Journée de l’industrialisation de l’Afrique 2016 : « La balance commerciale est fortement déficitaire au Mali »dixit Cyril Achcar

2

En prélude à la journée de l’industrialisation de l’ Afrique(JIA) qui va se tenir les 19 et 20 novembre prochain dans notre pays, l’organisation patronale des industries (OPI), a organisé ce 1er novembre à son siège une conférence de presse pour annoncer la JIA, présenter le Tome II de son livre blanc. Une occasion pour  le président de l’OPI, Cyril Achcar de déplorer  le manque de gouvernance en matière de politique industrielle  au Mali.

L’organisation patronale des industries sous la présidence de son 1er responsable, Cyril Achcar et du directeur national de l’industrie, était face à la presse pour annoncer  la journée de l’industrialisation de l’Afrique 2016  prévue pour les 19 et 20 novembre 2016 au parc des expositions de Bamako sous l’égide du président de la République. La JIA est un cadre d’échange, de rencontre des acteurs du secteur de l’industrie ainsi que  de plaidoyer selon les explications de la présidente de la commission d’organisation, Mme Jamilla Ben Baba. La tribune  d’annonce de la JIA,  a été une occasion pour le président de l’OPI, Cyril Achcar de  présenter le Tome II du Livre Blanc de l’industrie et procédé à une brève analyse du secteur de l’industrie  au Mali.  Dans son discours, Cyril Achcar  a déploré un  manque réel de gouvernance industrielle au Mali  aussi il  invite à  l’émergence d’une politique industrielle qui va  booster le secteur.

Pour le président de l’ OPI,  la balance commerciale du Mali est fortement  déficitaire  avec 400 milliards d’importations par an selon  la BCEAO en 2015;  le taux de croissance annuelle de notre PIB était de 5%   et  le poids de l’industrie manufacturière dans le PIB est de    5% et sachant que le taux d’utilisation des capacités de production est d’environ 33%,  Cyril Achcar dira que   le secteur  de l’industrialisation au Mali bien  qu’il puisse être  une véritable source  de créations d’emplois,  manque encore d’une politique industrielle en  symbiose  avec le livre blanc de l’industrie. Qui dans son   contenu, livre les détails de l’industrie malienne et  propose des solutions pour  sa relance  en vue d’un développement économique solide, créateur de richesses et d’emplois à en croire Cyril Achcar. Qui  d’ailleurs, espère que le gouvernement va reconsidérer  le  budget alloué au secteur de l’industrie, qu’il  soit l’équivalent de celui alloué à  l’agriculture (15% du budget national),   enfin M. Achcar souhaite que le ministère  de l’ industrie soit classé  parmi les 5premiers dans l’ ordre de préséance gouvernementale,  ce qui sera une preuve supplémentaire de l’ importance  que revêt l’ industrie aux yeux des autorités maliennes.

Khadydiatou Sanogo

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. La balance commerciale du Mali dépendra de la manière dont les affaires commerciales sont gérées.
    C’est pour palier à cette situation que l’Etat du Mali a créer un ministère dédié à cela.

  2. Comment la balance commerciale peut-elle être déficitaire au Mali, alors que les griots de l’incompétent I.B.K et les larbins de Boubou Cissé, nous chantent tous les jours la maîtrise de l’inflation? Nous ne sommes pas dupes. Tout le monde connait la gourmandise financière du pouvoir actuel où les parents et proches s’en mettent plein les poches, au point que le Mali a cessé de tirer le diable par la queue. C’est maintenant le diable qui tire le Mali par la queue, par la mal gouvernance de ce maudit régime en place depuis trois années qui ressemblent à quinze, tellement les Maliens n’en peuvent plus. Certains ont l’impression que I.B.K est là depuis un siècle. C’est pour cette raison que les populations sont pressées qu’arrive la fin du mandat de I.B.K afin de pouvoir le dégager. Achcar peut continuer à rêver. Ce régime ne créera aucun emploi, puisqu’il n’a pas de projet de développement. Le seul projet de l’incapable Président depuis son élection, c’est le sommet France-Afrique qui semble être pour lui une occasion inespérée de contre balancer son impopularité grandissante. Le désamour avec le peuple quand il s’installe, c’est la rupture irréversible. I.B.K ta ka boyé. Foumalkan !!!!!!! comme disent les vieux chez nous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here