Etats généraux de l’assurance au Mali : Afin de permettre au secteur de jouer pleinement son rôle économique et social

0

Cette rencontre est un premier élan insufflé à une démarche qui se veut réformatrice susceptible d’apporter des changements salutaires.

Le ministre de l’Economie et des Finances Dr Boubou Cissé a présidé le mardi 25 juillet dernier à l’Hôtel Laico Amitié, la cérémonie d’ouverture des travaux des premiers états généraux de l’Assurance au Mali. C’était en présence de ses collègues de la Défense et des Anciens Combattants, Tiènan Coulibaly, des Mines, Pr Tièmoko Sangaré, des anciens ministres de l’Economie et des Finances, Aboubacar Traoré, et Lassine Boiré, du Directeur national du Trésor, Sidi Almoctar Oumar, du président de l’Association professionnelle des assureurs conseils du Mali (APACM) ; du président des Compagnies d’assurances du Mali, Oumar N’Doye, du président des Agents généraux d’assurance du Mali, (FAGAM) .Le représentant du cabinet FINACTU, Madame Géraldine Mermoux, et plusieurs acteurs nationaux et internationaux du secteur ont pris part à la rencontre.

Le thème retenu pour cette rencontre est : « Quelle assurance pour accompagner le Développement économique et social du Mali ».

En effet, trois jours durant, les experts maliens et internationaux outilleront les  participants à ce rendez-vous des assureurs sur plusieurs thématiques liés au développement du secteur. Il s’agit notamment de : «  Quels acteurs pour moderniser la gestion des sociétés d’assurances », « Quels produits d’assurance pour accompagner le développement économique et social du Mali », « Quels leviers à actionner pour promouvoir le développement de l’assurance au Mali », « Quelles réformes institutionnelles pour le secteur des assurances au Mali ».

Ces états généraux faut-il le rappeler, devraient permettre de passer au peigne fin les problèmes de l’industrie des assurances au Mali. Il s’agit donc à travers ces travaux, d’identifier les pistes de solutions en vue de l’expansion et  de la croissance du secteur de l’assurance ce qui permet de créer des produits innovants qui s’adoptent aux besoins d’une clientèle diversifiée « Nous pensons que l’un des premiers défis, c’est d’abord de relever le défis de l’image des assureurs.

Parce qu’on se rend compte que l’image des assureurs est ternie auprès des assurés, et des consommateurs des produits d’assurances. Et mieux encore nous devons mettre l’accent sur l’indemnisation des sinistres et développer des produits  d’assurances qui soient adaptés aux besoins des consommateurs. Il n’y a aucun produit d’assurance à l’heure actuelle qui assure les assureurs.

Ça c’est une anomalie qu’il faut corriger. » a fait savoir  le Directeur national du budget. « Au Mali actuellement le système des assurances est beaucoup en retard par rapport à ce qui ce passe dans la sous-région. On ne produit pas assez, les primes ne sont pas à hauteur de souhait. Et en matière de gestion des contrats d’assurances il y a beaucoup de lacunes».

Pour son mot d’ouverture des travaux, le ministre de l’Economie et des Finances, a dit que cette rencontre est un premier élan insufflé à une démarche qui se veut réformatrice susceptible d’apporter des changements salutaires. Selon Dr Boubou Cissé, ces travaux doivent permettre au secteur de l’assurance de jouer pleinement son rôle économique et social.

« Il est donc urgent d’améliorer le taux de pénétration par le biais de la micro assurance et d’élargissement du champ des assurances obligatoires, à l’instar de certains Etats membres de la CIMA ». Selon le ministre tout comme le représentant du cabinet, FINACTU, il y a un paradoxe en la matière quand on sait que « le Mali est le pays de l’UEMOA ayant le plus grand nombre d’intermédiaires, alors que son marché est l’un des plus étroits en termes de chiffres d’affaires ».

S’agissant des chiffres d’affaires, le ministre Cissé, dira que c’est surtout en termes d’assurance vie que le Mali a beaucoup à faire par rapport à ses voisins. Ainsi, notre pays affichait respectivement en 2013,  29,604 milliards, 2013, 32, 968 milliards en 2014, et 35, 165 milliards en 2015..pendant que des pays de la sous-région tel que le Burkina, le Togo et le Benin,  affichent respectivement au compteur un chiffre d’affaire respectif de  de 57,913 milliards, 48, 703 milliards , et 46,703 milliards sur les comptes arrêtés au 31 12/ 2015 contre 35,,165 milliards pour le Mali ». Avant de terminer son propos Dr Boubou Cissé a également rassuré les participants quant à l’accompagnement de son département.

Les recommandations qui seront issues de ces trois jours de travaux sont très attendues pour une plus grande visibilité et de lisibilité du secteur de l’assurance.

Au cours de la cérémonie, le représentant du cabinet FINACTU, Madame Géraldine MERMOUX a fait un exposé linéaire sur l’état des lieux du secteur au Mali.

Mohamed Naman Keita

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here