Forum régional des investisseurs : Les régions exposent leurs atouts

0

Forum régional des investisseurs : LES REGIONS EXPOSENT LEURS ATOUTSLe pays regorge de potentialités économiques et de nombreuses filières de développement en quête d’investissement.

 

 

C’est une lapalissade que de dire que notre pays dispose de nombreuses potentialités naturelles capables de booster le développement et la croissance. Encore faut-il qu’il y ait des investissements pour mettre en valeur ce potentiel. Les nouvelles autorités sont plus que jamais conscientes que le développement tant attendu passe par le renforcement aussi bien la promotion des investissements privés que celle des potentialités nationales et la réorganisation les filières porteuses.

Notre pays s’est engagé depuis deux décennies dans un vaste processus de décentralisation et de déconcentration de la gestion administrative. Un chantier auquel les nouvelles autorités du pays se sont attaquées à travers l’organisation des états généraux de la décentralisation et la mise en œuvre d’une politique accélérée de régionalisation.

Pour accompagner et encourager cette politique, l’Association des régions du Mali, en collaboration avec le département en charge de la Décentralisation et de la Politique de ville a organisé ce week-end à Ségou, la 1ère édition du Forum régional des investisseurs. La cérémonie d’ouverture était présidée par le Premier ministre, Moussa Mara et s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement dont Ousmane Sy (Décentralisation et de la Ville), Mohamed Ali Bathily (Justice, Droits de l’Homme), Cheickna Seydi Ahamady Diawara (Planification, Aménagement du territoire et Population), Me Mountaga Tall (Enseignement supérieur et Recherche scientifique). C’était bien sûr en présence du gouverneur de la région de Ségou, Tierno Bocar Cissé, des présidents des conseils régionaux, des hauts représentants des organismes et institutions de financement internationales, africaines et sous-régionales et de nombreux hommes d’affaires et investisseurs maliens et étrangers.

Le maire de la commune urbaine de Ségou a rappelé le rôle fondamental des régions dans le développement économique et social du pays. « Ce forum est sans doute la plus importante activité de relance économique organisé dans la capitale du Balanzan depuis mars 2012. Ségou, ville carrefour économique grâce à sa position géographique a été frappé de plein fouet par la crise. Mais, aujourd’hui, Ségou avec ses potentialités agricoles, pastorales et piscicoles se relève et est plus que jamais déterminé à relancer son développement. Ce forum est donc porteuse d’espoir pour nos populations en quête ardente de développement économique », a indiqué Youssouf Karamoko Simaga.

Le forum c’était aussi l’occasion pour les présidents des 8 conseils régionaux du Mali de présenter les potentialités et les filières porteuses de leurs régions. Il s’agit pour la 1ère région des ressources minières, tandis que la 2ème région en plus de l’agriculture, a un atout et non des moindres : sa proximité avec Bamako. Sikasso, c’est le grenier céréalier, fruitier et légumier du pays. La réhabilitation de l’usine de thé de Farako, de Huicoma et les investissements agro-industriels pour la transformation des légumes, fruits et agrumes constituent une préoccupation majeure ici.

Ségou conteste le rôle de grenier céréalier attribué au Kénédougou. « L’office du Niger, l’Office riz de Ségou, le projet sucrier de Markala et les usines de sucres de Dougabougou et Séribala sont là pour le témoigner. Traversée par le fleuve Niger, la région de Ségou regorge aussi de potentialités agricoles, pastorales et piscicoles inestimables.

 

TOMBOUCTOU RAVIT LA VEDETTE. La 5ème région sera présentée comme la 1ère région pastorale et piscicole du pays. Les potentiels touristiques et culturels de « Sudu Baba » seront aussi mis en exergue sans parler de sa place de porte du septentrion.

Cependant, c’est la région de Tombouctou qui a ravi la vedette à travers une présentation très succincte de ces potentialités agropastorales et surtout de sa renommée internationale. « 40% du territoire national, capitale des 333 saints, Tombouctou patrimoine de l’humanité, réservoir pétrolier, réservoir mondial d’eau douce, bref nos potentiels comme nos mystères sont inépuisables », a lancé dit le président de Conseil de la 6ème région. Gao, c’est la région pastorale et artisanale par excellence.

Kidal, la cadette sera présentée par son président comme la région du futur. « Réserve mondial de Gaz naturel, réservoir d’eau douce et de pétrole.

Le président de l’Association des régions du Mali, indiquera que ce forum est avant tout un cadre de rencontre entre les investisseurs nationaux et internationaux, les partenaires au développement et l’Etat autour des collectivités régionales afin de nouer un partenariat et de présenter les opportunités d’investissements dans les régions à travers l’exposition de projets identifiés et étudiés dans les filières prioritaires de développement.

Les filières identifiées sont considérées comme prioritaires répondant aux critères de bonnes perspectives de mobilisation du secteur privé (qualité du marché et compétitivité) et de large spectre d’impact sur l’économie régionale et nationale (recettes, emplois) a expliqué Siaka Dembélé. « Cependant, un focus particulier a été mis sur les filières et projets identifiés dans le cadre du processus de développement économique régional dont certains ont été étudiés et dotés de plan d’affaire. Les investisseurs auront accès à un portefeuille d’une cinquantaine de projets étudiés par les régions du Mali », a t-il développé a t-il dit.

Le Premier ministre a félicité l’Association des régions du Mali pour cette initiative qui cadre parfaitement avec les priorités de son gouvernement dans le cadre du renouveau de la décentralisation dans notre pays et surtout de la politique de régionalisation enclenchée. « J’ai suivi avec plaisir mais aussi avec émotion la présentation de nos région. Je suis plus que jamais convaincu qu’il y a pas plus légitimes et plus appropriés que vous conseils régionaux pour représenter et défendre les projets, potentialités et opportunités d’investissements de vos régions aux partenaires de notre pays ainsi aux investissements », a indiqué Moussa Mara.

Le chef du gouvernement relèvera que la vocation économique des collectivités sera valorisée par la politique de régionalisation entamée par le pays. « Le secteur privé au cœur de tout développement économique sera étroitement associé à cette dynamique. A travers ce genre de rencontre, l’effectivité de l’exercice de ces compétences par les régions pour la mobilisation des ressources nécessaires à leurs développement sera assurée », a estimé Moussa Mara qui a rappelé les potentialités économiques dont regorge notre pays et les nombreuses filières de développement en quête d’investissement.

Le Premier ministre a réaffirmé l’engagement de son gouvernement à accompagner les conseils régionaux dans l’atteinte de leurs objectifs de développement. Il rassuré le président du Conseil de cercle de Kidal, de l’engagement du gouvernement à exercer sa souveraineté sur tout le territoire nationales. Faisant allusion aux violences qui ont marqué Kidal la semaine dernière il dira « les pertes en vies humaines ne seront pas vaines ».

D. DJIRE

 

PARI REUSSI

Réunir les investisseurs nationaux et internationaux, les partenaires au développement et l’Etat autour des collectivités région afin de nouer des partenariats dynamiques pour dans la recherche de financement les opportunités et filières prioritaires porteuses, tel était l’enjeu du premier forum des investisseurs que Ségou a abrité ce week-end.

Un pari réussi, puisque durant deux jours, la centaine d’investisseurs et bailleurs de fonds venu de partout à travers le monde ont pu discuter avec les techniciens des régions autour des projets jugés prioritaires par les collectivités régionales. Les filières ainsi identifiées et présentées aux bailleurs couvrent essentiellement des secteurs de l’agriculture (agro-industries), de l’élevage (la transformation des produits pastoraux) et la pêche (transformation et conservations des produits de pêches). Le développement de l’artisanat local ainsi que la promotion des petites et moyennes industries dans la transformation des produits agricoles ont aussi fait l’objet de projets.

Le forum a été aussi marqué par la tenue d’importants panels qui ont permis de développer les thématiques du développement économique régional, de l’investissement à l’échelle régional, l’accès au marché commun sous régional (Uemoa-Cedeao). Ces thèmes ont été développés par d’éminentes personnalités dont le ministre de la Décentralisation et de la Politique de ville, Ousmane Sy, son homologue en charge de la Planification, de l’Aménagement du territoire et de la Population, Cheickna Seydi Ahamady Diawara, l’agroéconomiste, Yénizié Koné (Conseiller technique à la primature), le directeur de l’IAE, Daha Tidiane Ba, le directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Keita et le directeur général de Laham Industries, Mamadou Traoré.

Un focus particulier sera mis sur le développement des filières et projets identifiés dans le cadre du processus de développement économique régional dont certains ont été étudiés et dotés de plan d’affaire. Les investisseurs ont eu accès à un portefeuille de projets étudiés par les régions (environ une cinquantaine). Au cours des débats, les participants ont unanimement reconnu la nécessité du développement agroindustriel du pays ainsi que la revitalisation des usines tels  que Huicoma, «  Farako » ainsi que les projets de développement du tourisme. Les investisseurs ont été sollicités pour le développement des infrastructures hôtelières régionales ainsi que pour la promotion de l’artisanat local.

Les visites du barrage de Markala (infrastructure clé dans le potentiel agricole et agroindustriel) et du centre N’Domo (atelier spécialisé dans la formation et production du Bogolan à partir des tissus 100% coton et de la teinture nature ont émerveillé les investisseurs étrangers. A la clôture du forum, une trentaine de projets régionaux ont reçu des écoutes favorables de certains investisseurs.

D.D. 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER