La BMS une banque casse-cou ? Quand la rançon du succès devient amère pour ses clients

4

Comme vous le savez, c’est à grands renforts de pub et de tapage médiatique, que cette banque malienne de solidarité est devenue   ce qu’elle est. Aujourd’hui, elle compte parmi les meilleures  institutions bancaires de la place .Ce succès loin d’être usurpé  porte singulièrement  la signature d’un éminent cadre de haut vol :  Babali Ba entouré d’une équipe de professionnels aguerris et rompus à la tache. Voilà  pour le coté cour.

La rançon de ce succès devient peu à peu amère pour certains  de ses clients, à commencer par le « phénix », le dernier-né de la presse malienne,  qui vient de rater son  jour  de parution à cause des retards plusieurs fois répétés  dans une succursale de cette banque, elle-même  située dans un quartier  de la capitale et dont  nous ne citerons  ni le nom, ni de faire une quelconque révélation sur l’identité premier responsable. Histoire de ne pas faire de lui ce bouc émissaire idéal .Maintenant venons-en aux faits.

Le samedi  matin vers 10heures, je me  présente  au guichet de la BMS muni d’un cheque de transfert. La sympathique dame assise derrière le comptoir m’explique que je ne pourrais disposer de mes sous que dans la journée du mercredi  soit 72 heures après le dépôt. Sur ce, Je retourne donc à ma rédaction, avec la certitude que mon journal  pourra  paraitre jeudi, un  jour de la semaine  choisi par ma rédaction au terme d’une longue et âpre  discussion. Le mercredi, je me présente au  même guichet muni de mon chéquier pour (enfin !) réaliser l’opération.  Un nouveau rendez-vous est pris pour 14 heures .

Mais dans l’intervalle notre journal est déjà bouclé,  il ne reste plus qu’à prendre le chemin de l’imprimerie. La rédactrice en chef était à nouveau plongée dans ses réflexions pour trouver le menu d’une nouvelle parution. Mais ce que je pressentais sourdement sans pouvoir le dire à mes collègues depuis le matin est devenu une triste réalité. Ce n’était plus 72 heures, mais bien au –delà. Un sacré coup pour l’image pourtant lisse  de cette  banque des pauvres aujourd’hui victime de son succès et dont certains parmi ses  agents sont de moins en moins accommodants sur les petits soins à accorder  à leurs clients.

 B.C

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Mes Chers Frères il nous est demandé, un commentaire , (l’idée exprimée, le sujet en question..)dans la “fraternité” et avec courtoisie?
    Pour moi, si après le délai de 72 heures le virement n’a pas été effctué, il y a problème:
    1) Professionnel:lenteur ou négligence pour exécuter le travail pour lequel le salaire est payé à l’agent.
    2) Liquidité disponible permettant d’honorer les différents paiements et si c’est le cas, procéder, sans délai à l’AUDIT de la BMS avant que les choses ne s’empirent.

  2. Walahi du n’importes koi, et puis cet article est sans nom. BC c’est koi. Il gate le nom des journalistes en mettant des articles bidons alors le pauvre mali se cherche avk le problème ke tout le monde connait. Mr BC vient prendre tes sous laisse cette bank en paix.
    Tu dois avoir dotre truc a faire.
    c’est ça ki a ébranlé lotre regime, les journalistes faisaient tte sorte darticle, il suffisait de les appeler et de leur donner 50.000 f pr kil gate le nom de ton ennemi sur leur page sans preuve
    😈

  3. Il manque des professionnalisme dans tout le secteur,pauvre mali 😥 😥 😳

Comments are closed.