Le PDG Amadou Boye Coulibaly est formel : “L’office du Niger tient bon malgré la grave crise économique»

0
Le PDG Amadou Boye Coulibaly

Quand l’Office du Niger va mal, c’est la sécurité alimentaire qui sera compromise. Depuis un certain temps, certaines personnes font croire qu’il y a une situation assez critique à l’Office du Niger. Elles indiquent même que “l’entreprise est pratiquement en cessation de paiement”. Alors qu’il n’en est rien. Malgré la grave crise économique née du malheureux coup d’Etat du 22 mars 2012, avec comme corollaire la réduction de 50% du compte Etat, “l’Office du Niger tient sur la route, il n’est pas en cessation de paiement” nous a indiqué son PDG, Amadou Boye Coulibaly.

Ainsi, si l’Office du Niger était en cessation de paiement, ce sont les travailleurs qui allaient être les premiers à se plaindre. Aussi, le PDG de l’Office du Niger soutient qu’ “il n’y a pas de problème majeur entre la direction et les paysans“. La seule difficulté, si difficulté il y’a, elle réside entre les paysans et leur coopérative à propos du remboursement des crédits agricoles concernant notamment l’opération pomme de terre. Une opération dont la réussite ne souffre d’aucune ambigüité, car elle a permis aux paysans et à bon nombre de nos concitoyens de tenir le cap pendant la période de soudure. D’ailleurs, les paysans eux-mêmes ont reconnu dans une récente lettre adressée au PDG de l’Office du Niger, avoir fait une bonne affaire avec l’opération pomme de terre. Dans cette lettre, ils demandent un peu de temps afin qu’ils puissent réunir toutes les conditions afin de faire face aux crédits agricoles.

Mieux, malgré la suspension de la coopération entre notre pays et l’ensemble des pays accrédités au Mali à l’issue du coup d’Etat du 22 mars 2012, les projets existant à l’Office du Niger continuent et les contrats conclus restent en vigueur. C’est ainsi que les 548 ha du KIE (Kala inférieur est) pour un montant 5  596 668 FCFA, les 1 722 ha de Siengo extension pour une enveloppe de 6 399 108 090 FCFA sont en cours d’exécution dans la cadre de la coopération avec la République fédérale d’Allemagne. Ce n’est pas tout. Avec l’Union Européenne, le drain du Kala supérieur pour un montant de 3 946 082 729 FCFA est aussi en cours d’exécution. Les 2 500 ha de M’Bewani pour un montant de 8 321 067 311 FCFA est également en cours d’exécution. Mieux, comme pour marquer son adhésion à la bonne gouvernance à l’Office du Niger, l’UE vient d’accorder à l’entreprise un avenant de 1 161 480 001 FCFA.

Halte donc à la désinformation et à l’intox!

 

Les postes de PDG de l’ON et de DG de l’ODRS ouverts pour des récompenses politiques ?

Selon des indiscrétions, les postes de PDG de l’Office du Niger (ON) et de DG de l’Office de développement rural de Sélingué (ODRS) seraient déjà ouverts pour des récompenses politiques. C’est pourquoi, nous assistons à des campagnes de dénigrement des premiers responsables de l’ON (Amadou Boye Coulibaly) et de l’ODRS (Ousmane Maïga) à travers des pamphlets via la presse. D’aucuns n’hésitent même pas à inviter le nouveau ministre de l’Agriculture, Yaranga Coulibaly à faire un nettoyage à grande eau dans les structures relevant de son département.  Le ton a été déjà donné le mercredi 19 septembre dernier à travers le relèvement de presque tous les membres du cabinet.

Dans le cadre de cette bataille de positionnement, de la restauration disent d’autres, il nous est revenu que le poste de PDG de l’ON va passer entre les mains d’un cadre proche du parti le RpDM, le parti du Premier ministre Cheick Modibo Diarra. Quant au poste de DG de l’ODRS, il serait promis à un cadre du parti YELEMA du jeune maire de la commune IV du District de Bamako, Moussa Mara.

Le contexte de crise actuelle ne devrait pas se prêter à un quelconque partage de gâteau. Mais, cela peut se comprendre au Mali, puisque le ridicule ne tue plus.

                                          Alassane DIARRA

PARTAGER