Suivi de la campagne agricole à l’Office du Niger : L’objectif de près de 800 000 tonnes de riz paddy sera atteint

3

Les activités de la campagne agricole 2014-2015 se déroulent normalement dans la zone Office du Niger. Le labour, le repiquage et la fertilisation sont en cours. La mise en valeur en casier est de 77 275 ha, soit un taux de réalisation de 76%. Quant à la distribution d’engrais, elle est effective. Ce qui présage l’atteinte de l’objectif de 800 000 tonnes de céréales à l’Office du Niger. L’exécution des projets et programmes, même si certains connaissent quelques difficultés, se poursuit normalement. C’est le constat fait sur le terrain du 21 au 22 juillet dernier au cours d’une visite de suivi de la campagne par le ministre du développement rural, Dr Bocary Treta.

 

office-pdg
Le ministre du dévelopement rurale, Dr Bocar Tereta avec les autorités régionales et les resopnsables de l’ON lors de la visite de la campagne agricole

A la tête d’une forte délégation, composée des chefs des services nationaux, dont Soumaïla Samaké, directeur national du génie rural, le ministre du Développement rural s’est rendu dans la zone Office du Niger à Ségou. L’objectif de ce déplacement était de s’enquérir de l’évolution de la campagne agricole dans la zone. Sur place, le ministre a eu des échanges avec les services techniques de la région, les responsables de l’Office et les producteurs. Avec ceux-ci, les discussions ont porté sur l’effectivité de la campagne harmonisée et intégrée, mais aussi sur la situation des projets et programmes au niveau de la plus grande entreprise agricole du Mali.

 

 

Dans sa présentation, le président-directeur général de l’Office du Niger, Ilias Goro a affirmé que malgré son démarrage difficile, consécutif à l’installation tardive de la pluie, la campagne agricole se déroule normalement. A le croire, à la date du 31 juillet, l’entretien périodique du réseau d’irrigation a été effectué à hauteur de 57%, les intrants nécessaires pour le bon déroulement de la campagne sont disponibles dans toutes les zones de production de l’Office. Pour le PDG, les superficies prévues pour la saison sont de 110 927 ha. Sur lesquels, il est attendu une production de 771 845 tonnes de riz paddy, dont 78 428 tonnes en contre-saison.

 

 

Devant le ministre et les cadres qui l’accompagnent, Ilias Goro a dit que la campagne harmonisée et intégrée est désormais effective dans la zone Office. Ceci, dira-t-il, s’explique par la réalisation de 5 cases flottantes de pisciculture à l’ON et les discussions avec les producteurs pour varier la production en y intégrant la culture d’autres variétés de fruits et légumes et la production de lait et de la viande. Cette initiative de la plus grande entreprise agricole du Mali, selon son premier responsable, dénote sa volonté de contribuer à réduire la pauvreté et la malnutrition. Il a réaffirmé l’engagement de sa structure à contribuer à réduire le chômage en mettant l’accent sur l’installation des jeunes.

 

 

Par ailleurs, Ilias Goro a exhorté le ministre à aider le géant agricole à équiper les producteurs en les dotant d’équipements modernes et en leur facilitant l’accès au crédit au niveau des institutions financières. Le PDG a présenté l’ambition de sa structure qui consiste à aménager 65 000 ha en 5 ans, soit 13 000 ha par an. Il a fait la situation de la gestion foncière, de la redevance eau ainsi que la gestion des baux.

 

 

Dans son adresse aux responsables de l’Office, aux chefs de services régionaux et aux producteurs, Bocary Treta a affirmé que le moment est venu pour un changement de mentalité.

 

 

Faire le point des projets et programmes à l’Office

Pour le ministre, l’ambition des plus hautes autorités est de transformer le cadre de vie des producteurs. Cela passe par la lutte contre la corruption, a insisté le ministre. C’est pourquoi j’ai initié cette rencontre avec vous les cadres et les producteurs pour échanger sur les difficultés de l’Office, a martelé le ministre.

 

Pour relever ces difficultés, les cadres ont proposé, notamment l’audit de la gestion foncière, la réduction des tailles de bail proposé aux producteurs, l’élaboration d’un schéma directeur, la localisation géotechnique des parcelles et l’identification des producteurs.

 

 

Dans la salle de conférence de l’ON où le ministre a rencontré les cadres, il a été question de faire la situation des projets et programmes. Ainsi, les différents chefs de projets ont successivement fait état de l’exécution de leur projet. Il s’agit du projet d’irrigation Siengo extension avec l’aménagement de 1 722 ha dans le casier de Siengo, de l’étude de faisabilité de 2 000 ha dans les casiers de Singo et Diadian, les travaux d’aménagement du casier de Touraba 2 174 ha, le projet d’aménagement hydraulique de Molodo Nord Phase, de l’étude de 6 000 ha du casier de Molodo Nord, les travaux d’aménagement de 1 500 ha à Molodo Nord, le programme d’appui au développement de l’Office du Niger PADON-2, entre autres.

 

 

Si l’exécution de tous ces projets s’est déroulée normalement, il faut reconnaitre que l’aménagement du casier de Touraba connait quelques difficultés et celui de Sabalibougou accuse un retard. Cette situation, ont expliqué les différents chefs de projets, résulte de la situation politique que le pays a connue et l’insécurité dans la zone d’exécution du projet.

 

 

Honorer la confiance du chef de l’Etat

Les différents projets et programmes sont financés notamment par la coopération allemande, la banque islamique de développement (BID), l’union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), la banque ouest-africaine de développement (BOAD), l’Agence française de développement (AFD), la banque mondiale et l’Union européenne (UE) à travers le 10ème FED.

 

En déplacement sur le terrain, le ministre et sa délégation ont visité le jeudi dans l’après-midi la case flottante de M’Béwani et le vendredi matin le programme de consolidation du projet d’irrigation d’Alatona. A M’Béwani, le chef du département et sa suite se sont rendus compte de la volonté de l’ON de faire de la campagne agricole harmonisée et intégrée une réalité. Ici, une coopérative de 10 jeunes filles et garçons gère cette case où il est attendu une production de 6 tonnes de poisson au terme de 5 mois. Cette initiative de l’Office a été rendue possible grâce à la collaboration avec la ferme piscicole Boubacar Diallo. Cette ferme a mis à la disposition des jeunes installés les alevins, l’aliment poisson et la technologie.

 

 

A Alatona, le ministre a rencontré les responsables des coopératives de gestion, les producteurs et l’encadrement pour comprendre les difficultés que connait le programme. Rattaché auparavant à la présidence de la République, ce programme, qui est un don du peuple américain au gouvernement du Mali, dépendra désormais du ministère du Développement.

 

 

D’où l’insistance du ministre aux responsables de l’Office de multiplier les contacts avec les coopératives de gestion pour comprendre les difficultés et proposer des solutions pour le bonheur des producteurs. Il faut noter que le programme de consolidation du projet d’irrigation d’Alatona a pour objectif l’accroissement de la productivité et de la rentabilité des activités agricoles. Dans le périmètre d’Alatona, vivent 954 familles qui exploitent 4 880 ha sur un total de 5 200 ha. Ici, la superficie emblavée s’élève à 3 758 ha, soit 80%, le semis à la volée et le repiquage sont estimés respectivement à 60 et 40%.

 

 

Bocary Treta a exhorté les techniciens et les producteurs à redoubler d’effort pour atteindre les objectifs. Toute chose, dira-t-il, qui va permettre au monde rural d’honorer la confiance que le chef de l’Etat a placée en lui.

Moussa SIDIBE,

Envoyé spécial

 

Pisciculture : Une réalité en zone Office du Niger

La zone Office du Niger, principale zone de production rizicole du Mali, présente également des potentialités pour le développement de la pisciculture. Surtout quand on sait que le poisson constitue la principale source de protéines animales des ménages et est consommé quotidiennement par la majorité des Maliens.

 

Dans le but de diversifier les activités génératrices de revenus à l’Office du Niger et se conformer aux orientations du département du Développement rural, la pisciculture a fait l’objet d’une expérience au sein de l’Office du Niger. Cette initiative s’est concrétisée par l’installation de cinq cases flottantes pour un coût de près de 15 millions de F CFA. La récolte attendue est de 30 tonnes de poisson, soit 6 tonnes par cage. Cette initiative de l’Office du Niger a été rendue possible grâce à la collaboration de la ferme piscicole Boubacar Diallo.

 

Pour le PDG Ilias Goro, les conditions socio-économiques qui ont évolué font que la pisciculture a de l’avenir à l’Office du Niger. ” Son développement fait l’objet d’une réelle demande de la part des producteurs. C’est pourquoi nous allons l’inscrire dans notre programme. Dans la mesure où elle constitue une opportunité de création d’emploi et de lutte contre la pauvreté en milieu rural. Lors des prochaines campagnes, nous allons développer ce programme pour être en phase avec la vision du département qui consiste à élaborer un plan de campagne harmonisé et intégré “, a déclaré Ilias Goro jeudi lors de la visite du ministre à M’Béwani.

MS

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Je ne comprends pas ces gens .peut eatre ils me9prisent la mijarote9 noire qui peuple nord du mali.sinon comment une minorite9 peut demander la secession du nord pays .on n oublie9 souvent de rappeler que les touaregs sont minoritaires au nord.

Comments are closed.