier  et comptable d’EDM-Sa pendant près de deux décennies. Lui aussi avait été félicité à son débarquement pour « ses bons et loyaux services ».

Mais derrière  « leurs bons et loyaux services », ces deux personnalités seraient en cause dans les nombreuses difficultés que les populations connaissent, aujourd’hui, dans le domaine énergétique, pour n’avoir pas fait la révision décennale des centrales électriques qui produisent l’énergie, à savoir Manantali et Selingué.

Les explications du nouveau DG, Doroh Berthé les mettent en cause, sans les citer, nommément.

Selon lui, «  le déficit a commencé  par la centrale de Manantali qui est la plus grosse centrale qui nous livre l’énergie. Sur les cinq groupes, nous avons perdu un en 2013, et les autres après car cette centrale a dépassé sa décennale de révision parce que les centrales hydro-électriques doivent être entretenues chaque 10 ans. C’est la révision décennale.  L’alternateur et la tribune ont besoin d’être entretenus. Et cela n’a pas été fait. Donc la conséquence immédiate a été l’arrêt d’un groupe, ce qui fait 40 mégawatt de moins. ».

Il poursuit : « On a continué ainsi  et un deuxième a déclaré des anomalies, donc il fallait limiter la charge. Ce qui fait que sur 200 mégawatt, Manantali ne donnait plus que 120 mégawatt, pour les trois pays, bien que le Mali ait 52% de cette production. ».Cette situation a créé un gap.

Ensuite, c’était au tour de la centrale de Selingué de connaitre le même sort, faute de révision décennale de la part de la direction d’EDM-Sa.

Le DG Berthé explique : «  A Selingué où, il y a quatre groupes, ceux-ci ont dépassé totalement et de loin, la décennale de révision. Là aussi, on a connu le même phénomène, un groupe s’est arrêté, on a commencé à réparer. L’alternateur a été réparé mais la tribune présente des anomalies, donc on ne peut pas monter le groupe. Entre-temps, le deuxième a signalé des fuites. Jusque-là, on n’est en train de chercher des moyens pour les réparer. Donc, Selingué qui pouvait donner 44 mégawatt est tombé à 20 mégawatt, faute de révision décennale aussi. ».

Pire, explique-t-il, « la semaine dernière seulement, un groupe a fumé, donc il a fallu arrêter totalement  la production. Ce qui a amené la crise du mardi 1er au mercredi 2 avril dernier. Cela n’est pas passé inaperçu car l’ensemble de la population de Bamako l’a senti car cela  a amené  le déficit immédiat à 25 Mégawatt. Donc, il fallait  couper  l’énergie tout de suite. »

Même si les techniciens d’EDM-Sa ont  réussi à remettre les groupes en marche, il fallait limiter car de 20 mégawatt, on est passé à14 mégawatt, explique-t-il.

Des explications qui mettent en cause la responsabilité de ces prédécesseurs dans la crise actuelle que connait EDM-Sa avec des coupures intempestives. Des difficultés qui l’ont même amené à mettre en place un programme hebdomadaire de coupures à l’endroit des populations.

Georges Diarra

 

 

 

PARTAGER

12 COMMENTAIRES

  1. Tonton et Sam c’est aujourd’hui que vous avez su que ses journalistes de presses doivent aller en prison??? Si vous voulez réellement la désinformation lisez les journaux maliens.Et sachez qu’à cause de leurs plumes lucratifs c’est à dire n’importe qui peut leur donner une somme maudite pour que ses hommes de presses balancent du n’importe quoi . Il est réellement temps à ce que la justice Malienne puisse les avoir dans son collimateur ,et que les uns et les autres commencent à porter plainte. Quand a moi , je suis réellement allergique aux journaux .ils disent tout sauf la vérité .

  2. Mais ou est la Critique du DG à l’endroit des Anciens DG ?
    Mais Diarra, tu n’as rien compris de cette conference de presse.
    Saches que Manantali n’est pas gerer par l’EDM mais la SOGEM donc l’absence d’entretien decennal de cet ouvrage n’incombe ni à EDM encore moins à ses precedents Directeurs.
    Evitez de mettre des problemes entre les gens là ou il y en a pas.

  3. Courage berthe,fait le naximum pour ne pas etre indexé de la sorte a ton depart.

  4. On a besoin d’un bon gestionnaire au lieu d’un Ingénieur hydraulicien ou Ingénieur électricien, c’est tout! Les techniciens ne peuvent pas gérer des boîtes pareils, ce serait toujours l’échec .

  5. Le problème avec certain journaliste c’est que quand on fait une conférence de presse pour mettre toute la population sur le même niveau d’information ils en a qui ne comprennent rien, de tous ce que le DG de EDM sa a dit toi tu n’as absolument rien compris du coup tu fais de la désinformation (tu essai d’expliqué quelque chose que tu métrise pas)tu pourrais faire de la prison pour çà; tu es pathétique. ‘Toto’

  6. Mr Georges Diarra, vous tourmentez vos lecteurs par votre carence qui vous pousse à ignorer le sens des mots utilisés par le DG d’EDM SA. Il fait allusion aux turbines des centrales qui sont des moteurs et vous, vous parlez de tribunes. Deux mots et deux sens qui n’ont rien de commun. Pis, prière procéder à un petit toilettage orthographique et analytique de ce que ce vous proposez à vos lecteurs. Nous sommes vraiment peinés parfois de vous accepter comme journalistes, car vous ne comprenez rien de votre profession et ne connaissez absolument rien de surcroit. Informez sans diffamez! Écrivez avec discernement, professionnalisme et sans rancune.

  7. HE EVITONS DE CRITIQUE LES GENS ET TROUVER DE SOLUTION A NOTRE PROBLEME CAR NE VIENDRA CONTRUIRE NOTRE MALI

  8. Mr le Journaliste, j’ai l’impression que c’est vous dénoncez une situation que vous n’avez pas chercher à comprendre sinon vous aurez du savoir que la gestion de Manantali n’est confiée à EDM SA mais plutôt à la SOGEM. ou est ce vous mettez votre code de déontologie.

  9. Espèce d’imbécile il n’a qu’à aller voir ses problèmes ailleurs c’est facile de pointer les autres du doigt , on verras ce qu’il fera pendant son mandat , il n’arrivera même pas a la cheville de ses prédécesseur , sale type

    • On ne vous a appris qu’on ne doit pas manquer du respect aux aînés?Je ne connais pas le nouveau DG, mais la façon dont vous parlez laisse croire qu’il peut être du même âge que votre père,alors respectez-le madame ou mademoiselle Alice.Vous faites honte à toutes les femmes car être femme signifie être sage.bonne journée.

      • Alice je suis daccord avec toi
        Que le nouveau DG nous montre qu il n’est pas un incapable. En tt cas
        Nous n’ avons jamais connu de telles coupures. Alors au boulot et treve de bavardage.

Comments are closed.