Le ministre de l’Industrie hier à la zone industrielle de Dialakorobougou: – De nombreuses unités commencent à sortir des terres – Le gouvernement décidé à résoudre les difficultés rencontrées

0
Abdoul Karim Konaté

Malgré de petites difficultés, les unités industrielles commencent à pousser à la zone industrielle de Dialakorobougou, sur la route de Ségou.  Un constat fait, hier jeudi 13 septembre, par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Abdoul Karim Konaté. Il était accompagné du président du CNPM, Mamadou Sidibé et de certains de ses collaborateurs. Ils ont eu droit à une visite guidée du site de 200 hectares, conduite par le PDG de AZI-SA, Yacouba Traoré et Hamidou Mama Traoré, chef du service études et programme. Il s’agissait pour le ministre  de venir voir le niveau d’évolution de l’aménagement de la zone et d’identifier les difficultés qui entravent sa progression.

Yacouba Traoré PDG de AZI-SA

L’Agence d’aménagement et de gestion des zones industrielles (AZI-SA), créée par le gouvernement pour promouvoir les investissements industriels dans notre pays, ambitionne de faire de la zone de Dialakorobougou une technopole de développement industriel et commercial moderne avec une concentration de tous les secteurs d’activités liés à l’industrie, au commerce et aux services. Cette zone, qui était encore vierge, commencent à être occupée par des usines, nombreuses sont déjà sorties de la terre. En effet, après le lancement des travaux en juillet 2009, la direction générale de l’AZI-Sa a multiplié les initiatives pour vendre la zone et attirer les investisseurs.

A la date d’aujourd’hui, l’ensemble des parcelles de la zone industrielle de Dialakorobougou sont, pratiquement, achetées ou réservées.  Sur le site, le ministre a constaté que les travaux de lotissement sont terminés et la  viabilisation est en cours. La liaison électrique est disponible sur l’ensemble du site reparti entre les secteurs  (grandes industries, PMI-PME, services et commerce, résidence). Ces secteurs sont séparés par de grandes voies, déjà réalisées en latérite. Un grand boulevard de quatre voies va traverser la zone sur plus de deux kilomètres. L’ensemble des travaux doit s’étaler sur quatre ans pour un coût estimé à 11 milliards de FCFA.

La délégation ministérielle s’est rendue, successivement, sur la pénétrance, le grand collecteur d’évacuation des eaux de pluie, la voie frontale de 30 mètres entièrement réalisée, le radier, les périphéries Ouest et Est.

Parmi les unités en chantier sur le site, on peut citer une usine de transformation de fruits, une unité de production de chaussures en plastique, une unité d’aliments volaille et de poisson, une unité de boisson Bavaria, une unité de production de fer à béton et de tôles, et surtout une société de gaz, le groupe Kama-Sa. Cette dernière a attiré l’attention de la délégation qui a été accueillie sur place par son Directeur général adjoint, Djibril Boubacar Ba dont le groupe intervient également dans l’électricité et les BTP.

A en croire M. Ba, l’unité a coûté plus de 35 milliards d’investissements et dispose 35 000 bouteilles de gaz de 6 kilo et 4 000 bouteilles  de 12 kilo qui seront bientôt mises en circulation. Cette unité sera d’un grand apport dans la satisfaction du besoin national en matière de gaz butane. Cet investisseur national s’est réjoui des facilités prévues par l’Etat dans le code pour encourager l’investissement au Mali, même s’il pense qu’on peut encore améliorer.

Si l’électricité est sur place, mais le niveau actuel prévu par tout le site soit 15 000 vols, pourra à la longue être insuffisante si l’on sait que certaines unités sont de grosses consommatrices. Déjà, l’AZI-SA songe à des solutions alternatives pour y faire face. Au cours de cette visite, le président du CNPM, Mamadou Sidibé, dira qu’aujourd’hui, le Mali a besoin d’une zone industrielle digne du nom. Car, soutient-il, aucun pays ne peut se développer dans l’industrie qui créée les emplois et la richesse.

Le premier responsable du patronat a salué la démarche de Abdoul Karim Konaté, qui à ses jeux, est un ministre volontaire qui veut aller vite et bien.

C’est dans ce sens qu’il espère mettre en place un cadre de concertation entre  l’AZI-SA et le patronat pour envisager des solutions aux difficultés rencontrées.

Le ministre Konaté a salué le travail abattu par la Direction de l’AZI-SA et remercié les premiers investisseurs installés. Il a donné l’assurance que son département va prendre des dispositions utiles pour faire face aux difficultés. Aussi, il a annoncé qu’une nouvelle zone industrielle est en gestation à Sanankoroba sur une superficie de 300 hectares.

Youssouf CAMARA

PARTAGER