Mali: le budget 2014 se chiffre Ă  1 518,116 milliards de FCFA

2

Gouvernement_Oumar_2Le gouvernement malien a adopté vendredi le projet de loi de Finances 2014 qui se chiffre en recettes à 1 518 milliards 116 millions de FCFA, contre 1 433 milliards 515 millions de FCFA dans le budget rectifié 2013, soit une augmentation de 5,90%, a-t-on appris de sources officielles samedi.

 

 

L’adoption de ce budget a Ă©tĂ© faite lors d’un conseil des ministres, rĂ©uni en session extraordinaire sous la prĂ©sidence du prĂ©sident malien Ibrahim Boubacar KĂ©ita.

 

 

Au titre des dépenses, ce même budget se chiffre à 1 559 milliards 440 millions de FCFA contre 1 465 milliards 075 millions de FCFA dans le budget rectifié 2013, soit une augmentation de 6,44%.

 

 

Selon le gouvernement malien, le budget d’Etat 2014 dĂ©gage un dĂ©ficit prĂ©visionnel de 41 milliards 324 millions de FCFA contre 31 milliards 560 millions de FCFA dans le budget rectifiĂ© 2013, soit une augmentation de 9 milliards 764 millions de FCFA. Ce dĂ©ficit sera financĂ© par les ressources provenant des aides budgĂ©taires extĂ©rieures et la mobilisation de l’Ă©pargne Ă  travers les titres d’emprunts Ă©mis par le TrĂ©sor, prĂ©cisent les autoritĂ©s maliennes.

 

 

Celles-ci expliquent que le projet de Loi de Finances 2014 prĂ©voit et autorise l’ensemble des recettes et des dĂ©penses de l’Etat et Ă©tablit les prioritĂ©s de l’action du Gouvernement pour l’annĂ©e 2014, et tient compte de la conjoncture internationale, sous-rĂ©gionale et nationale.

 

 

La rĂ©partition des dĂ©penses par secteur reflète la volontĂ© d’accorder la prioritĂ© Ă  l’instauration de la sĂ©curitĂ© et de la paix, au fonctionnement de la justice, Ă  la relance Ă©conomique, au dĂ©veloppement humain et au renforcement de la politique de dĂ©centralisation, ont-elles soulignĂ©.

 

 

Par ailleurs, ce même conseil extraordinaire a adopté un projet de loi autorisant le gouvernement à prendre certaines mesures par ordonnances.

 

 

Par ce deuxième projet de loi, le gouvernement, conformĂ©ment Ă  l’article 74 de la Constitution, demande Ă  l’AssemblĂ©e nationale l’autorisation de prendre par ordonnances des mesures qui sont normalement du domaine de la loi dans la pĂ©riode comprise entre la date d’adoption de la prĂ©sente loi et l’installation de la nouvelle AssemblĂ©e nationale.

 

 

Cette autorisation concerne les mesures que le gouvernement devra prendre dans des domaines dĂ©terminĂ©s en vue d’assurer le fonctionnement rĂ©gulier de l’Etat, prĂ©cise le gouvernement.

 

 

L’AssemblĂ©e nationale du Mali statue sur le projet de loi de Finances (budget) adoptĂ© par le gouvernement pendant sa session budgĂ©taire qui dĂ©marre le premier lundi du mois d’octobre et dure 75 jours, selon la loi.

 

 

L’ouverture de cette session budgĂ©taire est prĂ©vue pour lundi Ă  11h00, selon une source de l’AssemblĂ©e nationale.

 

 

Source: Agence de presse Xinhua
PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Le Ministre du travail et des affaires sociales et humanitaires doit se renseigner sur le triste sort qui a toujours été réserve à ses services au niveau opérationnel. Les services de cercle du développement social attendent leur part dans le budget national. Nous avons le sentiment que les autorités ne perçoivent pas notre utilité avec tout ce que nous faisons comme efforts pour soulager les souffrances des couches sociales vulnérables. Parfois, nous utilisons notre salaire pour sécher les pleurs de sinistrés et des désespérés. Aucun ministre n’a jamais fait une visite au niveau cercle pour se faire une idée de ce que nous vivons dans nos services. Il est temps que le Ministre ouvre une ligne budgétaire pour permettre un fonctionnement normal de ses services de proximité sans lesquels le Ministère ne saurait avoir ses résultats. Nous avons la chance d’avoir pour la première fois un Ministre Technicien de la boîte. Qu’il sache que nous travailleurs sociaux attendons beaucoup de lui.

Comments are closed.