Les recettes douanières et les attentes du Trésor Public : 60 milliards 5 00, manquent à l’appel au 31 Décembre !

4
Modibo Maiga
Modibo Maiga DG Douane

Dans les prévisions des recettes douanières au titre de l’exercice de l’année 2014, on s’attendait à 385 milliards de FCFA. Les réalisations à la date du mercredi, au soir du réveillon de la Saint Sylvestre, étaient seulement de 320 milliards 500 millions,  visibles dans les caisses. Un gap qui se justifierait,  non pas par des excuses que l’on pourrait  trouver  ça et là, mais par l’incompétence de la Direction de la Douane.  Une direction qui est montée aux affaires à un moment trouble et très noir de notre histoire contemporaine, au cours de laquelle, tout se décidait dans le Camp Soundiata de Kati.  A cette époque, des promotions, moyennant versement de royalties au tout puissant maître des lieux et à ses camarades du tristement célèbre CNRDRE étaient légion. Donc des nominations sur fond de versement d’espèces sonnantes et trébuchantes, qu’importe le grade ou la compétence ont lieu.

Cette gangrène,  disons-le  franchement, se répercutera incontestablement sans aucun doute sur le futur très proche de tous les maliens.  Dès lors, n’est-on  pas en droit de demander aux  plus hautes autorités de ce pays, ce qu’elles attendent pour renvoyer cette équipe de gabelous qui gèrent l’administration douanière.  Ce,  pour le  grand bien des maliens ! Le plus grand déficit des 30 dernières années !
Pour mémoire, il est important de rappeler  aux maliens, que Jamais dans toute  leur  existence, la Douane Malienne n’a eu à enregistrer plus de 10 milliards de déficit. Du dilatoire,  lorsqu’on retourne sur l’attitude du Directeur Général, Dembélé, qui donnait l’impression de pouvoir améliorer les recettes après sa prise du pouvoir à Faladiè.
Alors qu’il n’a œuvré que pour  préserver ses seuls intérêts mercantiles  et sordides.
Les trois(3) premières semaines de ce mois de janvier 2015, permettront aux gabelous de cravacher dans la perspective de recouvrer une vingtaine de milliards.  Ce qui réduira en apparence le gap, en le ramenant dans la fourchette des 44 – 45 milliards. La Direction de la Douane, malgré l’échec cuisant enregistré au niveau des recettes douanières, ne démissionnera pas. Car, cet acte de grand civisme intellectuel et moral, ne figure nulle part dans le lexique des fonctionnaires maliens.Plutôt raser les murs et se gratter la nuque devant les haut d’en haut, que de partir honorablement. Et pour demeurer visser dans le fauteuil qu’on a hérité des devanciers assurément plus coriaces, on noie sa hiérarchie dans le jeu vicieux des petites combines, des petites et sales affaires. Bouaré Fily Sissoko, la courageuse et battante ministre de l’Economie et des Finances, jouera-t-elle à ce jeu ? En tout cas, la direction de la Douane du Mali a échoué et doit partir, à moins d’un….. 2014 est passée avec ses joies et ses peines, ses déboires économiques aussi. Ce n’est pas le  Trésor Public  qui souffre du déficit financier constaté au niveau de la Douane du Mali, un déficit chiffré à 60 milliards 500 millions de nos francs, qui nous contredira. Ce manque à gagner  donnera du tournis aux grands gestionnaires du Trésor Public, lesquels devraient se creuser les méninges pour trouver palliatif. En attendant, tous les regards sont braqués sur l’hôtel des
Finances et son patron, l’excellente Bouaré Fily Sissoko. Elle a durement cravaché tout au  long de l’année dernière à la résolution des dures épreuves que notre pays a connues. Aujourd’hui, il y’a lieu de féliciter tout le monde, les populations en premier, elles qui ont accepté de faire profil bas dans la seule perspective d’aider le Président de la République dans les dures épreuves qu’il a connues tout au long de l’année dernière. Mais revenant au lourd déficit des recettes douanières, il y  a lieu pour la grande argentière du Mali de revoir ses copies en ce qui concerne la gestion des ressources
humaines au niveau des services de l’assiette, au nombre desquels, la Douane. Un changement ne fera que booster les affaires comme cela l’a été à la Douane tout le  temps. Mais en gardant cette direction visiblement à bout de souffle, Fily donnera forcement raison à ceux qui pensent que le maintien de Moumouni Dembélé se justifie non pas par ses compétences mais par autres choses. Des royalties, dit-on, sur lesquels, nous y reviendrons très prochainement !
Sory de Motti

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. A propos d ietnnvion ide9ologie, merci pour cette tirade tre8s attalienne (apologie du me9tissage, ne9gation des enracinements, bref, du modernisme dogmatique e0 l e9tat pur!!! Je bois du petit lait)!!!! Heureusement que les peuples qui d apre8s tes dires, ont l obscurantisme dans les veines (c est non dit, mais e7a suinte en chacun de tes mots), ont des races naturellement e9claire9s (illumine9s) pour les civiliser (ou les dissoudre) Avec toute ma pitie9!

  2. Journaliste xxxx, payé pour ternir l’image des uns et autres, depuis sa prise de fonction as tu vu les douaniers en grève comme fut tjrs le cas dans beaucoup de service malien? xxxxx étant donner que la liberté d’expression est perçu autrement dans notre pays. xxxxxx, apprend la méthode qqocpq. Tu foutra la paix à Moumouni Dembélé. bravo M.le DG et Courage aux vaillants douaniers du Mali.

  3. Tu as tout faux Mr Sory de Mopti, pour dédouaner il faut des importations, les activités à travers le monde sont au ralenties, et le Mali longtemps ne fait pas la confiance des fournisseurs étranges pour raison : la présence de terroristes sur notre sol. Tous les grands magasins sous douane sont presque vides. Unanimement toutes les vérités concourent à dire que sans paix et sans sécurité aucun développement n’est possible. Nos gabelous sont à féliciter, malheureusement” les traces de sueur ne se voient pas sous la pluie” .Ne diffamer point car votre demain en dépendra.
    A Salam

Comments are closed.