Certification de Koumalim-Sa ISO 22000 : Une unité industrielle qui fait la fierté du Mali

0

Au cours d’une cérémonie riche en couleurs présidée jeudi dernier par le Secrétaire général du Ministère de l’Industrie et du Commerce, Mamadou Traoré, la société malienne Koumalim-Sa a présenté aux autorités nationales le Certificat ISO 22000 qui lui a été décerné par la Société de surveillance Sa. Cette cérémonie s’est déroulée en présence des représentants de l’Union Européenne, de ceux de l’UEMOA, de Nestlé, du secteur privé, des consommateurs, des membres de la famille Kouma et d’éminentes personnalités.

Soulignons tout de suite que cette certification ISO 22000 est une norme internationale de sécurité des denrées alimentaires appliquée aux organismes de la filière agro-alimentaire. Elle certifie le respect strict des exigences de la sécurité des denrées alimentaires à tous les niveaux, de la chaîne de production jusqu’au consommateur. Au Mali, c’est donc l’industrie Koumalim-Sa qui est la première entreprise malienne à être certifiée ISO 22000 au sein d’un groupe de cinq entreprises sélectionnées pour être accompagnées pour la mise en place d’un système qualité conforme à cette norme. Et cela, pour les brillants résultats enregistrés qui montrent, s’il en était besoin, la capacité de cette unité industrielle à se hisser au rang des standards internationaux.

A en croire, Mme Anja Nagel, représentante de l’Union Européenne (UE), cet accompagnement dont a bénéficié Koumalim-Sa, entre dans le cadre de la deuxième phase du Programme qualité de l’UEMOA financé par l’UE et mis en œuvre par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement industriel. Ce programme vise, entre autres, à contribuer à une intégration graduelle de la région ouest-africaine à l’économie mondiale en renforçant l’intégration économique régionale et le commerce. Son objectif spécifique est de renforcer la compétitivité des entreprises et d’assurer la conformité aux règles internationales du commerce et aux règlements techniques, en particulier les accords de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce).

Plus qu’une simple formalité, cette certification de Koumalim-Sa, est donc l’aboutissement d’un long processus qui a mobilisé l’ensemble des ressources de la société et cadre bien avec la stratégie du Gouvernement malien en matière de développement de l’agro-alimentaire et sa politique de développement industriel adopté en mars 2010 dont l’un des axes prioritaires est consacré à l’amélioration de la qualité des produits, pour un meilleur accès au marché.

Pour sa part, le Directeur général de Koumalim-Sa, Hammadaou Sylla a indiqué que c’est grâce à l’UEMOA que sa société a pu exister. «Nous sommes redevables à l’UEMOA pour le programme qualité et pour le programme de restructuration et de mise à niveau des entreprises», a-t-il soutenu. Ce, avant d’ajouter que dans notre pays, les produits alimentaires doivent être sains, tout en se félicitant d’avoir conduit une entreprise à la hauteur et notamment d’avoir remporté le 1er prix de deux concours organisés dans la sous-région dans le cadre de la qualité.

Il a en outre rappelé que c’est en 1997 que le cube alimentaire Bouillon Maggi a été introduit dans notre pays par la Société Madala Kouma et Frères. D’abord importé, ce produit finira par être fabriqué au Mali par Koumalim-Sa, première entreprise au monde autorisée à produire sous licence dans une l’usine inaugurée le 24 octobre 1995. Koumalim-Sa, bien qu’étant internationalement reconnue, est une précieuse entreprise pour le Mali, puisqu’elle fonctionne avec un personnel à 100% malien (300 agents) et produit annuellement 1500 à 9000 tonnes pour un chiffre d’affaires de 15 milliards sur lesquels, 3 milliards d’impôts et taxes sont versés à l’Etat. Mais, en raison de la croissance du marché national, cette société n’arrive pas à exporter. «Nous espérons qu’avec l’aide de Nestlé, l’entreprise comblera cette lacune dans les prochaines années afin d’exporter dans plusieurs pays de l’UEMOA», a conclu le DG de Koumalim-Sa, Hammadaou Sylla.
Bruno LOMA
 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER