Vers une hausse prochaine des prix du kWh : L’hypothèse du vide des caisses de l’état se confirme-t-elle ?

0

Les rumeurs d’une hausse prochaine du prix de l’électricité, se reprécisent ardemment. L’Etat malien en difficulté financière par la hausse du prix de cession du KWh émanant de la SOGEM (Société de Gestion et d’Energie de Manatali) ; la Centrale Thermique de Sirakoro (SOPAM) et de la CIE (Compagnie Ivoirienne d’Electricité), se retrouve désespérément seule face à son destin. Du coup, la société énergie du Mali, en abrégé EDM-SA se voit contrainte d’imposer à ses clients des compteurs prépayés avec à la clé une facturation à la pelle. Et cela face à l’incapacité de l’Etat de pouvoir lui porter secours. Du moins si l’on en croit nos sources généralement bien informées. Alors, les caisses de l’Etat malien ne seraient-elles pas effectivement vides ?

A un an ou presque de la fin du second et dernier bail du président ATT à la tête de notre pays, les populations souffrent le martyre. Et ceci en dépit du fait qu’elles soient transformées ces temps-ci, en de vrais amphibiens. Il n’y a pas de jour où les consommateurs ne soient privés d’énergie pendant des heures. Les vendeurs de produits congelés, les cybercafés, les supermarchés, les boutiques et les ateliers peuvent en témoigner. Beaucoup de ménages sont obligés de retourner à l’usage des lampes tempêtes, d’autres ont opté pour les bougies. Pendant ce temps, les abonnés aux compteurs prépayés prennent leur mal en patience. L’énergie qui devrait être disponible à plein temps devient une denrée symbolique à événement aléatoire. Malgré cette période de crue, l’EDM-SA, à défaut d’avoir un programme clair et précis qui définit l’horaire des coupures de l’énergie électrique, les consommateurs dans certaines parties du pays assistent impuissants à des coupures intempestives de l’électricité régulièrement synchronisées avec celle de l’eau potable. Le gouvernement de son côté, multiplie initiatives et innovations. Les projets de construction de nouvelles centrales par l’Etat maliens pour juguler la crise énergétique dans le pays suit toujours son cours au ministère de l’énergie et de l’eau. L’aménagement des pistes de servitude de sous la ligne 225KV de Sikasso, Koutiala via Ségou se poursuit. S’y ajoute, le doublement des transformateurs et l’installation de ligne de liaison CPl. Le Sénégal, la Guinée, la Mauritanie et le Mali ont signé, en juillet 2009 à Félou dans la région de Kayes, un contrat « d’achat-vente » d’électricité. Ce projet devrait permettre de fournir, à partir de Félou, une quantité suffisante d’énergie au Mali et au autres pays signataires à moindre coût. Tout cela pour permettre de réduire la dépendance énergétique de notre pays.
L’inefficacité du gouvernement de mission

Néanmoins le constat est palpable et très alarmant. Les faits sont là, mais les résultats manquent toujours au rendez-vous. Il se pose alors une vraie problématique : celle de l’efficacité des mesures prises par le gouvernement de mission, face à la flambée des prix. D’un autre côté, les rumeurs sur la hausse prochaine des prix de l’électricité, deviennent de plus en plus persistantes. De sources concordantes, les entreprises qui vendent de l’électricité au Mali mises en difficulté, empêchent donc l’EDM-SA de satisfaire ses consommateurs.  Mais cette fois- ci, à moins d’un revirement inattendu, les réformes tarifaires devraient s’opérer sur le prix de l’électricité à hauteur de 15 à 20%. Au même moment, EDM-SA fourni à ses clients un compteur prépayé. Mais c’était sans savoir pour ces derniers que tout nouveau n’est pas toujours beau. La facturation de ce nouveau produit, indiquent nos sources, est floue et se fait à la pelle. D’où le grincement de dents des abonnés.  Et c’est justement ce revirement inattendu qui justifie selon nos sources ce désastre programmé émanant de la société énergie du Mali. Car faudrait-il pas oublier que la situation financière du commun des maliens est actuellement asphyxiante, prise en sandwich entre les factures exorbitantes de l’eau et de l’électricité d’une part, et de l’autre, par l’inflation galopante et incontrôlée aggravée par le chômage. Alors il relèverait donc d’une magie éminemment en catharsis, de voir ses espérances se combler s’il s’avérait officiellement ou officieusement, que les caisses de l’Etat sont vides ou presque. L’hypothèse ne fait donc que se renforcer d’elle-même. Ne dit-on souvent pas que « l’eau va toujours à la rivière » ? Une chose est certaine, même si les entreprises qui vendent de l’électricité à EDM-SA se trouvent dans une situation financière désastreuse, quitte à être incapables d’honorer leur cahier de charge alors que les consommateurs n’ont jamais cessé de payer leurs ardoises quoique alourdies, l’Etat malien dans sa position de garant de la paix sociale et économique, devrait intervenir pour réguler la situation. Le gouvernement de mission chercherait-il à fuir sa responsabilité en cherchant à s’héberger sous une quelconque hausse de la barre tarifaire qui se trouve déjà pesante ? Il est clair qu’un réajustement de la politique tarifaire des fournisseurs de l’EDM-SA en électricité est nécessaire car les consommateurs sont très souvent choqués par la lourdeur de leur facture qui ne révèle pas en réalité leur consommation. Bien que les principaux fournisseurs de l’énergie électrique à notre pays que sont la SOGEM, la SOPAM et la CIE, aient précédemment décidé d’augmenter leur prix de cession, l’Etat devrait pouvoir venir au secours de la SOPAM si tant est qu’elle se trouve en difficultés. Par ailleurs, la situation financière de la SOPAM n’est pas satisfaisante. Son directeur monsieur Sissoko, aurait révélé qu’elle devait encore des milliards de francs CFA  aux compagnies pétrolières pour l’achat du carburant pour ses centrales thermiques. S’y ajoutent les prêts bancaires qui s’élèvent à 5,7 millions de dollars. En réalité si une augmentation des factures d’électricité devrait s’ajouter à la grande masse de problèmes que vive la plèbe sous l’ère du gouvernement de mission, alors l’on aurait délibérément choisi de condamner les habitants de la République du Mali, à l’agonie en attendant une délivrance très curative.
 Jean pierre James

PARTAGER