Privatisation de l’aéroport Bamako-Sénou : Quand la direction dilapide les sous de la caisse après la concession

0
0

La direction générale de l’Aéroport Internationale de Bamako-Sénou continue de dilapider les derniers dudit service en achetant des meubles en Chine et des tapis d’honneur en France à plus de cent millions. Même un nouvel véhicule, tout neuf a été acheté pour le DGA.  Ce, après le bradage de ce patrimoine national.

La direction générale des Aéroports du Mali se cache dernière la privatisation de l’Aéroport Internationale Bamako-Sénou afin de détourner le fonds publics. Le PDG des Aéroports du Mali, Mme Thiam Aya Diallo, est entrain d’opérer toutes les stratégies pour se faire des sous sur le dos de l’Etat. Avant que l’adjudicateur commence à gérer l’Aéroport, Mme Thiam Aya Diallo vide la caisse de son contenu. Ainsi, après la mise en concession de l’Aéroport le 11 novembre dernier, le PDG procède actuellement à des achats faramineux  au compte du service. Et cela, avec des surfacturations à la pelle.  Tout recensement, elle (Mme Thiam Aya Diallo) a acheté un véhicule tout neuf à des coûts de millions pour son adjoint. Une manière d’offrir au DGA sa part du cadeau. Comme cela ne suffisait pas. La super puissante dame orchestre d’autres achats à l’étranger.

C’est à cet effet qu’elle s’érige en Chine pour l’achat des meubles et en France pour l’achat des tapis d’honneur. Dans ce cadre Mme Thiam Aya Diallo a contracté un marché avec un fournisseur en France pour l’achat de tapis d’une valeur de plus de 50 millions de F CFA. Mais le hic est que le fournisseur a été payé et il n’a pas à présent livré un tapis. Pour ce faire, le PDG des Aéroports du Mali a été obligé de passer un autre marché à hauteur de 70 millions de F CFA avec un autre fournisseur. En clair, actuellement, Mme Thiam Aya Diallo effectue toutes sortes d’opération afin de satisfaire sa délinquance financière avant que le repreneur commence à travailler.           

Mme Thiam Aya Diallo, une dame super protégée                                                                     

Du moins, ce sont les faits qui nous font penser ainsi. En effet, depuis l’arrivée de cette dame à la tête des Aéroports du Mali rien ne se fait dans les normes. Le personnel est marginalisé. Au moment ou elle venait aux affaires la situation financière de l’Aéroport était au beau fixe.                             

Par ailleurs, non seulement Mme Thiam Aya Diallo n’a pas de compte à rendre à son personnel mais elle n’a aucune considération envers son hiérarchie. Elle considère ni ne respecte sa hiérarchie. Pour preuve, elle a refusé catégoriquement d’appliquer un arrêté interministériel de nomination d’un agent comptable de l’Etat à l’Aéroports du Mali datant du 06 août 2010.  Aussi, son ministère lui a envoyé une lettre de mise en demeure pour l’installation de l’Agent de l’agent comptable de l’Etat. Jusqu’à présent ce dernier n’a pas pris fonction. Le PDG a, en plus, refusé d’appliquer un protocole d’accord signé par 12 ministres et un secrétaire général.                    

Au regard de ces situations, il nous revient de dire qu’elle a des génies protecteurs. Ou du moins, son protection est d’en haut. Dans tous les cas, les travailleurs des Aéroports du Mali, avec en tête de peloton le Collectif des femmes des ADM ainsi l’UNTM ne la reconnaissent plus. Il reste aux autorités compétente de faire ce qui lieu de faire. Autrement dit, satisfaire les doléances des travailleurs et du syndicat en se débrasant de Mme Thiam Aya Diallo.

 Oumar Diakité

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.