Méfaits de la crise au Mali : L’aide publique au développement est bloquée depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

L’Aide publique au développement (APD) est un fonds que les bailleurs de fonds allouent à un pays pour lui permettre d’assurer son développement dans tous les domaines. Mais suite au coup d’Etat du 22 mars dernier, cette aide d’une valeur de 759 milliards 48 millions FCFA a été bloquée et ne sera décaissée que…lorsque les auteurs dudit putsch rentreront dans leurs casernes.

Depuis plus de 8 mois, le Mali est  plongé dans deux crises : politique et institutionnelle (au Sud) d’une part, territoriale et sécuritaire (au Nord) d’autre part. Et cette crise du Nord  n’est que la résultante de celle du Sud. En effet, le coup de force du 22 mars dernier et la chute du régime ATT sont indubitablement le catalyseur de l’invasion des régions du Nord comme Gao, Tombouctou et Kidal par des bandits armés. C’est évidemment suite à ce putsch que les bailleurs de fonds ont  signifié leur refus de décaisser les fonds alloués au préalable au Mali après la Déclaration de Paris de janvier 2011 relative à l’Aide publique au développement (APD) consentie à notre pays. N’eût été ce coup d’Etat « mal venu », pourrait-on dire, ces fonds allaient sûrement être alloués au Mali, même si le régime déchu d’ATT avait été caractérisé, dit-on encore, par la corruption, le népotisme, l’incompétence, etc.

Ces fonds prévus pour trois (de 2012 en 2015) devaient aider le Mali pour le paiement de ses salaires et assurer son développement économique et social. Sans cette aide au développement public, tous les domaines de la vie sociale du pays en souffriront. Sans le secours de cette aide financière, un pays aussi pauvre que le nôtre paiera difficilement ses salariés sur ses ressources propres. C’est dire que notre pays n’est pas entré (loin de là) dans l’ère de l’industrialisation ; encore moins au diapason du monde moderne. D’ailleurs, l’industrialisation ne semble pas être le premier souci de nos  dirigeants, qu’ils intellectuels ou politiques. L’implantation de petites usines (comme SOMAPILE) avec transfert de technologies peut bien bénéficier au Mali pour peu que les décideurs et politiques s’y attèlent afin de permettre à notre pays de prendre le chemin du véritable développement. En tout cas, le Mali regorge de ressources humaines, naturelles, minières, énergétiques (entre autres) nécessaires à un tel projet.

Abdoulaye Faman Coulibaly

SOURCE:  du   20 déc 2012.    

4 Réactions à Méfaits de la crise au Mali : L’aide publique au développement est bloquée depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012

  1. Munier

    Il est toujours très facile d’accuser l’extérieur (les « PTF ») comme étant la cause de tous nos maux. Mais où est le courage de notre Armée qui a fui sans même combattre devant les rebelles du nord (en fait nos frères touareg ???). Que faisons-nous face aux terribles exactions qui se passent chez nous en ce moment (destruction de mausolées à Tombouctou, mutilations corporelles, etc…). Avons nous le courage de réagir par nous même et de nous passer de l’aide extérieure ??? Commençons par répondre à cette question

  2. Tidiane

    Salaam,
    le budget 2013 a été adopté par l’ensemble des députés présents. Le plus curieux, aucune réaction des internautes sur ce budget. C’est comme si tout le monde était d’accord que nous continuons à vivre sous perfusion. Nous sommes déjà en coma budgétaire et voici que nous ajoutons encore à nos souffrances avec un déficit de 50 milliards. Quand l’occident nous dicte notre conduite, il y en a qui parlent d’ingérence. L’occident, c’est bien les Partenaires Techniques et Financiers. Normal que celui qui donne le prix de condiments choisisse le menu du jour, n’est ce pas ?

    Il y a des passages qui méritent pourtant une réflexion:

    1. Budget adopté à l’unanimité par 135 pour, 0 contre, 0 abstention et 0 non votant.
    Cela veut dire que chacun cautionne ce qui va se passer en 2013 en matière de gestion du Mali

    2. … des mesures d’accompagnement seront prises pour des recrutements prévus en 2013 dans certaines catégories de corps d’armes, à savoir 1.750 militaires soit 500 gendarmes et 750 gardes.
    S’agit il d’un total de 1750 à dispatcher ou un total de 3.000 éléments à recruter? Je suis d’accord pour le recrutement mais un renforcement en techniques de guerre et utilisation efficiente des TIC pourrait donner un même nombre. D’autres secteurs comme l’élevage, l’agriculture, l’éducation et la santé ont besoin de personnel de renfort

    3. …Des recrutements, selon le ministre de la défense, qui n’impacteront pas le niveau des charges du personnel du fait des nombreuses désertions survenues dans les camps de nos militaires.
    Cela donne le vertige si les déserteurs sont évalués à au moins 2.000 éléments

    4. Dans le cadre de la reconquête des régions du nord, ce sont 5 000 éléments maliens qui doivent participer aux combats. Le coût des interventions n’est même pas encore correctement évalué. Le montant réel définitivement approuvé est de 20,699 milliards, dont une partie inscrite dans le budget du département et l’autre dans les charges communes.
    Sans commentaire!!!!

    5. Par rapport aux dépenses électorales en 2013, elles sont de l’ordre de 25 milliards de FCFA contre 6,352 milliards de FCFA en 2012.
    Et tout le monde trouve cela normal. C’est vrai que de bonnes élections sont gages de stabilité mais aussi une accessibilité aux denrées de premières nécessité et de l’emploi pour les jeunes

  3. Odyl

    C’est le coup d’état, c’est à dire l’arrêt brutal de la démocratie qui est la vraie cause de la suspension de ce fonds. C’est ainsi dans tous les pays et le Mali ne doit pas faire exception.
    Au lieu d’en vouloir aux mécènes qui nous donnent l’argent de leurs contribuables,c’est au Capitaine Amadou Haya DADIS Sanogo que nous devons en vouloir. C’est lui, la cause du malheur du Mali et de la zone sahélienne. Cet homme est un démon! :twisted: :oops:

  4. pointeur

    Ils sont prêt à décaisser l’argent pour qu’on face la guerre s’entretuer, saccager le pays et dépendre encore plus d’eux!!! Mais il ne sont pas prêt à nous soutenir pour un développement et la paix dans notre pays? Alors pourquoi d’un côté nous aider à tuer et de l’autre nous empêcher de nous développer?… Réveillez vous maliens!! je ne cesse de le dire.