Recouvrement des recettes douanières : Le colonel Maïga bat tous les records en 2011

0
3

Moins d’une année  seulement après avoir pris la commande  d’un navire (l’administration des douanes) qui tanguait en eaux troubles, le colonel Modibo Maïga vient de réaliser la prouesse  de redresser non seulement la barre, mais aussi et surtout de booster les recettes douanières à un niveau jamais égalé en 2011.

En effet, il nous revient, de source sûre, que les recettes réalisées par l’administration des douanes au titre de l’année 2011 se sont chiffrées à 302,176 milliards FCFA pour des prévisions de 300,945 milliards CFA, soit un excédent de 1,231 milliards FCFA et un taux d’exécution de 100,47%.

Loin d’un conte de fée  pour les observateurs avisés des services des douanes du Mali, ce résultat atteste des efforts déployés par toute une équipe dotée d’un sens managérial et surtout d’une détermination  sans commune mesure  à atteindre, voire dépasser les prévisions budgétaires qui leurs sont imposées.

Qui l’eût cru  en début d’année 2011 lorsque les autorités avaient tablé sur des prévisions de 300,945 milliards de FCFA ?

Pas grand monde. Surtout après les gaps constatés dès les premiers mois de l’année 2011. En outre, l’environnement particulièrement difficile marqué par la flambée  des prix des produits énergétiques et alimentaires ; la non application de la taxation effective  des produits  pétroliers et les exonérations sur les produits de première nécessité confortaient  bon nombre de Maliens quant à la capacité de l’administration  des douanes de relever le défi en 2011. C’est  dans cette conjoncture très difficile  que le colonel Modibo Maïga a été  nommé à  la tête des douanes  du Mali  en Juin 2011, c’est-à-dire  en début de semestre.

La botte secrète du colonel Maïga

Dès sa prise de fonction, le nouveau directeur  général a opté  pour une thérapie  de choc. D’abord  en procédant à des mutations à tous les niveaux  et particulièrement au niveau  des services pourvoyeurs de recettes. Ensuite, par l’application stricte des textes de la règlementation douanière. En parallèle, pour freiner la compensation des produits de contrebande et favoriser ainsi le commerce légal,  l’administration des douanes a déployé une brigade de lutte contre la fraude  tout au long des versants sensibles (Guinée, Mauritanie).

Tous  ces facteurs  ont contribué à  maximiser les recettes douanières,  malgré la conjoncture  pétrolière difficile.

Pour minimiser les effets de la tendance inflationniste du cours de certains produits sur le pouvoir d’achat  des consommateurs, le gouvernement a subventionné les prix de certains produits comme les produits pétroliers, le riz, le sucre, le lait, et l’huile alimentaire et ce, en renonçant  à une  part importante des recettes douanières.

Pour faire face à cette situation, l’administration douanière, tout au long  de l’année 2011,  a su  optimiser les efforts sur les marchandises solides. Un effort nécessaire pour combler le gap créé  par les recettes des produits pétroliers. Est-il en effet besoin de rappeler que, depuis quelques années, le cours international du pétrole ne cesse de fluctuer à la bourse.

En vu de minimiser les effets négatifs de cette augmentation  constante sur le niveau de vie des ménages,  la politique adoptée par le gouvernement  consiste essentiellement à maintenir les prix à la pompe des produits pétroliers  à un niveau  relativement bas, malgré leur évolution réelle sur le marché international. Cette politique se traduit par un allègement du niveau des prélèvements fiscaux sur ces produits et par voie de conséquence, par un manque à gagner très important dans les recettes douanières sur ces produits.

Selon certaines études, le maintien des prix à la pompe des produits pétroliers malgré la hausse  des fournisseurs  a occasionné des pertes de recettes  au cordon douanier d’environ 38 milliards FCFA en 2011.

Quant aux exonérations accordées au cordon douanier sur les produits alimentaires,  particulièrement pendant le Ramadan, elles sont estimées  à environ 13,7 milliards FCFA en 2011. C’est dire  que n’eut été la mise en œuvre  de ces mesures par l’Etat, les recettes  réalisées par la Douane au cours de l’année 2011, s’élèveraient à environ à 253,781 milliards FCFA. Un montant qui n’intègre même pas les avantages habituels accordés au cordon douanier en soutien à l’activité économique (sociétés minières et EDM) particulièrement sur leur consommation  de produits pétroliers.

Le colonel Maïga soutenu et félicité par Koulouba

Ces bons résultats réalisés par l’administration  des douanes en 2011 ont été  bien appréciés par les hautes autorités du pays. L’arrivée de Mme la Première  dame à la douane, le jeudi dernier, 19 janvier 2012, au moment où l’administration des douanes venait d’atteindre ses objectifs de recettes, témoigne du soutien de Koulouba au colonel Modibo Maïga  et son équipe. Le président de la République lui-même,  dans son message  à la nation  à l’occasion du 20 Janvier, fête de l’armée malienne, n’a pas manqué  de féliciter les douanes maliennes pour ses résultats.

Comme en  2009 et 2010 sous le colonel Amadou Togola, l’équipe de Modibo Maïga  maintient la cadence dans le recouvrement des recettes douanières.  Une aubaine pour nos gabelous qui attendent de pied ferme le retour de l’ascenseur, notamment leur prime à l’excellence.

Birama Fall

 

Fête nationale de l’armée malienne : Les douanes appuient les femmes des camps à bien fêter

A l’occasion de la fête de l’armée malienne, les femmes des camps ont organisé une festivité pour rendre hommage à Mme Touré Lobo Traoré. Avec l’appui financier et matériel des douanes, ladite cérémonie s’est tenue le jeudi 19 janvier dans la cour des douanes de Faladié.

 En prélude à la journée commémorative de l’armée malienne, les épouses des anciens combattants, des militaires et para militaires s’étaient donné rendez-vous dans la cour de la douane de Faladié. Cela, non seulement pour rendre hommage à la Première Dame du Mali, mais aussi pour manifester leur soutien aux militaires.

Dans son intervention, le directeur général des douanes du Mali, Modibo Maïga, après avoir exprimé sa joie de parrainer cette rencontre, a magnifié notre armée. Car, explique-t-il, c’est elle le crédo de l’unité nationale. Pour le colonel Maïga, en plus de sa mission de renflouer les caisses de l’Etat, les douanes partagent des points communs avec l’armée. Il s’agit notamment de l’amour de la patrie et la discipline. Partant, il a saisi cette occasion pour remercier les forces armées du soutien qu’elles ne cessent d’apporter à sa structure. «L’armée a été toujours à nos côtés à chaque fois que nous avons sollicité leur soutien. Elle a, à tout temps dispensé à nos agents de tous grades de formations militaires et doté les services de douanes de tout armement nécessaire dans l’accomplissement de ses périlleuses missions», soutiendra M. Maïga. En guise de reconnaissance, les douanes ne lésinent sur aucun moyen pour accompagner cette vaillante armée pour la défense de la patrie et de la République. C’est pourquoi, Maïga a exprimé la disponibilité totale de ses services pour appuyer les forces armées, partout où besoin sera.

Pour sa part, Mme Sidibé Awa Ibrahim, présidente des femmes des Camps, après avoir félicité les douanes pour leur performance de mobilisation de recette,  a salué la présence d’un important contingent de la gente féminine dans l’armée, grâce à la clairvoyance de Lobo et son époux.  

Quant au directeur des services sociaux des armées, Colonel Major Sékou Djancoumba, il a souligné le soutien indéfectible du Président de la République et de son épouse à l’endroit des femmes des camps. Il s’agit, entre autres, de l’octroi à ces femmes de 300 moulins, 200 machines à coudre. Sans compter l’équipement de 15 maternités et la distribution de 33 millions FCFA aux épouses des militaires tombés sur les champs de bataille.

Pour conclure, il a adressé une motion de remerciement aux douanes maliennes pour leur accompagnement.

Oumar KONATE

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.