Mise en eau du casier de 2.200 hectares de Sabalibougou : 12.800 tonnes de riz paddy et 420 tonnes de produits de maraĂ®chage attendues dans la production globale de l’ON

1
une vue de la mise en eau effecutée par Dr Téreta
une vue de la mise en eau effecutée par Dr Téreta

FiancĂ© par la Banque Mondiale pour un coĂ»t global de plus de 34 milliards de F CFA, le casier est rĂ©alisĂ© dans le cadre du Projet d’accroissement de la productivitĂ© agricole (PAPAM). Il va permettre la production de 12 800 tonnes de riz paddy et 420 tonnes de produits de maraĂ®chage.

La première phase des travaux du casier de Sabalibougou portait sur l’amĂ©nagement de 1 674 ha qui a Ă©tĂ© rĂ©ceptionnĂ©s en juillet 2013. Quant Ă  la deuxième phase, elle a fait l’objet d’une cĂ©rĂ©monie, le samedi dernier. Elle a portĂ© sur les travaux de rĂ©alisation du rĂ©seau primaire d’irrigation et de drainage du casier et de l’amĂ©nagement de 512 ha. Ce qui fait un total de 2.200 hectares distribuĂ©s. L’amĂ©nagement hydro-agricole de 2.200 ha du casier de Sabalibougou constitue la première rĂ©alisation du PAPAM dans la zone Office du Niger.

Le PDG de l’Office du Niger, Ilias Goro a dĂ©clarĂ© que la rĂ©alisation de ce pĂ©rimètre va permettre l’installation de 588 familles, dont 66 jeunes ruraux et des femmes. Cette rĂ©partition, selon le PDG, prend en compte la rentabilitĂ© Ă©conomique en vue de crĂ©er de l’emploi dĂ©cent et de la richesse en milieu rural. D’oĂą l’attribution de 3 hectares par bĂ©nĂ©ficiaire.

En effet, il est attendu de ce pĂ©rimètre un apport supplĂ©mentaire de production annuelle de 12 800 tonnes de riz paddy, 420 tonnes de produits de maraĂ®chage. D’oĂą la satisfaction du porte-parole des bĂ©nĂ©ficiaires. Pour Seydou Coulibaly, les travaux rĂ©alisĂ©s constituent une rĂ©ponse Ă  la problĂ©matique de l’emploi dans son milieu. Il a exhortĂ© le gouvernement Ă  penser aux familles qui n’en ont pas bĂ©nĂ©ficiĂ©. Le dĂ©lĂ©guĂ© gĂ©nĂ©ral des exploitants a saisi l’occasion pour saluer cette initiative du PAPAM qui a pris en compte dans le projet l’installation et l’Ă©quipement des producteurs par la fourniture des intrants et des Ă©quipements agricoles. Quant au ministre Treta, il a saluĂ© l’accompagnement de la Banque mondiale pour avoir assurĂ© cet important financement. En marge des travaux d’amĂ©nagement du pĂ©rimètre, le projet a rĂ©alisĂ© des infrastructures sociales de base pour les populations. C’est pourquoi il a invitĂ© les acteurs et les bĂ©nĂ©ficiaires de ces infrastructures socio-Ă©conomiques Ă  veiller Ă  leur bonne utilisation et Ă  leur entretien.

Nicaise Ehoue, le représentant de la Banque Mondiale a affirmé que son institution va continuer à accompagner le gouvernement du Mali dans ses nobles ambitions visant à atteindre la souveraineté alimentaire et nutritionnelle de la population.       

 Moussa SIDIBE

PARTAGER

1 commentaire

  1. Si seulement vous pouvez laisser nos terre Ă  l’Ă©tat naturel, chaque jours des espaces amĂ©nagĂ©es mais quel impact sur le prix .

Comments are closed.