Impact de l’or sur les communautés : La FDS montre le bon exemple dans la région de Sikasso

0

Impact de l’or sur les communautés Echanger avec les responsables des compagnies minières et constater sur place les réalisations socio-économiques de ces compagnies, tel a été, entre autres, l’objet de la visite de la Fondation de Développement pour le Sahel(FDS) à Syama et Kalana. C’était du 20 au 23 mai 2014.

 

 

L’or brille-t-il pour toutes les communautés qui abritent ces sociétés minières ? Pour en savoir plus, la Fondation de Développement pour le Sahel(FDS) a effectué une visite sur le terrain pour constater les réalisations. A Fourou, avec une population de 40826 habitants, le constat n’est pas luisant. Ici, les sociétés se sont succédé sans un impact significatif sur les populations. Néanmoins, les journalistes ont pu constater quelques réalisations de l’ancienne société minière SOMICI : une école de second cycle, une pompe, un ancien lycée et un nouveau tous construit. S’ajoute à ces réalisations, des bâtiments socio-sanitaires rénovés avec un groupe électrogène, un congélateur pour les vaccins et un concentrateur d’oxygène pour la réanimation des nouveaux nés. Elle a également appuyé le CSCOM au niveau du laboratoire dans le cadre des tests de dépistage et a construit un château d’eau. Avec l’arrivée de la fièvre Ebola, la mine a offert du matériel pour le besoin. Mais à Fourou, il faut dire qu’il manque d’interlocuteur sur le terrain. Les réalisations faites par la mine n’ont pas de visibilité. Le directeur de la FDS a déploré cette situation. Pour Mr Tiémoko Souleymane  Sangaré, directeur de la FDS, les populations doivent être de plus en plus impliquées dans les prises de  décisions pour leur bien-être et afin de s’approprier des réalisations socio-économiques après la fermeture de ces mines.

 A Kalana, la SOMIKA donne le bon exemple.

La SOMIKA emploie 443 travailleurs (388 permanents, 49 contractuels, 6 expatriés) dont  93% des travailleurs sont les locaux et les expatriés ne représentent que moins de 1%.  Les investissements de cette société sont intégrés dans le PDSEC local. De 2004 à 2013, la patente versée aux collectivités a été de 430.270.000FCA dont 60% sont revenus à la commune. Ce montant s’élève à 258.161.918FCFA. La Santé, l’Education, les activités génératrices de revenus ont reçu un appui considérable de la société. Rare sont les sociétés minières qui sont appréciées par les communautés dans lesquelles elles opèrent. Mais à Kalana, c’est le cas avec la SOMIKA. Dans cette commune, les autorités locales et  AVNEL GOLD, le gestionnaire de SOMIKA, parlent le même langage. Cette société apporte dans tous les secteurs socio-économiques de cette commune, a confirmé  le maire Mr Drissa Sidibé. Selon lui, l’impact est visible à travers les emplois crées, la masse salariale, les infrastructures scolaires, la santé, l’accès à l’eau potable, le reboisement l’électrification du village et les appuis ponctuels au village. Le directeur général, Roy Meade et les membres de sa direction, lors de leur entretien, ont fait savoir que la société tourne avec perte depuis le mois de juillet parce que  le cours de l’or a chuté. Alors, comme leur société entend avoir une lisibilité sur la qualité, ils vont  commencer à construire une nouvelle mine à ciel ouvert en 2O16, a indiqué le directeur général.

Fakara Faïnké, envoyé spécial

PARTAGER