Lancement hier des activités d’information et de sensibilisation des acteurs du secteur informel : La Direction générale des impôts et le PACD mettent le cap sur la promotion du civisme fiscal

1
Les responsables suivant l'hymne national à la cérémonie d'ouverture
Les responsables suivant l’hymne national à la cérémonie d’ouverture

Cet ambitieux programme vise à promouvoir le civisme fiscal dans notre pays, avec comme finalité d’élargir la base de l’assiette fiscale en faisant en sorte qu’une bonne partie des plus de deux millions de commerçants détaillants évaluant dans le secteur informel puisse passer au formel en payant leur patente.

Ce sont les secrétaires généraux des ministères du Commerce et de l’Industrie (Sidi Mohamed Ichatrach) de l’Economie et des Finances (Mme Sidibé Zamilatou Cissé) qui ont présidé la cérémonie de lancement qui a mobilisé un nombre important des détaillants des marchés du district de Bamako.

Selon les statistiques, plus de deux millions de Maliens exercent des activités de production et de distribution dans l’informel. Cette économie informelle représente une parte importante dans les économies de nombreux pays. De ce fait, ce secteur mérite une attention particulière  pour le gouvernement afin d’en faire un véritable levier du développement  social et économique.

Cette cérémonie a été l’occasion pour le président du SYNACODEM, Cheick Oumar Sacko de dire que c’est un honneur pour tout détaillant de s’acquitter de sa patente. Cependant, il a souligné la nécessité pour les pouvoirs publics de créer les bonnes conditions d’installation des commerçants détaillants. M. Sacko de rappeler qu’il y a plus de dix ans, les organisations du secteur avaient sollicité du gouvernement la transformation des bâtiments administratifs du centre-ville en magasins pour éviter les occupations anarchiques des espaces. Tout en renouvelant cette demande, il a mis un accent particulier sur le cas des commerçants déguerpis du Boulevard, qui ne sont pas encore recasés.

Le secrétaire général du ministère du Commerce et de l’Indsutrie d’ajouter que le PACD a contribué à la formalisation des activités d’un grand nombre d’acteurs du secteur informel par le financement des activités de plus de 3 188 commerçants détaillants, la formation/sensibilisation de 15 449 autres, l’installation de plus de 2 821 étals dans les marchés de Bamako et de l’intérieur ainsi que  la distribution d’environ 2 180 emballages biodégradables. Il est prévu la réalisation de 2 300 étales courant 2015.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, cette initiative salutaire visant à renforcer le potentiel fiscal à travers la communication et la sensibilisation est le prolongement des initiatives déjà prises dans ce sens par la Direction générale des impôts depuis plusieurs années. La DGI déploie des efforts pour  la promotion de la catégorie des détaillants affiliés à l’impôt synthétique instauré en 1999. Cette forme d’impôt a déjà fait l’objet de quatre réformes avec un taux unique de 3% de base de calcul en s’appuyant sur le système déclaratif.

Le président de l’Ordre national des experts comptables et comptables agréés, Cheick Aboubacar Cissé, tout en saluant la mise en place des Centres de gestion agréés, dira que ce processus n’a pas répondu à toutes les attentes car, l’aspect financement a pris le dessus sur la gestion reléguée au second rang. Il estime aussi que l’économie informelle régorge certes d’énormes potentialités, mais au Mali, elle se caractérise d’une part, par l’individualisme, en ce sens que ces entreprises appartiennent à une seule personne ou à une famille et, d’autre part, par la banalisation du commerce, car tout le monde exerce d’une manière ou d’une autre cette activité.

La cérémonie a été marquée par la remise de deux enveloppes à des détaillants (Awa Traoré de la commune III et Aboubacrine Maiga de la commune II) qui se sont acquittés de leur patente. Ces enveloppes doivent leur permettre d’adhérer au CGA. Après le lancement, les responsables des détaillants ont débuté  hier dans l’après-midi une formation de deux jours pour réfléchir sur les meilleurs messages et approches de sensibilisation du grand nombre de Maliens au civisme fiscal.

Youssouf CAMARA

PARTAGER

1 commentaire

  1. “Cet ambitieux programme vise à promouvoir le civisme fiscal dans notre pays”

    Le CIVISME FISCAL??? 😯 😯 😯 😯 😯 Chez nous??? 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    J’ignore qui est à l’origine de cette phénoménale trouvaille (le CIVISME FISCAL au Mali! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 ) mais il avait du fumer des choses bizarres avant de pondre une blague aussi ENORME! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Et j’adore quand je lis: “en faisant en sorte qu’une bonne partie des plus de deux millions de commerçants détaillants évaluant dans le secteur informel puisse passer au formel en payant leur patente.”
    C’est sur que “le rêve” de tout commerçant informel, c’est de POUVOIR un jour… payer une patente! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

Comments are closed.