Lancement officiel de la récolte de pomme de terre à l’Office du Niger: Le défi de la production relevé, il reste ceux de la commercialisation et du remboursement

0
5

Avec une production moyenne de 40 tonnes à l’hectare, l’opération pomme de terre, lancé le 11 novembre 2011, a relevé le défi de la production. Il reste maintenant celui de la commercialisation afin de permettre aux paysans de faire face à un ultime engagement : le remboursement.

Le jeudi 23 février 2012, “le peuple de l’Office du Niger” était réuni au grand complet dans la zone de N’Débougou. Motif : le lancement officiel de la récolte de pomme de terre. Placée sous la présidence du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du développement intégré de la zone Office du Niger, Abou Sow, la cérémonie fut belle. Son éclat a été rehaussé par la présence de Babaly Ba, Président Directeur Général de la Banque Malienne de Solidarité (BMS SA), une banque qui a honoré son engagement d’accompagner la promotion de la culture de la pomme de terre en zone Office du Niger.

On notait également la présence du Colonel à la retraite Moussa Diabaté, représentant de la société Yara, une société dont l’appui en termes d’engrais et de semences a été déterminant pour la réussite de l’opération.

Pour rappel, l’opération pomme de terre  a été lancée le 11 novembre 2011 à Niono à cause du fait que l’année 2012 s’annonce sous des auspices annonciateurs de pénurie alimentaire générale engendré par le déficit des pluies enregistrées en 2011.

S’intégrant dans le dispositif national initié par les plus hautes autorités du pays pour pallier la disette, l’Office du Niger, plus que jamais, se rappelle du rôle qui est le sien et de l’espoir que le peuple malien place en lui.

C’est pourquoi, à lui seul, il compte produire pour cette campagne plus de 725 000 tonnes de paddy contre une prévision initiale de 662 399 tonnes. Ainsi, à côté de cette production du riz, la direction de l’Office du Niger a initié l’opération pomme de terre afin de faire face à cette pénurie annoncée.

Au départ, il y avait des doutes quant à la réussite de l’opération au regard du fait que de nombreux paysans de la zone Office du Niger avaient jamais dans leur vie une plante de pomme de terre. S’y ajoute la problématique d’engrais et de semences. Afin de se donner toute la chance de réussir l’opération, un partenariat quadripartite regroupant le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé du développement intégré de la zone Office du Niger, la direction générale de cette entreprise, les paysans et la Banque Malienne de Solidarité.

La synergie d’action qui s’est dégagée de ce partenariat a permis de doter les paysans de tous les moyens nécessaires (périmètres aménagés, d’engrais, de semences et encadrement technique) pour faire face à l’opération.

De la commercialisation

Trois mois et quelques jours de dur labeur, le résultat est là. L’espoir a pris la place du doute. Et, il était visible sur le visage de tous les acteurs de l’opération. Car “au départ, les prévisions en terme de rendement était estimé à 35 tonnes par hectare. Aujourd’hui, nous sommes à 40 tonnes par hectares. Ainsi, nous espérons sur 13 300 tonnes en tout sur les 380 ha aménagés pour les besoins de la cause. Ce qui est vraiment encourageant” a indiqué le PDG de l’Office du Niger, Amadou Boye Coulibaly qui n’a pas manqué de salué les efforts de tous les acteurs de l’opération.

Pour la réussite de l’opération, il faut noter que la société Yara représentée par l’ancien PDG de l’Office du Niger, le Colonel à la retraite Moussa Diabaté a fourni des engrais et plusieurs variétés de semences (fouta, pamina, belini, gourmadine, aclasse et clostar).

Aussi, la société Yara a apporté des caisses pour le transport et la conservation de qualité de la pomme de terre. Mieux, elle est disposée à investir 180 millions de FCFA dans l’achat du produit. Toute chose qui vient dissiper les inquiétudes de certains producteurs au sujet de la commercialisation.

En prenant la parole, le président de la coopérative des cultivateurs de la pomme de terre, Bagnini Mariko a adressé un vif remerciement à tous les acteurs qui ont participé à l’opération. “Grâce à chacun d’entre vous : (paysans, encadrement technique, banques et partenaires privés) l’opération a été une véritable réussite” a-t-il indiqué. Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du développement intégré de la zone Office du Niger, Abou Sow s’est dit honoré face à la réussite de l’opération pomme de terre. Ainsi, il a mis un accent particulier sur la nécessité de poursuivre la diversification des céréales et tubercules en zone Office du Niger. D’où l’introduction de  la culture du maïs et de l’arachide dès cette campagne agricole.

Du remboursement des crédits agricoles

Le remboursement des crédits agricoles constitue l’ultime engagement des producteurs, après le défi de la production et de la commercialisation. Pour le PDG de la BMS SA, Babaly Ba “il est évident que d’autres banques nous accompagnent si le remboursement se fait dans les meilleures conditions. Ainsi, nous pourrons également financer la production d’autres cultures ici à l’Office du Niger“.

A noter que pour cette opération pomme de terre, ce sont près de 400 millions de FCFA qui ont été investis.

Les producteurs de pommes par la voix du président de la Coopérative, Bandjimi Mariko, ont promis le remboursement des crédits.

Alassane DIARRA

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.