Pour la relance de l’économie nationale : Le ministre Abdel Karim Konaté répond aux préoccupations du Patronat

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Licenciement de travailleurs, baisse du chiffre d’affaires des unités économiques et fermeture d’entreprises, voilà, entre autres, l’image que présente le climat des affaires dans notre pays depuis une année avec la crise. Pour arrêter l’hémorragie, le Conseil national du patronat  a adressé un document  de proposition au gouvernement depuis le mois de juin dernier pour la relance de l’économie, avec comme point focal, le Ministère de l’industrie et du commerce.

Abdel Karim Konaté, ministre du Commerce

Pour répondre aux préoccupations des acteurs du secteur privé, le ministre de l’industrie, Abdel Karim Konaté, a rencontré le samedi dernier le Conseil national du patronat du Mali dans le souci de créer un cadre d’échange et voir comment élaborer un calendrier des négociations Etat –Secteur Privé, sur les préoccupations des opérateurs économiques au regard de la crise actuelle.
Ces préoccupations du secteur privé sont contenues dans un document transversal du Conseil national du patronat. Une dizaine de départements ministériels intervenant dans divers domaines de l’activité économique se trouvent ainsi interpellés.
Le président du Patronat, Mamadou Sidibé, a indiqué au Ministre que si rien n’est fait, la crise économique qui court sera plus dangereuse que la crise politique. Une alerte à laquelle le Ministre Konaté a été très sensible et a souligné sa disponibilité à soutenir le secteur privé autour de ce document qu’il a déjà reçu via la Primature.
Après avoir remercié le Ministre  pour le lancement officiel du calendrier des négociations sur les préoccupations du secteur privé dans le contexte de la crise actuelle, le président du Cnpm, Mamadou Sidibé,  a souligné que l’ensemble du secteur privé malien souffre  de la crise actuelle. Conséquence de cette situation, la suspension de l’aide publique au développement, à l’exception de l’aide humanitaire de la part de la quasi-totalité des partenaires au développement, l’arrêt  de nombreux projets d’investissement, la diminution des ressources intérieures  et la réduction des allocations budgétaires, y compris dans les secteurs sociaux de base, la fermeture de nombreuses unités économiques, particulièrement dans le domaine de l’hôtellerie et du tourisme. Des entraves qui affectent  durement les revenus et l’emploi de milliers de personnes.
Pour le président Sidibé, ce document du Cnpm est une feuille de route qui peut sauver le secteur privé national. Dans ledit document, les préoccupations ont pour noms: l’encouragement du partenariat public privé dans la recherche de solutions sécuritaires, logistiques et dans la reconstruction du nord du pays; la sécurisation du personnel des entreprises des unités  de production et points de vente afin de permettre une continuité de la production et des services; l’indemnisation des opérateurs économiques victimes de la crise; le soulagement des entreprises par l’apurement des arriérés de factures impayées de l’Etat; le remboursement des obligations et autres titres de l’Etat échus; la création par l’Etat d’un fonds d’indemnisation des victimes de guerre; l’opérationnalisation de l’Agence pour la promotion des exportations (Apex); le report du paiement des impôts dus par les entreprises touchées par la crise; l’accélération de la relecture du Code de travail et des conventions collectives; l’organisation d’élections libres et transparentes.
Pour M. Sidibé, l’enjeu de cette rencontre est donc capital. C’est pourquoi, il a invité le gouvernement, à travers le ministre de l’Industrie et du commerce, à parler d’une seule voix: «la voix pour  l’émergence de l’économie malienne».
En réponse aux inquiétudes du monde des affaires, le Ministre a réaffirmé la volonté politique du gouvernement à soutenir le secteur privé pour le redressement  de l’économie. A en croire le Ministre Konaté, sous la conduite du Premier ministre, chef du Gouvernement, son Département, en rapport avec les ministères concernés, a examiné minutieusement l’ensemble des propositions. La réaction du Gouvernement est consignée dans un document intitulé «Observations sur les préoccupations du Cnpm au regard de la crise actuelle». Ce document lui a été adressé le 04 décembre 2012.
Face à l’impatience des chefs d’entreprises, le Ministre a rassuré que le document finalisé sera soumis dans les tous prochains jours au Comité interministériel de suivi du cadre macroéconomique présidé par le Premier ministre et également aux partenaires techniques et financiers pour bénéficier de leur accompagnement.
Avec la volonté politique du gouvernement et les instructions du ministre de l’Industrie et du commerce pour l’ouverture des premières rencontres entre les deux parties, le jeudi prochain, l’espoir renait chez les chefs d’entreprises pour la relance de l’économie.
Nouhoum DICKO

 
SOURCE:  du   7 jan 2013.