Les ministres du Développement rural en visite à l’ORS : Orienter les producteurs vers une approche intégrée

0

Après l’Office du Niger, ce fut le tour de l’Office Riz Ségou de recevoir le vendredi 18 et le dimanche 19 octobre les ministres en charge du développement rural dans sa zone d’intervention. Conduits à Soké, à Konou et à Tamani par le directeur général Babougou Traoré, les ministres ont visité les ouvrages de l’ORS où ils ont eu droit à une présentation du système de riziculture de submersion contrôlée et du PADER TKT et les locaux des femmes étuveuses à Dioro. Les ministres ont demandé aux responsables de réfléchir sur les possibilités d’orienter les producteurs de l’ORS vers une approche intégrée pour faire de la sécurité alimentaire une réalité.

 

Les ministres ont demandé aux responsables de réfléchir sur les possibilités d'orienter les producteurs de l'ORS vers une approche intégrée pour faire de la sécurité alimentaire une réalité
Les ministres ont demandé aux responsables de réfléchir sur les possibilités d’orienter les producteurs de l’ORS vers une approche intégrée pour faire de la sécurité alimentaire une réalité

En partance pour Dioro, le ministre a fait escale à l’ouvrage n°2 du projet d’appui au développement rural de Tien-Konou et de Tamani (PADER-TKT). Ici, les techniciens ont expliqué les avantages de ce projet qui a connu un démarrage difficile. Pour les responsables de l’ORS, ce retard s’explique par l’instabilité que notre pays a connue. Ce projet de développement intégré a une durée de 5 ans. Il est financé par la BID et le gouvernement du Mali pour un montant de 14 985 000 000 F CFA. Il couvre 23 communes des cercles de Ségou et de Baraoueli.

Il va permettre notamment, l’amélioration de la production et de la productivité de 1 271 hectares du casier de Tien-Konou en maîtrise totale de l’eau où le rendement passera de 2 tonnes à l’hectare de submersion contrôlée à 6 tonnes en moyenne, la sécurisation hydraulique de 2 200 hectares du casier de Tamani en submersion contrôlée et l’amélioration des conditions de vie et de l’environnement des populations par la réalisation des services sociaux de base et les travaux de recalibrage du canal principal de Dioro qui a atteint un taux de réalisation de 37%. Son retard s’explique par la saison des pluies. Les responsables techniques ont donné des assurances aux visiteurs du jour que tout sera mis en œuvre pour que les travaux s’achèvent avant la prochaine campagne.

Les techniciens ont exprimé au premier responsable du monde rural les difficultés que l’ORS rencontre. Elles se résument à la non-maîtrise des aléas climatiques, notamment l’installation tardive ou précoce des pluies.  Babougou Traoré a dit au chef de la délégation que l’ORS et ses partenaires vont s’orienter vers la réalisation de certaines activités dans les domaines visant à accroitre la production et la productivité agricole. Ces activités, poursuit-il porteront notamment, sur le renforcement du système d’encadrement et d’appui-conseil aux producteurs, l’entretien courant du réseau hydraulique, la poursuite des études pour la reconversion de 3000 hectares en maîtrise totale de l’eau du casier de Soké I dans la zone de Dioro, la recherche de financement pour l’élaboration d’un portefeuille d’études pour l’ensemble des superficies à aménager ou à réhabiliter.

Le ministre Bocar Treta a affirmé que le moment est venu d’aller définitivement vers la maîtrise totale de l’eau tout en étudiant les possibilités d’aller vers la diversification. Il a suggéré aux responsables de l’ORS de réfléchir sur les possibilités de la culture du bourgou et de développer la pisciculture dans la zone. Cela, en vue de valoriser le bétail, augmenter la production du poisson  et rendre effective la valorisation des filières qui composent le monde rural.

A cela, Babougou Traoré a dit aux ministres que déjà 8 hectares de bourgou sont cultivés à Tiby. S’agissant de la pisciculture, ajoute le directeur, les potentialités sont énormes. Cela a réjoui le ministre Nango Dembélé qui a exhorté l’ORS à accompagner les initiatives de création des GIE en vue de promouvoir l’emploi dans la zone.

A quelques mètres de l’ouvrage, les ministres ont visité une parcelle de production de semence de N’ji. Cette parcelle appartient à une coopérative qui a été créée en 2006 sur initiative de l’ORS.  Elle a pour objectif de produire des semences de qualité pour les producteurs de riz de la zone de l’ORS et des régions du nord. Son président, Sidi Baba Coulibaly, a dit aux ministres chargés du développement du monde rural que sa coopérative est composée de 150 membres et exploite 150 ha pour une production de 2,5 tonnes à l’hectare.

La visite de la mare de konou, l’association des femmes étuveuses de Dioro, la rencontre  avec les responsables du projet du village du millénaire et les services techniques ont permis à la délégation ministérielle de comprendre les potentialités dont regorge la zone ainsi que les efforts faits par l’État et ses partenaires pour réduire la pauvreté et atteindre l’autosuffisance alimentaire.

  A Dioro, pendant près de deux heures, les deux ministres se sont entretenus avec la coopérative des femmes étuveuses de la localité. Celles-ci ont dit au ministre que leur organisation a été mise en place depuis 2000.  Leur travail consiste à étuver le riz paddy avant de le décortiquer. Ce genre de riz très prisé par ceux qui souffrent du diabète connait souvent des difficultés de commercialisation, a dit Mme Aminata Sylla. Selon elle, les capacités de son organisation ont besoin d’être renforcées pour se prendre en charge. Cette activité des femmes a émerveillé le ministre Nango Dembélé. Il a suggéré aux responsables techniques du département de réfléchir sur comment développer cette activité en vue de faire de Dioro et ses environs la zone de production du riz étuvé.

Avec les services techniques régionaux en charge du monde rural, les échanges ont porté sur les possibilités de faire de la zone d’intervention de l’ORS une zone agro-industrielle. De ces échanges, il ressort que le moment est venu d’aller vers la maitrise totale de l’eau tout en orientant les producteurs vers une approche intégrée en vue de faire de la sécurité alimentaire une réalité. Ils ont exhorté les services techniques et les élus à se concerter pour faire de cette approche une réalité.

Le dimanche 20 octobre, ce fut le tour du casier de Tamani d’être visité par le ministre du Développement rural. Sur place les techniciens ont expliqué au ministre Bocar Treta l’importance de l’épi latéral sur la submersion contrôlée.

Moussa SIDIBE

PARTAGER