Hydrocarbures et boissons : Qui a donc décidé de sacrifier les consommateurs ?

4

station-essenceAprès la hausse controversée du prix des boisons, toutes catégories confondues, celui des hydrocarbures vient de connaitre une augmentation que rien ne justifie a priori. Les autorités qui ont annoncé ces augmentations demeurent silencieuses sur ces mesures qui augurent des jours difficiles pour les citoyens maliens.

La hausse du coût des produits pétroliers au Mali vient d’entrer en vigueur, au moment où l’on s’attendait à une réduction du prix à la pompe de l’essence et des autres hydrocarbures. Sur le marché international, le prix du baril de pétrole a perdu la moitié de sa valeur. Cette baisse historique a entrainé une réduction du prix à la pompe dans de nombreux pays voisins comme le Burkina Faso et le Sénégal.

La décision de ne pas réduire le prix à la pompe au Mali a été dictée par le Fonds monétaire international (FMI). Il reste à savoir si cette institution financière a recommandé la présente hausse du prix des produits pétroliers. Le FMI soutient que le maintien ou l’augmentation des prix apporte des revenus supplémentaires au gouvernement malien qui doit surtout atteindre des objectifs de performance.

Mais on ne comprend pas pourquoi le Mali fait exception alors que tous les pays du monde ont tendance à commercialiser des produits pétroliers moins chers. Le gouvernement qui n’a pas justifié la décision doit fournir des informations sur les vraies raisons de ces mesures qui feraient polémique ailleurs.

Comme d’habitude, les conséquences pourraient se manifester rapidement avec l’augmentation tous azimuts du coût de la vie. Rien n’empêche en effet l’augmentation du tarif des transports et des denrées de première nécessité comme c’est très souvent le cas en de pareilles circonstances. Ce qui est plus inquiétant, c’est que ces augmentations décidées par le gouvernement ouvrent un cycle infernal.

En fait, puisque le baril de pétrole pourrait coûter plus cher dans l’avenir sur le marché international, une nouvelle augmentation des prix à la pompe n’est pas à écarter. Alors, il faudra plus de victimes sacrificielles dans un pays où les soins décents ne sont qu’à la portée d’une minorité.

Le gouvernement reste également muet sur les raisons de l’augmentation du prix des boisons. A ce sujet, certains disent que le gouvernement faisait en réalité un clin d’œil aux islamistes à qui il avait été promis de frapper fort contre les boissons alcoolisées.

Sabougnouma DIARRA, Maliweb.net

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Bien qu’important, le prix du pétrole brut sur le marché international n’est pas le seul déterminant de la tarification des produits pétroliers dans un pays. En effet, ce prix est libellé en dollar américain, une monnaie qui est montée en flèche pour atteindre presque la parité avec l’Euro. Alors, baisse du prix du baril de pétrole d’un côté et hausse du dollar de l’autre. Ce qui peut donner un effet totalement inverse dans un pays importateurs de produits raffinés. Au Mali, l’ONAP peut nous fournir aisément la structure des prix qui inclut à la fois les prix dans les ports d’approvisionnement (Dakar, Abidjan, Lomé, Cotonou, Tema) et le taux du dollar. Cette information permettrait au citoyen de mieux comprendre la politique gouvernementale des prix. Il ne devrait pas y avoir de mystère à cela….il suffit juste de considérer que le citoyen malien est mâture!!

  2. A cela, s’ajoute l’histoire d’interdiction de véhicules à CH même ayant rempli tous les droits, mesure qui me semble d’ailleurs plus financière que sécuritaire!

  3. Diarra vous avez oublier de rajouter le prix d’un passeport de 100.000fcfa à 150.000fcfa qui dit mieux.

  4. diarrakè, tu n’est pas au mali ou quoi, il y a eu des articles dans des journaux, les radios et la télé ont également parlé du pourquoi de l’augmentation. vérifies bien les choses avant d’écrire du n’importe quoi

Comments are closed.