Visite du Ministre Abou Sow en zone Office Riz

0
1

En cette période de récoltes, le Ministre Abou Sow a voulu être de plus près possible des exploitants agricoles pour leur apporter un soutien moral de taille et leur prodiguer des conseils quant à la gestion des céréales. Ce qui explique la visite qui s’est déroulée du 14 au 15 Décembre dernier.
La dite visite a commencé par la zone de Dioro, une zone névralgique dans le dispositif de l’office riz de Ségou. Les perspectives de bonnes récoltes sont satisfaisantes surtout pour les 1275 hectares de sokè.  Elles le sont moins pour les casiers de Dioro ll si l’on tient compte des 72 hectares qui n’ont pas pu être inondés. Notons que c’est dans la parcelle de Shwata Koto que le Ministre Abou Sow a donné les premiers coups de faucilles de la récolte. Il s’en est suivi d’une inspection des périmètres maraîchers des femmes. Comme cela est de coutume, Le premier responsable du département a initié des échanges avec les producteurs. De ces échanges, il est ressorti que la zone n’a pas fait une bonne récolte de mil. Compte tenu de certains aléas, le Ministre a donné un appui conseil aux producteurs. IL leur a demandé de changer leur méthode de travail, de s’intéresser à d’autres cultures comme la pomme de terre. Pour ce qui est du projet PADER-TK, le Ministre a donné l’assurance que Dioro aura un appui de 110 Millions de FCFA pour la promotion de la pisciculture et bénéficiera de 15 Milliards de FCFA pour le rééquilibrage du canal de Dioro et des aménagements des parcelles de Tienkounou.
Après la zone de Dioro  le Ministre s’est rendu dans celle de Farako où les récoltes semblent être nettement en dessous des prévisions (4093 hectares non récoltés sur 6135 hectares cultivés). Cette mauvaise récolte comme l’a dit le chef de zone de Farako s’explique par le déficit pluviométrique sinon Farako était bien partie pour une grande production. Ici le Ministre a donné aussi des conseils mais a bien voulu apporter une consolation aux producteurs qui n’ont rien récolté. IL leur dira que leur situation tout comme les 55 communes où rien n’a pu être récolté est suivi de près par les plus hautes autorités du pays et que des mesures adéquates sont prises pour l’approvisionnement en céréales et même en aliment bétail. Ce même message du Ministre a été répété aux populations de la zone de Konodimini qui ont les mêmes inquiétudes que celles de Farako.
A l’issue de la dite visite, des remises d’équipements ont été faites aux exploitants : 50 paysans ont chacun bénéficié d’une charrette et de  deux barils d’une valeur de 145 000 FCFA pour un remboursement de 20% et cela  sur deux ans.

Rédaction

Abou Sow fait la promotion de  la culture de la pomme de terre en zone Office du Niger
Abou Sow fait la promotion de la culture de la pomme de terre en zone Office du Niger
Depuis qu’il est à la tête du département  du secrétariat d’Etat chargé du développement intégré de la zone office du Niger , Monsieur Abou Sow ne cesse de mener des actions et des initiatives très louables pour asseoir les bases d’une souveraineté alimentaire et cela à travers une production intensive et une diversification des cultures de contre saison. Ainsi donc  la présente visite  visait  à engager les producteurs pour la culture de la pomme de terre qui viendra en appui à la production du riz. Le Ministre a encouragé les exploitants à sa culture parce que la rentabilité n’est pas des moindres. Cette visite du Ministre a été axée aussi autour des zones de production de Niono et M’Bèwani. Ont été  concernés pour  la zone de Niono les 2174 hectares des travaux d’aménagement de Touraba dont les travaux sont financés par l’UEMOA. Ces travaux qui ont démarré en Janvier 2011 sont censés être achevés en Juillet 2013. Ensuite, la visite a continué sur N’Debougou dont il est prévu dans quatre mois le démarrage de 1674 Hectares. Pour la zone de M’Bewani, le Ministre et sa délégation ont pu constater que les exploitations sont à 99% pour la récolte et 96% pour le battage. Pour les cultures de contre saison, la zone de M’Bèwani prévoit la culture de 13602 hectares de riz et 380 hectares de pomme de terre pour une production de 25 tonnes attendue à l’hectare.

Rédaction

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.