Postes de péage : la loi du plus fort ?

1
2

La construction des postes de péage et de pesage a été saluée par l’ensemble des populations. Mais,  ce projet est presque à l’article de la mort. Du moins si rien n’est fait pour rétablir l’ordre au niveau de ces postes.

Rien ne se passe, normalement, au niveau des postes de péage et pesage installées sur les principaux axes routiers. Une situation due au non- respect des dispositions inhérentes au fonctionnement du projet.

On se rappelle que les infrastructures  de péage ou de pesage ont été inaugurées, tambour battant, sur l’ensemble des principaux  axes routiers. Objectif : contrôler les surcharges afin de permettre à nos routes d’avoir une longue vie. Des études montrent que c’est la surcharge qui détruit,  nos routes. Autre objectif du projet : renflouer les caisses de l’Etat. Aussi, les recettes ainsi engendrées permettent de faire face à l’entretien des routes. Un entretien qui coûte, chaque année, des dizaines de milliards CFA à l’Etat.

Si l’initiative est  jugée salutaire, force est de constater que le respect des textes liés au fonctionnement du projet est  loin d’être chose acquise. Ce projet est saboté, chaque jour que Dieu fait, par certains individus qui se croient au dessus des lois de la république. Les agents qui travaillent dans ces postes, ont de gros soucis avec cette race de personnes. Selon source proche des postes de péage et de pesage, ces  personnes sont,  le plus souvent, des porteurs d’uniforme, des magistrats et même des députés. Pour certains d’entre- eux, il suffit de mettre un macaron devant son véhicule pour  se croire au dessus des lois de la républiques. Malheureusement, c’est qui se passe au niveau des postes de péage avec certains individus qui refuse de s’acquitter des frais. Malgré l’insistance des agents qui sont affectés  à ces postes. Cette attitude ne donne t-il raison à ceux qui pensent qu’il existe des Maliens d’en haut : ceux-là qui ont le droit de violer les lois. Et, des Maliens d’en bas, c’est-à-dire, ceux pour qui les lois sont faites. «Au Mali, tout le monde parle du respect de la  loi mais personne ne veut qu’on lui applique la loi.  Le non -respect de loi est devenu dans ce pays une fierté. C’est pourquoi, on n’est pas étonné  de voir des personnes que l’on dit nantis router à bord de grosses cylindrées non dédouanées. Ce qui est une honte ailleurs, devient une fierté pour le Malien. En réalité, le patron c’est celui qui s’acquitte,  des ses impôts.  Et payer le péage c’est payer  l’impôt », nous confie M. Konaté, qui travaille au niveau d’un poste de péage. Selon lui, l’Etat doit prendre des mesures pour faire face à cette situation qui, si elle perdure, risque d’asphyxier le projet.

Aboubacar Berthé 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Le Paysan<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 57</span>
Membre
Le Paysan 57
4 années 6 mois plus tôt

je ne comprends rien à ce pays! A chaque poste de péeage, il ya des gendarmes! Refuser de payer c’est enfreindre la loi et la gendarmerie est là pour la faire respecter! Etre député, magistrat, général de l’armée ou tout autre ne doit signifier en rien le droit d’outrepasser les regles etablies par les uns et à faire respecter par d’autres!

Proposition Concrete:
1. Qu’il soit diffusé par la direction du projet hebdomadairement dans toute la apresse ecrite et parlée, publique et privée, les Numeros d’immatriculation de tous les vehicules ayant commis une infractions de ce genre! Chaque peage affiche la liste à son poste!
2. Q’une sanction pécuniaire soit prévue payable dans les trois jours à la direction
3. que le véhicule soit mis en fourriere par les autorités compétentes! Il ne pourra etre retiré que contre paiement d’au moins 50 000 FCFA
4. que toute disposition d’immunité soit de facto levée pour telle infraction (assemblée , corps de magistrats, forces de l’ordre…)

Merci

wpDiscuz