Le ministre des Mines sur le site de PETROMA à Kati : Le Mali pourrait bientôt devenir producteur de gaz et de pétrole

9 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le ministre des Mines, Amadou Baba Sy, a visité le jeudi 14 février, les chantiers de recherche  de la société PETROMA dans le village de Bourakebougou situé à 60 km  de Bamako. C’est entouré de ses principaux collaborateurs et en compagnie du promoteur de PETROMA, Aliou Boubacar Diallo, qu’il a effectué la visite.

Aliou Boubacar Diallo, PDG Petroma

Aliou Boubacar Diallo, PDG Petroma

Une visite qui lui a permis de prendre la mesure des progrès réalisés dans les travaux  de recherche du gaz et du pétrole. Des différentes explications fournies sur place au ministre Sy et à sa délégation par le PDG de PETROMA, Aliou Boubacar Diallo, il ressort que le Mali pourrait devenir à terme un pays producteur de gaz et de pétrole. Ce jeudi 14 février était un grand jour de fête à Bourakebougou, village situé dans la commune rurale de Diédougou Torodo, cercle de Kati, à 60 km de Bamako. C’est au son des tam-tams que la population, endimanchée, est sortie pour accueillir en grande pompe la délégation ministérielle. Le maire de Diédougou Torodo, une commune rurale  de 17 villages, totalisant 23 000 âmes, Tièssolo Konaré, n’avait pas de mots assez forts pour exprimer, au nom de ses administrés, sa joie et de mots assez justes pour exprimer sa gratitude à l’endroit du promoteur du projet PETROMA, un projet qui apparaît aux yeux des habitants de la commune comme une véritable manne céleste. Ce projet gazier et pétrolier soulève un immense espoir dans un horizon sombre, car Diédougou Torodo est une commune à vocation agro-pastorale mais qui est frappée, depuis quelques années, par la raréfaction de l’eau de pluie pour ne pas parler de sécheresse endémique.

A l’échelle nationale, le projet gazier et pétrolier de la société PETROMA, a laissé entendre l’édile de Diédougou Torodo, va grandement contribuer à la concrétisation du rêve  de l’indépendance énergétique et  du décollage économique du Mali.

Après l’intervention du maire de Torodo, ce fut le tour au PDG de PETROMA de présenter un exposé power point sur son projet. Un projet de  recherche gazière et pétrolière qui a commencé en 2008 sur le bassin sédimentaire de Taoudenni, l’un des plus grands bassins sédimentaires du monde qui est à cheval sur le Mali et la Mauritanie mais dont la plus grande partie se trouve dans notre pays. C’est en véritable expert géologue rompu aux arcanes de la chimie minérale que le promoteur de PETROMA, économiste de formation, fera son exposé. Il en ressort notamment que, du point de vue activité pétrolière, le bassin de Taoudenni est considéré comme sous-exploré. En effet, par le passé, seulement 4 forages ont été réalisés dans ce bassin dont un seul, atteignant le néoproterozoïque a été jugé positif, le Abolag-1 en Mauritanie. Par ailleurs, «une campagne sismique sur les  axes de ces anomalies négatives de la gravimétrie a mis en évidence 5 prospects potentiels d’hydrocarbures dans la zone du bloc 25. Les blocs  25 et 17 couvrent respectivement une superficie de 37 594 Km2 et de 19 972 KM2. Ces deux blocs se  trouvent sur un système pétrolier qui a bien fonctionné comme à Oman  et en Sibérie. «D’autant  que les deux forages stratigraphiques entièrement carottés ont été forés à 2 000 et 2 500 m de profondeur où il est confirmé que nous sommes dans un bassin sédimentaire et que et que nous n’avons pas encore atteint le socle. Dans chaque forage on constate que nous sommes dans un système pétrolier avec des roches mères, roches riverains  et des roches d’étanchéité qui peuvent constituer des pièges structuraux et stratégie physiques. Il y  aussi des zones de fracture et de dolérites intrusives qui ont fourni la source de chaleur  nécessaire à la maturation du pétrole».

Le débit du pus de gaz a été testé pendant 10 jours a fini de vérifier de présence de l’hydrogène à 98%. L’hydrogène peut être transformé en électricité selon la méthode plug and play (brancher et s’amuser). Ce qui est un cas unique au monde. Les premières évaluations font état de 1,7 milliards de pieds carrés de gaz sous forme d’hydrogène gazeux. Très inflammable, cet hydrogène peut servir,  cependant, à produire de l’électricité bon marché et  respectant à partir d’une centrale électrique à construire sur place. A partir de l’hydrogène, on peut produire aussi de l’ammoniaque qui peut être transformé, à son tour, en urée. Bonjour donc la production d’engrais!

«Dix scénarios pour l’exploitation de ce  gaz ont été au demeurant élaborés», a confié Aliou Boubacar Diallo. Des travaux plus poussés  d’exploration sont envisagés par PETROMA en vue de la valorisation du méthane, du pétrole  et même d’autres substances. Il est prévu la production de gaz domestique pour 500 000 ménages cela pendant 20 ans. Le promoteur de PETROMA, pour réaliser ces travaux complémentaires, a créé une société de forage, For-Di, confiée à un spécialiste français qui est  déjà à pied d’œuvre et qui, à en croire le spécialiste en question, livrera ses secrets au bout d’une année. En croisière, For-Di emploiera 120 personnes.

Le promoteur  de PETROMA, Aliou Boubacar Diallo, a saisi l’occasion pour lancer un appel en direction des opérateurs maliens, évoluant dans les secteurs du gaz et des hydrocarbures  et même au-delà, de rentrer dans la capital de  sa société qui est cotée à la bourse de Frankfort en Allemagne. Ils peuvent le faire également à travers les marchés boursiers régionaux et sous-régionaux.

Tout le bonheur était pour le ministre des Mines qui n’a pas manqué de saluer le courage du promoteur de PETROMA  avant d’inviter d’autres investisseurs potentiels  à  prendre l’exemple sur lui. Et d’assurer que l’Etat sera toujours à leurs côtés pour les aider à lever les différents obstacles à leurs activités. Même message aux investisseurs étrangers invités à faire du Mali une destination privilégiée, car la fabuleuse aventure pétrolière, gazière et minière du pays de Soundjata Kéïta ne fait que commencer.

Yaya Sidibé 

 
SOURCE:  du   18 fév 2013.    

9 Réactions à Le ministre des Mines sur le site de PETROMA à Kati : Le Mali pourrait bientôt devenir producteur de gaz et de pétrole

  1. Malikanou-baga

    bo7
    je crois que vous n’etes pas civiliser et vous etes arrogant

    dans votre langage et aussi mal eleve , de vouloir traiter

    Mr. DIALLO et autre comme NEGRES

  2. Malikanou-baga

    bo7
    je crois que vous n’etes pas civiliser et vous etes arrogant

    dans votre langage et aussi mal eleve , de vouloir traiter

    Mr. DIALLO et autres comme NEGRES…Tu dois du respect a Mr.

    DIALLO , fils du pays , digne du MALI

  3. Malikanou-baga

    Merci Beaucoup Mr. DIALLO

  4. haasq

    Vous Avez vu pays de touareg ???????

  5. bo7

    negres;…. vous dites le pays de l’imaginaire soundiata keita. depuis quand les negres connqissent tawdeni a plus forte raison soundiata.c bassin sera de l’enfer pour les maliens negres.il est de l’azawad c bassin. vive l’azawad….

    • africa

      toi tu est un bartard fils de put que vouz etez. fuck you to your entire race and fuck azawad mali is one. bitche

  6. Soumba

    Monsieur Yaya Sidibé,
    vous dites ceci : « Il est prévu la production de gaz domestique pour 500 000 ménages cela pendant 20 ans. » Est-ce que cela sera rentable par rapport aux coûts d’investissements ?????????????????????????

  7. mahamed sy

    voici Un homme dont le Mali a besoin comme president de la republique

  8. npogo

    BONNE NOUVELLE EXPLOTONS NOS RÉSSOURCES POUR MIEU FORMER ET MIEU ÉQUIPER L’ARMÉE MALIENNE.