Partenariat gouvernement-PTF : Réunion conjointe sur les questions budgétaires

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

L’hôtel El Farouk de Bamako a servi de cadre à une réunion conjointe réunissant les Partenaires techniques et Financiers (PTF) et différents membres du gouvernement. C’était le 19 Décembre dernier. La réunion était présidée par le ministre de l’économie, des finances et du budget, Tiènan Coulibaly.

Tiénan Coulibaly, Ministre de l’Economie, des finances et du Budget

A l’ordre du jour : le contrôle de la gestion des Finances Publiques. Le gouvernement dans sa quête d’amélioration de la gestion des Finances Publiques, a mis l’accent sur les relations entre gouvernance et contrôle des Finances de l’Etat. La lutte contre la corruption et la délinquance financière a rendu nécessaire le renforcement et le perfectionnement des structures chargées de l’exécution correcte du budget de l’Etat.

La Revue Budgétaire Conjointe (RBC), relatant les transactions financières entre gouvernement et PTF, s’inscrit habituellement dans la mise en œuvre des dispositions des arrangements spécifiques relatifs aux appuis budgétaires généraux (ABG) au Mali. Il s’agit, pour les PTF signataires de l’ABG, d’apprécier conjointement avec le gouvernement l’atteinte des performances dans la mise en œuvre de la politique budgétaire et des appuis budgétaires qu’ils apportent au Mali, en soutien à la mise en œuvre du Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (CSCRP). Ce cadre sert de document de base pour les différents PTF installés au Mali.

Cette revue budgétaire intervient alors que le pays traverse une crise politique et sécuritaire. La crise a eu pour conséquence : la suspension de la coopération financière des PTF avec le Mali, l’aggravation de la situation sécuritaire au nord du pays, un ralentissement de la mise en œuvre des politiques économiques et budgétaires. La mise en route d’une feuille de route qui prépare la base des deux missions essentielles à savoir le rétablissement de l’intégrité territorial et l’organisation d’élections crédibles. La lutte contre la corruption reste une des priorités du gouvernement malien. Conscient que le développement d’un pays ne peut se faire sans des ressources humaines de qualité, l’Etat met l’accent sur la formation et la recherche d’hommes compétents. Il s’agit de l’homme qu’il faut à la place qu’il mérite.

Le ministre Coulibaly a tenu à rassurer les Partenaires Techniques sur la récente démission de l’ex Premier ministre Cheick Modibo Diarra. Il l’a présentée comme un incident de parcours qui ne doit pas entraver les bonnes relations qui ont existé jusque là. Il demande aux représentants des différents corps diplomatiques de plaider la cause du Mali auprès de leurs supérieurs hiérarchiques.

Les perspectives pour l’année 2013 restent axées sur la lutte contre la pauvreté. Il s’agit de lutter contre l’insécurité alimentaire, poursuivre le désenclavement intérieur et extérieur du pays, renforcer la coopération au sein des institutions sous-régionales et avec les maliens de l’extérieur, améliorer la gestion des Finances Publiques et lutter efficacement contre la corruption et la délinquance financière, renforcer le partenariat avec les PTF et enfin accroitre l’aide humanitaire.

Au terme de la réunion, le gouvernement réaffirme sa volonté et son engagement à accélérer la croissance, lutter efficacement contre la pauvreté et faire du Mali une puissance agricole et un pays émergent à l’horizon 2017.

Ahmed M.THIAM

 

SOURCE:  du   21 déc 2012.